Forum Opéra

Merd' v'là l'hiver

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
25 décembre 2022
Étonnantes chansons des pavés

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Anonyme

Dies Irae

Merd’ v’là l’hiver I

Complainte de Fualdès

Soliloque du chanteur ambulant

La Péronnelle

Merde v’là l’hiver II

Aristide Bruant (1851-1925)

V’là l’choléra

Vincent Scotto (1874-1952)

La Vipère du trottoir

Francis Popy (1874-1928)

Spleen

Émile Waldteufel (1837-1915)

Amour et printemps

Gustave Goublier (1856-1926)

Filles d’ouvrier

Jean Varney (1868-1904)

La Sérénade du pavé

Paul Bernard (1825-1879)

Ca fait peur aux oiseaux

Ducreux et Beretta

Complainte de Paillasse

César Cui (1835-1918)

Les Petiots

Gaston Gabaroche (1884-1961)

Les Nocturnes

Chœur

Ensemble vocal féminin du Conservatoire d’agglomération de Saint-Omer

Chef de chœur

Adélaïde Stroesser

Orchestre

Les Lunaisiens

Stéphanie D’Oustrac, mezzo-soprano

Arnaud Marzorati, baryton et direction artistique

58’52

1CD Alpha Classics

Avec Merd’ v’là l’hiver – Complaintes des gens de rueLes LunaisiensStéphanie D’OustracArnaud Marzorati et l’Ensemble vocal féminin du conservatoire d’agglomération de Saint-Omer (direction, Adélaïde Stroesser) signent un disque étonnant à plusieurs égards.

Étonnant en son principe même puisque les airs portés au disque appartiennent originellement à la rue. S’ils sont consignés dans des recueils et ne relèvent dès lors pas – ou plus – tout à fait d’une tradition purement orale, leur enregistrement par des musiciens professionnels implique nécessairement certains partis pris : faut-il assumer sa technique vocale lyrique ou faut-il chercher à imiter les interprètes originaires ? Faut-il s’en tenir à un accompagnement limité par la sobriété des moyens dont disposaient les chanteurs de rue ou fait-il assumer des arrangements plus fournis mais peut-être musicalement plus intéressants ? Les choix semblent clairs dans Merd’ v’là l’hiver. Il en résulte un disque stylistiquement équilibré et cohérent mais aussi parfois un certain agacement face à des partis pris poussés à leurs limites.

Si le disque est étonnant en son principe, son contenu peut aussi dérouter. Les admirateurs de la Stéphanie D’Oustrac (merveilleuse) chanteuse d’opéra peuvent passer leur chemin s’ils ne souhaitent pas être bousculés dans leurs habitudes. Car si Carmen et ces chanteuses de misères ont peut-être une vie et un destin communs, leur voix et leur technique n’ont rien de comparable. Là où la première extrait de sa poitrine des sons chauds, amples et colorés dans des salles où on l’écoute, les secondes cherchent surtout à se faire entendre et à passer le tumulte populaire en entonnant leurs chansons à gorges déployées (ce qui n’offrait sans doute pas des conditions de conservation optimales aux plus jolies voix d’entre elles). Stéphanie D’Oustrac adopte le parti des secondes sans tout à fait parvenir à effacer la première. Peut-être était-ce du reste indispensable au plaisir de l’écoute qui existe indéniablement. Et de chanter à pleine voix le destin tragique de la Vipère du trottoir ou les supplications du chanteur qui rejoue sa vie à chaque chanson dans la Sérénade du pavé… 

Le portrait de ces chanteurs des rues serait incomplet s’il négligeait les instruments qui les accompagnent. Ici aussi, le populaire qui se veut vil fricote avec le raffinement et le talent. Les arrangements ne sont pas réduits à ce qui pourrait être leur minimum et l’orgue de barbarie, l’accordéon, la vielle à roue ou la cornemuse côtoient le violon et la harpe. Ce mélange trouve un bel équilibre sous la direction passionnée d’Arnaud Marzorati dont la voix de baryton surjoue (ce qui, ici, semble très à propos) également l’invraisemblable mais géniale Complainte de Fualdès. Les Lunaisiens sont pour l’occasion rejoints par l’Ensemble vocal féminin du Conservatoire d’agglomération de Saint-Omer qui donne une voix au bruissement de la plèbe, annonçant par exemple une épidémie de choléra : de l’une à l’autre rive tout l’monde en crèvera

Nés sur le pavé et aujourd’hui consacrés par un prestigieux label, ces chants racontent la vie de tous les laissés pour compte. Et leur délicate et désuète grossièreté ne doit pas leurrer : ils continuent de raconter des histoires vivantes. Ce qui ne devrait cesser d’étonner.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
wcoxiz193j7fc_600

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Anonyme

Dies Irae

Merd’ v’là l’hiver I

Complainte de Fualdès

Soliloque du chanteur ambulant

La Péronnelle

Merde v’là l’hiver II

Aristide Bruant (1851-1925)

V’là l’choléra

Vincent Scotto (1874-1952)

La Vipère du trottoir

Francis Popy (1874-1928)

Spleen

Émile Waldteufel (1837-1915)

Amour et printemps

Gustave Goublier (1856-1926)

Filles d’ouvrier

Jean Varney (1868-1904)

La Sérénade du pavé

Paul Bernard (1825-1879)

Ca fait peur aux oiseaux

Ducreux et Beretta

Complainte de Paillasse

César Cui (1835-1918)

Les Petiots

Gaston Gabaroche (1884-1961)

Les Nocturnes

Chœur

Ensemble vocal féminin du Conservatoire d’agglomération de Saint-Omer

Chef de chœur

Adélaïde Stroesser

Orchestre

Les Lunaisiens

Stéphanie D’Oustrac, mezzo-soprano

Arnaud Marzorati, baryton et direction artistique

58’52

1CD Alpha Classics

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Je vous écris de ma petite chambre
Livre