Si vous avez aimé Les P'tites Michu

André Messager, le passeur de siècle

Par Laurent Bury | jeu 14 Juin 2018 | Imprimer

Aucun anniversaire en vue, mais peu importe : le Palazzetto Bru Zane a décidé d’honorer cette année André Messager, et tant mieux. Alors que Les P’tites Michu ont entamé début mai à Nantes une grande tournée qui doit les conduire à Paris fin juin, il n’était pas mauvais de remettre un peu les pendules à l’heure en aidant le public d’aujourd’hui à mieux cerner la personnalité de celui dont Véronique a longtemps résumé la gloire (la dernière reprise parisienne remonte malgré tout à 2008 au Châtelet), et dont les opérettes des années folles suscitent un engouement croissant. Oui mais, voilà, Messager ne se résume pas à l’ineffable Amour masqué, à Coup de roulis ou à Passionnément, et la biographie écrite par Christophe Mirambeau nous le rappelle fort opportunément.

En près de cinq cents pages, ce volume propose un parcours avant tout chronologique, même s’il s’autorise quelques entorses curieuses (pourquoi ne pas évoquer la création mondiale de Monsieur Beaucaire à Birmingham puis à Londres en 1919, avec Maggie Teyte dans le rôle principal féminin, et n’en relater que la création parisienne en 1925 ?). L’auteur nous conduit de la naissance du petit André à Montluçon en 1853 jusqu’au décès, survenu à Paris en 1929 et causé par une crise d’urémie, de celui que son gendre Jacques-Henri Lartigue appelait « Papi Messager ».

Pour chacune des créations de Messager, relevant essentiellement du genre lyrique et du ballet, Christophe Mirambeau s’appuie sur les témoignages des contemporains, souvenirs de proches ou articles parus dans la presse. Le compositeur fit très tôt l’objet d’une grande attention de la part des commentateurs musicaux, et bénéficia de deux éloges posthumes, celui de son disciple Henry Février en 1947 et celui de Michel Augé-Laribé en 1951, non exempt d’erreurs et d’approximations, semble-t-il (cela dit, quelques erreurs factuelles entachent aussi l’ouvrage paru chez Actes Sud, et l’on souhaite qu’une réédition prochaine permette de corriger la confusion qui fait de la contralto Lucy Arbell une « grande soprano », ou l’étrange micmac historique qui fait de Monsieur Beaucaire le « régent à la mort de Louis XV » !!!). Sans doute ces menues erreurs sont-elles la rançon de l’immense travail de documentation par ailleurs accompli par Christophe Mirambeau, puisque son livre est truffé d’innombrables notes érudites qui nous éclairent sur presque tous les personnages croisés par Messager.

Comme le précise l’auteur lui-même, il s’agit là d’une première approche, la « prochaine étape » consistant à éclaircir des points de la biographie restés dans l’ombre, ou à approfondir le jugement musical porté sur les partitions. Peut-être aussi Christophe Mirambeau pourra-t-il réviser son opinion sur Maurice Maeterlinck. Messager dirigea en effet la création de Pelléas et Mélisande à l’Opéra-Comique en 1902, et l’œuvre du dramaturge belge connaît depuis une quinzaine d’années une intense renaissance sur les scènes, seuls quelques beaux-esprits éprouvant encore « une intense frayeur » à l’idée de voir représenter un chef-d’œuvre comme La Princesse Maleine ou Pelléas « sous sa forme parlée originale ».

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

Auteur