Le voyage est plus beau que la destination

L'Ile du rêve - Munich

Par Laurent Bury | dim 26 Janvier 2020 | Imprimer

Il arrive que l'on prenne plus de plaisir au trajet qu'au séjour où il conduit, la destination finale dût-elle être aussi paradisiaque que Bora-Bora. Cette saison, le Palazzetto Bru Zane honore la mémoire de Reynaldo Hahn. L’entreprise a déjà fort bien commencé avec une intégrale des mélodies du compositeur. Elle se poursuit avec la reprise de son tout premier opéra, L’Ile du rêve, d’après Pierre Loti. Selon des sources bien placées, le Centre romantique français aurait voulu associer cette œuvre courte (à peine une heure) à deux autres brèves partitions dramatiques de Hahn, La Colombe de Bouddha (1921) et La Reine de Sheba (1924). Cela aurait donné au programme une belle cohérence, et aurait évité toute comparaison entre le voyage initial et son point d'arrivée, mais les organisateurs du concert munichois ont préféré en rester à un seul titre, mais il fallait bien que la soirée soit un peu plus longue, et il a donc été décidé de précéder l’opéra d’un bouquet de mélodies dues à Reynaldo Hahn et surtout à son maître Massenet (les deux Fauré se justifient un peu moins).

Six solistes étant prévus pour l’opéra, quatre d’entre eux se sont dévoués pour la première partie. Mais d’abord, le Münchner Rundfunkorchester propose l’ouverture de Mozart, pièce écrite par Sacha Guitry et où Yvonne Printemps jouait et chantait le rôle du jeune Wolfgang. Sous la direction vitaminée d’Hervé Niquet, on entend bien que cette musique ressemble à du M… essager plutôt qu’à du Mozart, mais c’est très bien comme ça, et il est assez logique que cette « comédie musicale » de 1925 sonne comme L’Amour masqué.

Cyrille Dubois ouvre la partie chanté avec un bouquet de trois Massenet. Divine surprise : malgré la niaiserie des poèmes, l’orchestration est magnifique, digne de Werther, et il ne s’agit en rien de zèle d’un arrangeur soucieux de faire un à-la-manière-de. La soirée n’inclut en effet que des mélodies orchestrées par les compositeurs eux-mêmes. Tout frémissant d’émotion, se dressant sur ses ergots pour darder ses aigus, le ténor s’attire à chaque fois une pluie d’applaudissements mérités. Vient ensuite Anaïk Morel, et l’enchantement ne se poursuit pas moins, même si les mélodies retenues pour la mezzo sont moins exaltées : on admire notamment les notes spectrales confiées au Souvenir dans « Le poète et le fantôme », où la ferveur qui se révèle à la toute fin du badinage d’ « On dit ». La soprano Ludivine Gombert fait valoir un timbre riche, mis en valeur par l’alternance constante d’aigus et de graves dans les Massenet, et l’on savoure la manière dont Fauré a traduit à l’orchestre les bruissements du paysage verlainien. Thomas Dolié nous prouve que, sans tout à fait atteindre la géniale version de Berlioz, la « Chanson du pêcheur » du même Fauré (« Ma belle amie est morte ») ne s’en situe pas moins sur les sommets. Anaïk Morel revient pour l’exquis duo « Les Fleurs », et le baryton conclut seul cette première partie avec un Massenet qui lorgne vers le Rossini de « La Danza » et vers « Funiculi, funicula ».

Après l’entracte, vient ce qui devrait être le morceau de résistance, mais qui se révèle finalement un rien en dessous de tout ce qu’on vient d’entendre. Difficile, en effet, de confronter le premier essai théâtral d’un compositeur aux meilleures mélodies de son maître, d’un autre de ses aînés, ou même à celles de Reynaldo Hahn lui-même. L’Ile du rêve est une partition pleine de charme mélodique, mais un peu dépourvue d’un vrai ressort dramatique, et cette « idylle polynésienne » n’acquiert qu’au dernier de ses trois brefs actes le degré de passion qu’on peut en espérer.

On est cependant heureux d’entendre dans son entier l’orchestration voulue par le jeune Hahn, car la version montée en 2016 à Rochefort et à Paris proposait une réduction pour formation de chambre. Reynaldo savait orchestrer, cela s’entend dans l’exotisme discret de sa partition, et notamment dans les préludes des différents actes, aux caractères divers (néoclassique pour suggérer l’atmosphère pieuse du deuxième, tempétueux pour le troisième où doit se dénouer l’intrigue).

Hélène Guilmette fait enfin son entrée, et comble les attentes tant sa Mahénu se révèle fraîche et espiègle d'abord, tendre et touchante bientôt. Autre artiste que l’on n’a pas entendu dans la première partie, Artavazd Sargsyan confirme tout son talent de diseur, prêtant une voix claironnante au ridicule marchand chinois. Leurs quatre collègues reviennent tour à tour, Cyrille Dubois prêtant une touchante fragilité au premier rôle masculin, Anaïk Morel royale en princesse Oréna, Ludivine Gombert conférant une épaisseur tragique à la brève scène de Téria, et Thomas Dolié impressionnant en père adoptif de l'héroïne, plongé dans sa lecture de la Bible. Complétant cette distribution, le Choeur du Concert spirituel séduit à chaque intervention, par la pureté des voix féminines (les compagnes de Mahén) comme par la robustesse des voix masculines (les marins français prêts à repartir en métropole).

Sans doute le disque à venir, où L'Ile du rêve sera couplée avec une opérette de la maturité de Reynaldo Hahn, O mon bel inconnu, permettra-t-il une écoute plus approfondie, et une appréciation plus fine des charmes de Bora-Bora rêvés par le compositeur.

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.