Forum Opéra

ROSSINI, Il viaggio a Reims — Rome

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
24 juin 2017
Voyage scolaire

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Dramma giocoso en un acte (1825)

Livret de Luigi Balocchi

Détails

Mise en scène
Damiano Michieletto
Décors
Paolo Fantin
Costumes
Carla Teti
Lumières
Alessandro Carletti

Corinna
Adriana Ferfecka
La Marchesa Melibea
Cecilia Molinari
La Contessa di Folleville
Maria Aleida
Madama Cortese
Valentina Varriale
Il Cavaliere Belfiore
Filippo Adami
Il Conte di Libenskof
Pietro Adaini
Lord Sidney
Adrian Sâmpetrean
Don Profondo
Nicola Ulivieri
Il Barone di Trombonok
Bruno De Simone
Don Alvaro
Simone del Savio
Don Prudenzio
Vincenzo Nizzardo
Don Luigino
Enrico Iviglia
Delia
Caterina Di Tonno
Maddalena
Gaia Petrone
Modestina
Erika Beretti
Zefirino/Gelsomino
Christian Collia
Antonio
Davide Giangregorio

Choeur de l’Opéra de Rome
Chef des choeurs
Roberto Gabbiani
Orchestre de l’Opéra de Rome
Direction musicale
Stefano Montanari

Teatro Costanzi, Rome, samedi 24 juin, 18h00

La dernière représentation de la saison romaine (avant le festival aux Thermes de Caracalla) fait la part belle aux jeunes chanteurs. Le temps d’une soirée, des lauréats de prix divers ou bien formés dans divers ensemble font leur cette production du Viaggio a Reims signée Damiano Michieletto en 2015 à Amsterdam. À Rome, la fin des ensembles laisse entendre des mécontentements contre cette proposition fouillée, intellectuelle, certes drôle, irréprochable dans sa réalisation au cordeau mais en effet fort peu lisible. Les rapports entre les personnages et leur motivation se perdent dans un musée où l’on déambule en plein accrochage. Les airs ou les scènes défilent comme des numéros dans une revue que pas grand-chose ne relie avant que la clé ne soit donnée dans l’image finale. Une reproduction vivante du « Sacre de Charles X à Reims » (François Gérard) se dessine sous nos yeux pendant toute la louange de Corinna, élégante manière de dépasser un deuxième acte fort peu opératique et de détourner le panégyrique du monarque depuis longtemps disparu vers l’art en général.  

Les quelques chahuts à l’encontre du chef Stefano Montanari nous semblent plus difficilement compréhensibles. Il fait montre d’une très belle capacité d’adaptation. La première demi-heure de musique s’inscrit sûrement dans la lignée du travail préparatoire et des représentations avec la première distribution. Elle est rossinienne d’essence : rupture de rythme et de volume, tempo endiablé, couleurs. Las, dans cette ultime soirée, les repères ont changé et l’abattage des chanteurs n’est surement pas le même. Qu’à cela ne tienne, le chef calme le jeu, évite de trop pousser le son de l’orchestre, maintient un rythme plus égal et rive sa gestuelle au plateau avec, pour conséquence, une interprétation plus scolaire mais tenue de bout en bout.


© Yasuko Kageyama

Les chanteurs s’attirent les bravos du public. Le niveau est globalement homogène, l’émulation de troupe, le plaisir d’être sur scène communicatif et surtout l’envie de suivre tant l’écriture que l’esprit rossinien bien présents. Les audaces sont nombreuses. Elles sont parfois payées de succès. Ainsi le Libenskof de Pietro Adaini laisse entendre un timbre solaire, assis sur une technique solide et une amplitude vocale qui font mouche lors du duo de la réconciliation avec Melibea. L’interprète de cette dernière, Cecilia Molinari dispose d’une voix ronde et puissante capable de dépeindre la passion qui couve sous des dehors sages. Adriana Ferfecka (Corinna) phrase ses stances avec une musicalité exemplaire. Par son union délicate avec la harpe, le timbre, soyeux, suspend le temps lors de ses deux grandes interventions. Valentina Varriale (Madama Cortese) ne démérite pas, mais le medium peu affirmé la rend quasi inaudible en dehors même des ensembles. Problème qu’elle partage avec Maria Aleida (Folleville) elle aussi confidentielle, à l’exception d’aigus stratosphériques en voix de sifflet, impressionnants certes mais hors style. Filippo Adami (Belfiore) délivre la prestation la plus contrastée : présence scénique évidente et séduisante, voix belle et lumineuse mais problèmes récurrents de justesse dans le registre aigu. Quelques piliers du répertoire rossinien cimentent la qualité de la représentation. Nicola Ulivieri croque Don Profundo commme il sait le faire depuis une vingtaine d’année à la scène et au disque. Ligne, couleurs, variations… D’une noblesse indéfectible tant dans la tendresse de l’aveu que dans les élans escarpés de sa cabalette, Adrian Sâmpetrean enfin (Lord Sidney) se hisse d’une large tête au-dessus de la mêlée. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma giocoso en un acte (1825)

Livret de Luigi Balocchi

Détails

Mise en scène
Damiano Michieletto
Décors
Paolo Fantin
Costumes
Carla Teti
Lumières
Alessandro Carletti

Corinna
Adriana Ferfecka
La Marchesa Melibea
Cecilia Molinari
La Contessa di Folleville
Maria Aleida
Madama Cortese
Valentina Varriale
Il Cavaliere Belfiore
Filippo Adami
Il Conte di Libenskof
Pietro Adaini
Lord Sidney
Adrian Sâmpetrean
Don Profondo
Nicola Ulivieri
Il Barone di Trombonok
Bruno De Simone
Don Alvaro
Simone del Savio
Don Prudenzio
Vincenzo Nizzardo
Don Luigino
Enrico Iviglia
Delia
Caterina Di Tonno
Maddalena
Gaia Petrone
Modestina
Erika Beretti
Zefirino/Gelsomino
Christian Collia
Antonio
Davide Giangregorio

Choeur de l’Opéra de Rome
Chef des choeurs
Roberto Gabbiani
Orchestre de l’Opéra de Rome
Direction musicale
Stefano Montanari

Teatro Costanzi, Rome, samedi 24 juin, 18h00

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle