Norma officie dans une forêt néo-gothique

Norma - Paris

Par Jean-Marcel Humbert | sam 28 Janvier 2017 | Imprimer

Du chêne sacré du temple d’Irminsul à la cathédrale Notre-Dame du Liban à Paris, le parcours de cette Norma est judicieux. D’abord parce que, bien que néo-gothique (Jules-Godefroy Astruc, 1893), l’édifice rappelle que Chateaubriand comparait la cathédrale gothique à une forêt pleine de mystère, propre donc à donner à ce prototype de l’opéra romantique un cadre à sa mesure. Ensuite, parce que cette église est réputée pour son acoustique, qui en a fait pendant la seconde moitié du XXe siècle le studio d’enregistrement de prédilection d’Erato.

Le concert de ce soir constitue un lourd challenge, tant la partition présente de difficultés. Pourtant,  malgré nombre d’imperfections, on passe une excellente soirée, du fait de la lisibilité et de la clarté du propos musical. Bien sûr, l’orchestre sous la direction de Léonard Ganvert a connu des problèmes, et quelques pains, ici et là, on fait sourire. Mais il s’agit d’un orchestre de jeunes – voire très jeunes – élèves de conservatoires, alors il faut surtout parler de performance. Les chœurs de VociHarmonie auraient encore à travailler l’articulation, mais ils tiennent leur place avec assurance.


Gautier Joubert (Oroveso), Clémence Olivier (Adalgisa) et Catherine Manandaza (Norma) © Photo Jean-Marcel Humbert

Quant aux solistes, il y a les jeunes et les vétérans. De la première catégorie se dégagent Clémence Olivier, que l’on a jusqu’à présent plus souvent entendue dans Offenbach où elle fait merveille, et qui s’attaque avec aplomb à la version soprano du rôle d’Adalgisa. A l’opposé total des lourdes mezzo, elle apporte au rôle sa frêle silhouette et sa voix fraîche et musicale, qui se marie parfaitement avec celle de Norma, mais est parfois simplement emportée dans le flot de décibels émis par les deux rôles principaux. Il en ressort une personnification sensible et émouvante de la jeune prêtresse, rarement perceptible à ce point sur scène. L’Oroveso de Gautier Joubert, dont c’est la première apparition en tant que soliste, est encore brut de décoffrage, mais quelle belle voix pleine de promesses, à suivre avec intérêt. Les petites interventions de Julie Lempernesse (Clotilde) sont fort bien venues.

Moins de surprises du côté des deux personnages centraux. Daniel Gàlvez-Vallejo campe un Pollione pour une fois digne d’intérêt, avec une grande intelligence du texte et une belle qualité musicale. Sa voix légèrement barytonnante, d’une technique vocale exceptionnelle, le range d’emblée dans les meilleurs titulaires d’un rôle où ont brillé Corelli et Vickers. Catherine Manandaza, enfin, est Norma. Elle en a toutes les interrogations, les scrupules, l’autorité et la véhémence, elle a la voix du rôle, puissante et sans passage, avec de beaux son filés et de très jolies notes piquées dans le duo avec Adalgisa. Mais en même temps, sa technique est imprévisible, et parfois en délicatesse avec la justesse, ce qui ne fait d’ailleurs qu’ajouter à la fragilité d’un personnage souvent interprété d’un bloc, comme un roc. Les voix de tous les interprètes ont de plus l’intérêt de se marier parfaitement entre elles.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

La traviata - Verdi - Peter Konwitschny, Marcus Bosch - Nuremberg - 24/04/2018 -
2
Gloriana - Britten - David McVicar, Ivor Bolton - Madrid - 24/04/2018 -
4
Lohengrin - Wagner - Alain Altinoglu, Olivier Py - Bruxelles (La Monnaie) - 20/04/2018 -
2
The Beggar's Opera - Gay - William Christie, Robert Carsen - Paris (Bouffes du Nord) - 20/04/2018 -
3
Così fan tutte - Mozart - David Robertson, Phelim McDermott - New York - 19/04/2018 -
2
Cendrillon - Massenet - Bertrand de Billy, Laurent Pelly - New York - 17/04/2018 -
2
Luisa Miller - Verdi - Bertrand de Billy, Elijjah Moshinsky - New York - 14/04/2018 -
3
A Midsummer Night's Dream - Britten - Benjamin Pionnier, Jacques Vincey - Tours - 13/04/2018 -
2