Forum Opéra

31 mars 1693 : Alcide ou le triomphe d’Hercule

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Zapping
31 mars 2023
Une tragédie de Marailully

Infos sur l’œuvre

Détails

Pour sa première tragédie lyrique, Marin Marais, qui a alors 37 ans, s’associe avec Lully. Mais pas Jean-Baptiste, disparu sept ans plus tôt : c’est le fils ainé du Florentin, Louis, qui s’y colle. On ignore encore aujourd’hui la part de l’un et de l’autre dans la partition, mais c’est le nom de Marin Marais qui y est aujourd’hui le plus associé.

Le livret est commis par un certain Jean Galbert de Campistron, secrétaire du duc de Vendôme, et auteur des derniers livrets pour Lully père. Mais alentour, on le connait davantage pour sa vie agitée que pour ses talents de poète et on ne peut pas dire qu’il se surpasse avec cet Alcide ou le Triomphe d’Hercule dont il aurait emprunté l’argument à une pièce de théâtre contemporaine.

En cinq actes, la tragédie lyrique décrit le quatuor amoureux et malheureux entre Hercule (Alcide), son épouse Déjanire, la princesse Iole, dont Alcide tombe amoureux et Philoctète, que la princesse aime. Comme c’est une tragédie, tout finit mal, sauf pour Philoctète et la princesse qui sont unis par Alcide.

L’œuvre est créée à l’Académie royale de musique voici 330 ans, si l’on en croit le journal du marquis de Dangeau, figure de la Cour de Versailles, et qui écrit à la date du 31 mars qu’on a donné pour la première fois cet opéra, dont la musique est « du petit Lully et de Marais ». La représentation est quelque peu gâtée par l’absence du Dauphin, pourtant annoncée, mais qui est souffrant. Heureusement pour ses auteurs, l’œuvre reste quand même à l’affiche plusieurs semaines, mais elle suscite quelques railleries lorsqu’on l’en retire comme le prouve ce petit quatrain qui circule à Versailles et qui se moque surtout du livret, alors universellement conspué :

« A force de forger, on devient forgeron.

Il n’en est pas ainsi du pauvre Campistron.

Au lieu d’avancer, il recule :

Voyez Hercule ! »

La tragédie sera reprise plusieurs fois sous divers noms avant une longue éclipse, jusqu’à sa renaissance remarquée en 2006, à Versailles, sous la direction de Jérome Correas. En voici un extrait de l’acte III, avec Aurelia Legay en Déjanire et Brigitte Balleys en Thestilis.

Monsieur de Campistron
Marin Marais

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’opéra pour enfants de Britten a 75 ans
Zapping
Ecrit en quelques jours en 1909, le premier opéra d’Arnold Schoenberg était créé à Prague voici tout juste 100 ans.
Zapping