Forum Opéra

Henri Marteau, Lieder

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
15 juin 2018
Yaourt bulgare

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Détails

Huit Mélodies pour chant avec accompagnement de piano, op. 19c

Acht Gesänge mit Klavierbegleitung, op. 28

Fünf Schilflieder für Bartion mit Begleitung des Klaviers & obl. Bratsche, op. 31

Vesselina Kasarova, mezzo-soprano

Galina Vracheva, piano

Enregistré à la Haus Marteau en avril et août 2017

Dietrich Fischer Dieskau, baryton

Günter Weißenborn, piano

Franz Schmidtner, alto

Enregistré dans les studios de la radio de Zürich le 2 octobre 1956

1 CD SOlo Musica SM263 – 53 minutes

Si Henri Marteau est un compositeur français à peu près inconnu de ses compatriotes, il y a de bonnes raisons à cela. Né à Reims en 1874, de père français et de mère allemande, Marteau se fit surtout connaître de l’autre côté de la frontière, puis finit par adopter la nationalité suédoise, même si à Lichtenberg, en Haute-Fraconie, qu’il mourut en 1934. C’est d’Allemagne que vient ce disque, deuxième volume d’une série intitulée « Haus Marteau » (en 1912, le compositeur s’était fait construire à Lichtenberg la villa qui porte toujours son nom). Le premier volume, consacré à des œuvres instrumentales, incluait malgré tout les Huit Lieder op. 10, pour voix et quatuor à cordes, interprétés par la soprano Julie Kaufmann. Ce volume 2 est exclusivement vocal, mais il présente néanmoins une étrange disparité de contenu.

Autant commencer par le meilleur, et le plus inattendu : les Fünf Schilflieder pour baryton, alto et piano, opus 31, et ici enregistrés par… Dietrich Fischer-Dieskau en 1956. Ces « Chant du roseau », sur des poèmes de Lenau, ont été composés en 1923, soit à peine plus de dix ans avant la mort de Marteau. Outre l’excellence bien connue de leur interprète, ces pages sont d’une grande expressivité, d’une certaine liberté formelle, et l’association des instruments contribue aussi à créer une atmosphère douloureuse. Si le baryton allemand avait choisi de les chanter et de les enregistrer, même en début de carrière, c’est sans doute parce que ces lieder lui avaient semblé dignes d’intérêt, et on le comprend. Tirée des archives sonores du Norddeutscher-Rundfunk, cette bande était jusque-là restée inédite, semble-t-il.

Hélas, le reste du disque n’est pas du même tonneau. Les deux autres recueils datent l’un de la même époque (cinq ans après la Première Guerre mondiale), l’autre de plusieurs années auparavant (entre 1915 et 1917). Curieusement, l’opus 31 sonne beaucoup plus audacieux, plus « moderne » que l’opus 28 pourtant contemporain. Quand aux Huit mélodies opus 19c, elles sont encore un peu moins originales. Encore faudrait-il pouvoir en juger sereinement, ce qui ne permet pas tout à fait ce disque.

Quelle étrange idée, en effet, d’être allé chercher Vesselina Kasarova pour interpréter cette musique ! La mélodie n’a jamais vraiment été le terrain d’élection de la mezzo bulgare, même si elle a jadis enregistré quelques disques de lieder (Schumann-Brahms-Schubert) ou de musique française (Fauré-Ravel-Chausson). Au point où elle en est de sa carrière, la chanteuse ne peut plus guère nous offrir qu’un assez indigeste gloubiboulga, collection d’aigus arrachés et de notes hésitantes ou carrément fausses, le tout entaché d’un vibrato un peu envahissant. Si l’artiste traverse une crise vocale, c’est bien regrettable, mais n’y avait-il personne pour s’en rendre compte chez Solo Musica ? Quant au français, puisque l’opus 19c est inspiré par des poèmes de Sully-Prudhomme et de François Coppée, on est apparemment loin de l’époque où Vesselina Kasarova enregistrait une intégrale respectable de La Favorite ou de Dom Sébastien, roi de Portugal. Le site www.lieder.net permet de lire les textes (qui ne figurent pas dans le livret d’accompagnement du disque) et l’on comprend alors que c’est un festival de voyelles transformées et de consonnes estropiées. Dommage pour la pinaiste Galina Vracheva, qui remplit très correctement son contrat. Dommage surtout pour Henri Marteau, car il n’est pas sûr qu’un autre label lui redonne sa chance de sitôt.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
61uwaf2cfkl._ss500

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Huit Mélodies pour chant avec accompagnement de piano, op. 19c

Acht Gesänge mit Klavierbegleitung, op. 28

Fünf Schilflieder für Bartion mit Begleitung des Klaviers & obl. Bratsche, op. 31

Vesselina Kasarova, mezzo-soprano

Galina Vracheva, piano

Enregistré à la Haus Marteau en avril et août 2017

Dietrich Fischer Dieskau, baryton

Günter Weißenborn, piano

Franz Schmidtner, alto

Enregistré dans les studios de la radio de Zürich le 2 octobre 1956

1 CD SOlo Musica SM263 – 53 minutes

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le triomphe des hommes
Julien DRAN, Jérôme BOUTILLIER, Kazuki YAMADA
CD