Forum Opéra

ROSSINI, La Cenerentola – Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
10 octobre 2023
Le triomphe de la Viotti

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

La Cenerentola, ossia La Bonta in trionfo

Dramma giocosa en deux actes composé par Gioachino Rossini sur un livret de Jacopo Ferretti, d’après le conte de Charles Perrault (et ses précédents adaptateurs, Charles-Guillaume Etienne, puis Francesco Fiorini)

Créé le 28 janvier 1817 au Teatro Valle de Rome

Détails

Mise en scène
Damiano Michieletto
Scénographie
Paolo Fantin
Costumes
Agostino Cavalca
Lumières
Alessandro Carletti
Vidéo
rocafilm
Chorégraphie
Chiara Vecchi

Angelina
Marina Viotti
Don Ramiro
Levy Sekgapane
Dandini
Edward Nelson
Don Magnifico
Peter Kálmán
Clorinda
Alice Rossi
Tisbe
Justyna Ołów
Alidoro
Alexandros Stavrakakis

Orchestre Balthasar Neumann
Chœur Balthasar Neumann

Direction musicale
Thomas Hengelbrock

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, 9 octobre 2023, 19h30

En même temps que la bonté, triomphe Marina Viotti sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées dans La Cenerentola jusqu’au 19 octobre. D’Angelina, rôle réputé pour sa virtuosité, la mezzo-soprano se joue avec une facilité déconcertante, comme si aligner les notes à une vitesse vertigineuse était simple promenade de santé, comme si les difficultés n’étaient pas assez nombreuses qu’il faille encore rajouter des trilles et compliquer les cadences. Mais la vélocité n’est rien sans un peu d’expression. Marina Viotti possède la faculté, à laquelle se reconnaît un vrai chanteur rossinien, de donner un sens aux vocalises. Si l’on ajoute à ce portrait déjà avantageux, un timbre d’une étoffe rare, un large éventail de couleurs et une ligne égale dont le tracé n’est jamais appuyé mais au contraire toujours nuancé, on comprend l’ovation qui accueille son rondo final.

Moins compréhensibles nous ont semblé les huées réservées à Damiano Michieletto et son équipe. La mise en scène se contente de raconter l’histoire sans abuser de gags – tentation à laquelle cèdent de trop nombreuses productions dès qu’il s’agit de Rossini. Mieux, elle écoute la partition en veillant à synchroniser geste et musique. Que les ficelles de l’intrigue soient tirées par Alidoro dans une cantine puis dans un loft n’entrave pas la lisibilité du récit. Quelques trouvailles – que l’on ne décrira pas pour ne pas divulgâcher les représentations à venir – nous ont paru du meilleur effet. Les rires dans la salle en témoignent. Non, vraiment pas de quoi s’indigner, surtout en des temps comme les nôtres.

La Cenerentola © Vincent Pontet

Depuis le Belvedere à Amsterdam en 2015, Levy Sekgapane a promené Ramiro dans les plus grands théâtres. A l’égal de sa partenaire, son contraltino se rit des cimes et des multiples pirouettes qu’il lui faut réaliser. Mais le timbre reste pincé et la voix fluette pour un rôle qui veut plus de corps dans le medium.

Autre chanteur familier de ce répertoire, Peter Kálmán détient toutes les clés d’un Don Magnifico affreux, sale et méchant, la maîtrise du chant syllabique n’étant pas la moindre. Est-il alors nécessaire de faire dans la surenchère ? Le recours fréquent au parlato et aux borborygmes n’ajoutent rien à une partition déjà montée sur ressort comique.

Plébiscité pour la puissance de sa voix et sa longueur de souffle, Alexandros Stavrakakis propose un Alidoro exotique débordé par les exigences stylistiques de son air, « Là del ciel nell’arcano profondo », que Rossini a taillé à la dimension d’un opéra seria avec des sons à enfler puis à diminuer et des roulades sur toute la gamme – ce dont se dispense la basse grecque faute de la technique adéquate.

Également hors style, Edward Nelson se débat avec l’écriture de Dandini, inconfortable il est vrai car à cheval entre canto spianato et fiorito, les deux mamelles d’un bel canto étranger à sa vocalité.

Justyna Olow (Tisbe) et Alice Rossi (Clorinda privée de son air – qui n’a pas été composé par Rossini), sont vaniteuses, teigneuses et indissociables conformément à la tradition.

Le choeur – uniquement masculin – apporte un soutien sans faille à des ensembles dont la direction agitée de Thomas Hengelbrock floute les contours et brouille les lignes. Question de goût sans doute mais on avoue ne pas avoir apprécié plus que de raison cette lecture baroqueuse de La Cenerentola, certes rafraîchie, certes assumée par l’Orchestre Balthasar Neumann, mais inconstante, parfois trop lente, souvent trop rapide, comme s’il fallait que la musique de Rossini soit nécessairement endiablée pour faire son effet. C’est oublier l’ambiguïté d’une partition qui juxtapose à l’entrain une tendresse teintée de mélancolie.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

La Cenerentola, ossia La Bonta in trionfo

Dramma giocosa en deux actes composé par Gioachino Rossini sur un livret de Jacopo Ferretti, d’après le conte de Charles Perrault (et ses précédents adaptateurs, Charles-Guillaume Etienne, puis Francesco Fiorini)

Créé le 28 janvier 1817 au Teatro Valle de Rome

Détails

Mise en scène
Damiano Michieletto
Scénographie
Paolo Fantin
Costumes
Agostino Cavalca
Lumières
Alessandro Carletti
Vidéo
rocafilm
Chorégraphie
Chiara Vecchi

Angelina
Marina Viotti
Don Ramiro
Levy Sekgapane
Dandini
Edward Nelson
Don Magnifico
Peter Kálmán
Clorinda
Alice Rossi
Tisbe
Justyna Ołów
Alidoro
Alexandros Stavrakakis

Orchestre Balthasar Neumann
Chœur Balthasar Neumann

Direction musicale
Thomas Hengelbrock

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, 9 octobre 2023, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle