Forum Opéra

Une nouvelle traduction de la Tétralogie

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
9 octobre 2015
Une nouvelle traduction de la Tétralogie

Infos sur l’œuvre

Détails

Si l’œuvre de Wagner fait l’objet de nouvelles interprétations lors de chaque représentation scénique et musicale, qu’en est-il du texte d’un compositeur qui s’affirme comme poète (Dichter), qui a revendiqué haut et fort l’union indissoluble du texte et de la musique dans son oeuvre et qui, de surcroît, s’est intéressé aux problèmes que pose la traduction de ses textes ?

On sait que Wagner a rencontré des difficultés particulières lors de la transposition de ses livrets pour ses œuvres données à Paris. Aux difficultés usuelles que pose toute tentative de transcrire dans une autre langue, c’est-à-dire dans une autre culture et un autre système référentiel, tout texte littéraire, la question des poèmes originaux et novateurs dans leur forme, musicaux déjà dans leur utilisation des assonances et des allitérations, mais aussi dans la syntaxe, pensés en lien étroit avec la musique, fait surgir des problèmes innombrables. Excessivement emphatiques ou outrancièrement sentimentales, bien des traductions frisent le grotesque ou le ridicule, contribuant à forger de la langue de Wagner une image déformée. Romain Rolland ne se plaignait-il pas, dans une lettre à Richard Strauss, de « l’absurdité de ses traductions » contribuant largement, selon lui, au « mouvement de réaction anti-wagnérien » ?

Lors de la diffusion par Arte, en 1991, de la captation de la Tétralogie du centenaire de Bayreuth (Boulez – Chéreau, 1976), une traduction nouvelle avait été élaborée par Henri Christophe, soucieuse de rendre justice, au-delà des habitudes, traditions et clichés, à l’originalité créatrice du poète et écrivain dramatique Richard Wagner. Une publication de cette traduction par les éditions Symétrie remet en lumière les questions posées par un tel travail. Le traducteur, lui-même, se propose d’y répondre mardi prochain, 13 octobre à Lyon lors d’une rencontre-débat organisée en partenariat avec le Cercle Wagner local. Pour compléter, sur le versant musicologique, l’intérêt de la rencontre, Jean-Jacques Velly présentera de son côté l’ouvrage posthume de Serge Gut dont il a préparé la version définitive, Tristan et Isolde. L’amour, la mort et le nirvâna (Fayard, 2014). Plus d’informations sur  http://cercle.wagner.lyon.free.fr/

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Traduction de la Tétralogie de Wagner par Henri Christophe © Editions Symétire

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]