Forum Opéra

Marina Viotti, Rossini Only – Paris (Sainte Chapelle)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 avril 2024
Rossini sur instrument d’époque

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino Rossini (1792-1868)

Exercices
« Ritournelle Gothique » (N°8 extrait des Péchés de Vieillesse)
« Petit gargouillement »

Sur l’eau
« Barcarole (N°8 extrait de l’Abum pour enfants dégourdis)
« La gita in gondola » (Carlo Pepoli, N° 7 extrait des Soirées musicales)

Venise
« Mon bien-aimée » (Casimir Delavigne)
Canzonetta « La Vénitienne » (N°3 extrait des Péchés de Vieillesse)
La regata veneziana, Tre canzonette (Francesco Maria Piave, N° 8-10 extraits de l’Album italien)
– Anzoleta avanti la regata – « Là su la machina xe la bandiera »
– Anzoleta co passa la regata –  « I xe qua, i xe qua, vardeli, vardeli »
– Anzoleta dopo la regata – « Ciapa un baso, un altro ancora »

Croire
« Première Communion » (N°1 extrait de l’Album pour Les enfants adolescents)
« Ave Maria (su due note) » (Giuseppe Torre, N° 1 extrait de l’Album italien)

Offenbach
« Petite caprice ( dans le style d’Offenbach) » (N° 6 extrait de Miscellanée pour piano)
« La chanson du bébé » (Émilien Pacini, N° 2 extrait de Miscellanée de musique vocale)

Espagne
« A Grenade » (Émilien Pacini, extrait de Deux nouvelles compositions)
Canzonetta spagnuola, « En medio a mis colores »

Bis
« Nacqui all’affanno… Non piu mesta » extrait de La Cenerentola

Marina Viotti, mezzo-soprano
Jan Schultsz, piano

Paris Sainte Chapelle Opera Festival, lundi 15 avril 2024, 20h

Infatigable Marina Viotti ! Elle chantait Carmen à Zurich la veille. La voilà sous la voute gothique de la Sainte Chapelle dans un programme entièrement consacré à Rossini à travers des pages rarement interprétées.

A ses côtés, Jan Schultsz et un piano forte Pleyel daté de 1839, semblable à celui sur lequel le Cygne de Pesaro composait ses Péchés de vieillesse à l’usage exclusif des invités de ses soirées parisiennes. L’instrument offre un son feutré et une moindre puissance supposés rendre à ces partitions leur caractère original. L’acoustique de la Sainte Chapelle n’est pas celle des salons lambrissés de la Chaussée d’Antin et notre oreille, pervertie par des pianos modernes, n’est pas la mieux placée pour goûter ces sonorités d’un autre temps, privées de métal et d’éclat.

Puis, quels que soient la fantaisie, la grâce et les clins d’œil dont Rossini parsème sa musique instrumentale, quelle que soit la virtuosité requise par des pièces simples au premier abord avant de devenir véloces, et quelle que soit la maîtrise de Jan Schultsz pour surmonter leurs difficultés techniques, ces partitions aux noms évocateurs – « Première communion », « Petit caprice (dans le style d’Offenbach) », « Ritournelles gothiques » – nous semblent tourner à vide. Charmantes souvent, amusantes parfois mais anecdotiques. La faute à Rossini dont l’art demeure d’abord vocal ?

La faute aussi à Marina Viotti dont le chant agit à la façon d’un philtre d’amour. Que la mezzo-soprano quitte la scène, et l’attention retombe. Quelle est la formule de cet élixir puissant qui possède le don d’ensorceler ? Le timbre d’abord, un velours ni trop ras, ni trop épais, de teinte amarante, doux sans être fade, vif sans aigreur, ni acidité ; la ligne de chant ensuite, longue, tracé d’un geste continu et égal ; l’émission naturelle sur un ambitus confortable – aucun aigu n’est tiré ; aucun grave n’est forcé ; la souplesse, même si les pages choisies n’exigent pas de contorsions vocales – l’absence d’effet est la première de leurs difficultés.

L’art de Marina Viotti réside aussi dans sa capacité à faire vivre le texte, qu’il soit d’essence spirituelle – l’« Ave Maria (su due note) » –, bouffonne – « La chanson du bébé » – ou mélancolique – « Mon bien-aimé », même si dans cette dernière mélodie, la diction française est insuffisamment claire pour que l’on saisisse la touche d’humour promise, tout comme un mot sur deux nous échappe dans « A Grenade ». Cette expressivité trouve matière à s’exercer dans La regata veneziana : l’histoire en trois temps et en dialecte vénitien d’une régate sur le Grand Canal vue du balcon de la fiancée d’un des rameurs.

Ces tre canzonzette ont été popularisées par Cecilia Bartoli, explique la chanteuse qui présente chaque numéro interprété. Et l’on sent derrière ses quelques mots, l’amour de cette musique et la joie d’en partager l’esprit. Ce plaisir se teinte d’humanisme lorsque Marina Viotti met en avant le message de pardon véhiculé par son unique bis – en raison des contraintes horaires imposées par le lieu du concert – : le rondo de La Cenerentola, feu d’artifice généreux – et périlleux au lendemain de Carmen, prévient-elle –, varié, orné, trillé, roucoulé avec une aisance déconcertante qui met le public débout.

Prochains rendez-vous du Paris Sainte Chapelle Opera Festival : le 20 avril, des airs baroques et mélodies perses par le contre-ténor Cameron Shahbazi et le 21 avril, Melanie Sierra dans « les plus beaux airs de Broadway ».

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino Rossini (1792-1868)

Exercices
« Ritournelle Gothique » (N°8 extrait des Péchés de Vieillesse)
« Petit gargouillement »

Sur l’eau
« Barcarole (N°8 extrait de l’Abum pour enfants dégourdis)
« La gita in gondola » (Carlo Pepoli, N° 7 extrait des Soirées musicales)

Venise
« Mon bien-aimée » (Casimir Delavigne)
Canzonetta « La Vénitienne » (N°3 extrait des Péchés de Vieillesse)
La regata veneziana, Tre canzonette (Francesco Maria Piave, N° 8-10 extraits de l’Album italien)
– Anzoleta avanti la regata – « Là su la machina xe la bandiera »
– Anzoleta co passa la regata –  « I xe qua, i xe qua, vardeli, vardeli »
– Anzoleta dopo la regata – « Ciapa un baso, un altro ancora »

Croire
« Première Communion » (N°1 extrait de l’Album pour Les enfants adolescents)
« Ave Maria (su due note) » (Giuseppe Torre, N° 1 extrait de l’Album italien)

Offenbach
« Petite caprice ( dans le style d’Offenbach) » (N° 6 extrait de Miscellanée pour piano)
« La chanson du bébé » (Émilien Pacini, N° 2 extrait de Miscellanée de musique vocale)

Espagne
« A Grenade » (Émilien Pacini, extrait de Deux nouvelles compositions)
Canzonetta spagnuola, « En medio a mis colores »

Bis
« Nacqui all’affanno… Non piu mesta » extrait de La Cenerentola

Marina Viotti, mezzo-soprano
Jan Schultsz, piano

Paris Sainte Chapelle Opera Festival, lundi 15 avril 2024, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Flash Gordon, Zorro et les Dalton
Yaritza VÉLIZ, Julie BOULIANNE, Ramón TEBAR
Spectacle