Forum Opéra

Die Schöpfung

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
21 janvier 2021
Un Créateur sans majesté

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Oratorio en trois parties
Livret de Gottfried von Swieten, d’après le livre de La Genèse, le Livre des Psaumes et Paradise Lost de John Milton.

Création le 30 avril 1798 au Palais Schwarzenberg de Vienne.

Détails

Gabriel, Eva

Anna Lucia Richter

Uriel

Maximilian Schmitt

Raphaël, Adam

Florian Boesch

Chor des Bayrerischen Rundfunks

Chef des chœurs

Peter Dijsktra

Il Giardino Armonico

Direction musicale

Giovanni Antonini

Alpha 567

2CD : 100’18 »

On connaît l’anecdote : Haydn, déjà auréolé d’une célébrité sans frontières (nous sommes en 1798, il lui reste onze ans à vivre) assiste à une représentation de son nouvel oratorio Die Schöpfung, ou peut-être le dirige-t-il, les sources divergent. A l’issue du chœur final « Toutes les voix chantent le Seigneur », l’assistance, d’abord saisie, se lève comme un seul homme et réserve un triomphe sans fin au compositeur. Celui-ci, venant saluer une dernière fois, se saisit alors de la partition, la montre au public et, de l’autre main, pointe vers le ciel, renvoyant au Créateur tout le mérite de la composition. Admirable condensé à la fois de la dévotion de Joseph Haydn et de la conscience d’avoir mis dans ces deux heures de musique peut-être le meilleur de lui-même.

Haydn y aurait-il retrouvé les siens dans la nouvelle interprétation de son oratorio proposée par le Jardin Harmonique de Giovanini Antonini, que le label Alpha fait paraître dans la perspective du tricentenaire 1732 ? Y aurait-il retrouvé la majesté qui sied au Créateur lorsque, si l’on en croit le récit de la Genèse ou du Livre des Psaumes repris ici dans le livret, il procède, patiemment et minutieusement, à la survenue de la création sur Terre ?

Difficile de répondre facilement à cette interrogation. Ou plutôt il faudra pour ce faire distinguer l’orchestre et les solistes ainsi que le chœur. On pourra ainsi goûter modérément l’introduction orchestrale (« Vorstellung des Chaos ») qui dit assez bien le parti pris de tout l’enregistrement. Tout est juste, cohérent, magnifiquement joué, superbement rendu par une prise de son avec juste ce qu’il faut de réverbération. Du grand art. Est-ce pourtant l’orchestre de Haydn que nous entendons ? N’assistons-nous pas plutôt à la revisite d’une partition orchestrale devenue romantique avant l’heure, avec son lot d’accents surlignés, de contrastes rythmiques spectaculaires certes, saisissants sans doute, séduisants peut-être mais qui nous semblent à mille lieux d’une partition originale qui se voulait à coup sûr beaucoup plus modeste dans son emphase, dans sa dévotion au Créateur. Par ailleurs bien des tempi, précipités ( « Der Herr ist groβ »), nous semblent difficilement justifiables. Mais rendons justice à la pâte orchestrale, très pure, effilée parfois et d’une malléabilité certaine.

Florian Boesch (Raphaël et Adam) domine le trio de solistes. Le baryton est souple, plein, chantant et le timbre possède un pouvoir évocateur qui sied parfaitement à la partition ; citons le magnifique récitatif « Gleich öffnet sich der Erde » suivi d’un aria « Nun scheint in vollem Glanze » tout aussi passionnant.

Le joli ténor de Maximilian Schmitt (Uriel) ne manque pas d’assurance ; la présence au texte est impressionnante mais certains efforts se lisent trop (« Mit Würd’ und Hoheit angetan » ).

Anna Lucia Richter (Gabriel, Eva) a la souplesse requise, un joli timbre ; elle peine toutefois à conserver l’homogénéité de la ligne dans l’aigu (« Mit Staunen sieht das Wunderwerk ») qui se tend douloureusement dans les hautes sphères (« Auf starkem Fittige »).

Le chœur enfin est somptueux, imposant sans être encombrant et qui dessine parfaitement les différentes voix. La prononciation est impeccable, aucune consonne finale n’est omise, sans pour autant que la langue apparaisse trop rêche.

Un bel enregistrement au final qui conviendra à ceux qu’une lecture iconoclaste n’effraie pas mais qui ne s’impose  pas dans la pléthore d’enregistrements existants et où le majestueux ne manque pas.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
q_cd_alpha-567-schoepfung_antonini-768x768-1

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Oratorio en trois parties
Livret de Gottfried von Swieten, d’après le livre de La Genèse, le Livre des Psaumes et Paradise Lost de John Milton.

Création le 30 avril 1798 au Palais Schwarzenberg de Vienne.

Détails

Gabriel, Eva

Anna Lucia Richter

Uriel

Maximilian Schmitt

Raphaël, Adam

Florian Boesch

Chor des Bayrerischen Rundfunks

Chef des chœurs

Peter Dijsktra

Il Giardino Armonico

Direction musicale

Giovanni Antonini

Alpha 567

2CD : 100’18 »

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’Orfeo, servi par la jeune génération
Julian PRÉGARDIEN, Gwendoline BLONDEEL, Eva ZAÏCIK
CD