Forum Opéra

Thomas Quasthoff : The Complete RCA Recordings

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
7 juin 2018
Thomas Quasthoff en sa jeunesse

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Thomas Quasthoff : The Complete RCA Recordings

CD 1

Franz Schubert : Winterreise, D. 911 (*)

CD 2

Franz Schubert, Lieder (*)

Der Sänger, D.149
Gesänge des Harfners (Goethe : Wilhelm Meister Lehrjahre), D.478
Prometheus, D.674
Ganymed, D.544
Grenzen der Menschheit, D.716
Erlkönig, D.328
Szene aus Faust, D.126
Der Zwerg, D.711
Auf dem Wasser zu singen, D.774
Liedesend, D.473
Der Musensohn, D.764

CD 3

Robert Schumann, Lieder (**)

Dichterliebe (Heine), op. 48
Romanzen und Balladen III (Seidl, Lorenz, Heine), op.53
Belsatzar (Heine), op. 97
Liederkreis (Eichendorff), op.39

CD 4

Wolfgang Amadeus Mozart (***)

«Cosi dunque tradisci» – «Aspri rimorsi atroci», K.432
«Alcandro, Io confesso» – «Non so, d’onde viene», K.512
«Mentre di lascio, o figlia», K.513
«Per questa bella mano», K.612
«Rivolgete a lui lo sguardo», K.584
Die Zauberflöte : aria n°15 «In diesen heil’gen Hallen»
Die Zauberflöte : aria n° 2 «Der Vogelfänger bin ich ja»
Die Zauberflöte : aria n°20 «Ein Mâdchen oder Weibchen »
Le Nozze di Figaro : récitatif et aria n°17 «Hai già vinta la causa» – «Vedro mentr’io sospire»
Don Giovanni : canzonetta n°16 «Deh, vieni alla finestra »
Don Giovanni : aria n°4 «Madamina, il catalogo è questo»

Thomas Quasthoff, baryton-basse

(*) Charles Spencer, piano

(**) Roberto Szidon

(***) Orchestre de Chambre de Heillbronn, direction musicale : Jörg Faerber

Coffret de 4 CD RCA 19075818902, de 4h 21′ 41″ (72′ 23″ ; 61′ 42″ ; 70′ 17″ ; 58′ 19″), enregistrés respectivement en février 1998 (CD 1), en mai 1993 (CD 2), en février 1992 (CD 3), et en octobre 1994 (CD 4).

Ce coffret, réédition en série économique, vient opportunément nous rappeler le grand baryton-basse qu’est Thomas Quasthoff. Sans compter ses immersions dans le jazz, rares sont les œuvres importantes écrites pour sa voix qu’il n’ait abordées. Le programme en est attrayant :  trois CD de lieder de Schubert et de Schumann, essentiels, et des airs de concerts écrits pour basse par Mozart, avec quelques airs d’opéras.

Est-il partition vocale davantage et mieux illustrée que Winterreise, l’aboutissement de l’art schubertien ? C’est possible, mais force est de reconnaître que les dizaines de versions disponibles, réunissant les plus grands chanteurs comme les meilleurs pianistes, nous incitent à multiplier les galettes.  Celle retenue pour ce coffret est la toute première – et la meilleure – qu’il grava, il y a vingt ans.  Dès la marche inexorable de Gute Nacht, on est en dehors des sentiers battus. La variété des climats surprend : accablé, enfiévré, avec d’étonnantes accélérations et suspensions, le lied annonce bien les choix interprétatifs. L’expression est superlative,  servies par une diction exemplaire : les moyens vocaux de ses débuts, avec des aigus clairs comme un medium et des graves bien timbrés. Le souffle, long, est au service de phrasés également étonnants. Halluciné, véhément, accablé, pensif, l’intelligence de la déclinaison musicale du texte est manifeste, comme la liberté, partagée par Charles Spencer, pianiste préféré de Christa Ludwig.

Des lieder de Schubert d’après Goethe constituent l’essentiel du deuxième CD. L’ensemble est réjouissant, toutes les qualités signalées sont bien présentes. La gravité dramatique, violente et désespérée de Prometheus, la progression des variations de Ganymed, la légèreté de Der Musensohn, tout est juste, Thomas Quasthoff et son partenaire confèrent à ces interprétations un ton personnel qui en renouvelle l’approche.

De Schumann, l’enregistrement propose, entre deux cycles très connus, Dichterliebe et le Liederkreis sur des poèmes d’Eichendorff, le plus rare troisième volume des Romances et ballades, et Belsatzar (Heine). Boudé par la critique à sa sortie, qualifié même de « déroute », ce CD ne mérite pas une telle infamie. Ici encore, le baryton et son pianiste, Robert Szidon, impriment leur marque.  Le lyrisme et la sensibilité habitent chaque texte, dont la géniale parure musicale n’est qu’un attribut. Le célèbre In der Fremde qui ouvre le Liederkreis est superbe de vérité vocale et pianistique. Les nuages courent dans les arpèges du piano, soutenus par le flux du soutien vocal, un grand moment. Chaque lied appellerait un commentaire tant l’approche du chanteur et du piano est singulière. Tout est clair, le corollaire étant que l’on cherche parfois le mystère.

Mozart accompagne toute la carrière du chanteur.  Le dernier CD nous propose les cinq principaux airs de concert  écrits pour basse, suivis de trois airs de la Flûte enchantée (Sarastro, Papageno) un des Noces de Figaro (le comte, n°17)  et deux de Don Giovanni où il incarne tour à tour celui-ci (Deh, vieni alla finestra) et Leporello (air du catalogue). C’est la jeunesse et la vigueur du chant qui, d’emblée, impressionnent. A cet égard, Papageno lui convient davantage que Sarastro, à l’autorité insuffisante. L’orchestre, plus qu’honnête sous la direction de Jörg Faerber, lui tisse un bel écrin, particulièrement dans Per questa bella mano, avec la contrebasse solo, virtuose, mais humble. Une sorte de résumé de l’art de Mozart.

La réédition, économique, est dépourvue de tout livret, donc des textes chantés et de leur traduction. Mais les amateurs les trouveront aisément s’ils n’en disposent pas déjà.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
quasthoff

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Thomas Quasthoff : The Complete RCA Recordings

CD 1

Franz Schubert : Winterreise, D. 911 (*)

CD 2

Franz Schubert, Lieder (*)

Der Sänger, D.149
Gesänge des Harfners (Goethe : Wilhelm Meister Lehrjahre), D.478
Prometheus, D.674
Ganymed, D.544
Grenzen der Menschheit, D.716
Erlkönig, D.328
Szene aus Faust, D.126
Der Zwerg, D.711
Auf dem Wasser zu singen, D.774
Liedesend, D.473
Der Musensohn, D.764

CD 3

Robert Schumann, Lieder (**)

Dichterliebe (Heine), op. 48
Romanzen und Balladen III (Seidl, Lorenz, Heine), op.53
Belsatzar (Heine), op. 97
Liederkreis (Eichendorff), op.39

CD 4

Wolfgang Amadeus Mozart (***)

«Cosi dunque tradisci» – «Aspri rimorsi atroci», K.432
«Alcandro, Io confesso» – «Non so, d’onde viene», K.512
«Mentre di lascio, o figlia», K.513
«Per questa bella mano», K.612
«Rivolgete a lui lo sguardo», K.584
Die Zauberflöte : aria n°15 «In diesen heil’gen Hallen»
Die Zauberflöte : aria n° 2 «Der Vogelfänger bin ich ja»
Die Zauberflöte : aria n°20 «Ein Mâdchen oder Weibchen »
Le Nozze di Figaro : récitatif et aria n°17 «Hai già vinta la causa» – «Vedro mentr’io sospire»
Don Giovanni : canzonetta n°16 «Deh, vieni alla finestra »
Don Giovanni : aria n°4 «Madamina, il catalogo è questo»

Thomas Quasthoff, baryton-basse

(*) Charles Spencer, piano

(**) Roberto Szidon

(***) Orchestre de Chambre de Heillbronn, direction musicale : Jörg Faerber

Coffret de 4 CD RCA 19075818902, de 4h 21′ 41″ (72′ 23″ ; 61′ 42″ ; 70′ 17″ ; 58′ 19″), enregistrés respectivement en février 1998 (CD 1), en mai 1993 (CD 2), en février 1992 (CD 3), et en octobre 1994 (CD 4).

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’Orfeo, servi par la jeune génération
Julian PRÉGARDIEN, Gwendoline BLONDEEL, Eva ZAÏCIK
CD