Forum Opéra

WARREN, 42nd Street — Paris (Châtelet)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
11 décembre 2022
Plein la vue sur Broadway

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Comédie musicale (1980)

Livret de Michael Stewart, Marc Bramble

Musique de Harry Warren

Paroles de Al Dubin

Chorégraphies de Gower Champion

Acte I

Ouverture

Audition

Young and Healthy

Shadow Waltz

Go into Your Dance

You’re Getting to Be a Habit with Me

Getting Out of Town

Dames

Keep Young and Beautiful

I Only Have Eyes for You

I Know Now

We’re in the Money

Finale

Acte II

There’s a Sunny Side to Every Situation

Lullaby of Broadway

About a Quarter to Nine

With Plenty of Money and You

Shuffle off to Buffalo

Forty-Second Street

Finale

Détails

Mise en scène et chorégraphie
Stephen Mear

Décors et costumes

Peter McIntosh

Lumières
Chris Davey

Sound design
Stéphane Oskeritzian

Julian Marsh, un metteur en scène
Alex Hanson

Peggy Sawyer, une choriste
Emily Langham

Billy Lawlor, un ténor vedette
Jack North

Dorothy Brock
Rachel Stanley

Maggie Jones, productrice de Pretty Lady
Annette McLaughlin

Bert Barry, producteur
Cedric Neal

Abner Dillon, le mécène
Duncan Smith

Andy Lee, chorégraphe et directeur de danse : Daniel Crossley

Pat Denning, régisseur : Darren Bennett

Mac, régisseur / Un docteur
Ian Mowat

Oscar, pianiste
Liam Wrate

Ann Reilly
Jess Buckly

Lorraine Flemming
Charlie Allen

Phyllis Dale
Lauren Hall

Ethel
Gabby Antrobus

Direction musicale
Gareth Valentine

Paris, Théâtre du Châtelet, jeudi 8 décembre à 20h

Prochaines représentations jusqu’au 15 janvier 2023

L’histoire d’un succès

Pour ceux qui ne sont jamais allés à New York, une précision géographique : au centre de Manhattan, la 42ème rue croise Broadway sur Times Square. Quand on évoque les scènes de Broadway, on les trouve pour la plupart sur la 42nd Street !

42nd Street est d’abord un film musical de LLoyd Bacon, sorti en 1933, resté dans toutes les mémoires grâce aux chorégraphies éblouissantes de Busby Berkeley et à quelques chansons en particulier (compositeurs Leo Forbstein et Harry Warren) : 42nd Street, Lullaby on Broadway, We’re in the money, Shuffle off to Buffalo…

La comédie musicale éponyme présentée en 1980 au Foxwoods Theatre (actuel Lyric Theatre) reprend tous les ingrédients du film, obtient un Tony Award en 1981.

Le spectacle déjà présenté au Châtelet en 2016 est proposé jusqu’au 15 janvier 2023.


© Thomas Amouroux – Chatelet

L’argument

Acte I : En 1933 à Broadway les auditions sont presque terminées pour le nouveau spectacle Pretty Lady de Julian Marsch quand la chanteuse Peggy Sawyer arrive à New York, valise à la main, fraîchement débarquée du bus en provenance d’Allentown (Pennsylvanie). Malgré son retard elle est embauchée comme danseuse remplaçante. Peu après arrive Dorothy Brook, la vedette du spectacle, qui n’est plus montée sur scène depuis dix ans. Officiellement fiancée au producteur Abner Dillon, elle ne peut pas fréquenter son amant Pat Denning car Dillon pourrait rompre le contrat avec Julian Marsch. Pat doit donc quitter la troupe. Le soir du spectacle, Peggy heurte accidentellement la cheville de Dorothy et se fait renvoyer.

Acte II : Dorothy a la cheville cassée et ne peut plus remonter sur scène. Les danseurs de la troupe, pensant que Peggy est assez talentueuse pour la remplacer, convainquent Julian Marsch d’aller la chercher à la gare. D’abord fâchée contre le directeur, Peggy finit par accepter sa proposition. Elle travaille alors très dur pour assurer le premier rôle. Peu de temps avant le spectacle, Dorothy lui rend visite et reconnait son talent. La représentation est un triomphe pour la jeune danseuse, Julian Marsch savoure son succès en reprenant le thème final de Pretty Lady.


©​ Thomas Amouroux – Chatelet

Apothéose de la danse

On a compris à la lecture de l’argument que la trame du spectacle est bien mince et l’histoire bien convenue. On est même surpris qu’à part « l’accident » qui immobilise la star annoncée, Dorothy Brook, les librettistes n’aient creusé aucune situation, des histoires d’amour à peine effleurées, des personnages dessinés à grands traits, à la limite de la caricature – la star finissante, son « mécène » jaloux, un ténor ridicule et qui le sait, la débutante un peu godiche, et toute une troupe sympathique sans rivalités apparentes. 


©​ Thomas Amouroux – Chatelet

Mais à vrai dire on s’en fiche un peu, parce que ça fait longtemps qu’on n’a pas vu sur une scène parisienne, a fortiori depuis la longue parenthèse Covid, une telle débauche de moyens, un vrai grand spectacle de près de trois heures, dont on sort heureux, galvanisé, encore plein de rythmes et de mélodies qui réchauffent l’hiver qui commence.

C’est d’abord un fabuleux spectacle de danse. Depuis les mythiques Rockettes au Radio City Hall de New York, on ne se rappelle pas avoir vu pareils ensembles. C’est par les pieds qu’on découvre 42nd Street, d’abord par le battement des claquettes qu’on entend, puis par la vue d’une trentaine de paires de jambes à mesure que le rideau se lève. Cette scène inaugurale, devenue culte dès sa création en 1980, est reprise à l’identique par le metteur en scène et chorégraphe Stephen Mear, qui avait lui-même dansé ce spectacle à Londres dans ses jeunes années.

Près d’une cinquantaine d’artistes, des triple threats comme on appelle ces interprètes à la fois danseurs, chanteurs, comédiens, dont on nous précise qu’à chaque représentation ils utilisent pas moins de 200 paires de chaussures, surtout ces fameuses tap shoes, et 300 costumes. 


©​ Thomas Amouroux – Chatelet

Broadway enchanté

Les principaux rôles chantés sont tenus là aussi par des voix de caractère. Même si des Roberto Alagna ou Natalie Dessay se sont essayés, avec succès, au genre de la comédie musicale, on sait que les grands chanteurs d’opéra ne sont pas les mieux placés pour s’y adonner, depuis un célèbre enregistrement de West Side Story de et sous la direction de Bernstein et surtout le making of où l’on voit le chef/compositeur s’escrimer – en vain – à faire comprendre à José Carreras ou Kiri Te Kanawa comment on incarne vocalement Tony ou Maria ! 

Le caractère justement – c’est bien la seule réserve qu’on peut émettre sur le cast de cette 42ème rue – c’est ce qui manque un peu au personnage de Peggy Sawyer qu’incarne Emily Langham. Quelque chose, dans le physique, dans la voix, manquent à cette jeune Anglaise qui n’en est pas à son premier rôle sur les scènes du West End, une personnalité qui s’imprime dans le souvenir.


©​ Thomas Amouroux – Chatelet

Ses comparses sont mieux dessinés : Rachel Stanley assume les coquetteries et les excès de Dorothy Brook, la star déclinante à la cheville trop fragile. Le finalement petit rôle du ténor est ridicule à souhait sous les atours de Jack North, le directeur/producteur Julian Marsh tel que le joue Alex Hanson évite précisément la caricature qu’on réserve trop souvent à ce type de rôle, il en est même émouvant. Mention spéciale pour les trois bonnes copines de la petite Peggy, qui l’entourent et la rassurent dès son arrivée dans la troupe : Lauren Hall, Charlie Allen et Gabby Antrobus. Elles sont d’une inépuisable gaieté et d’un optimisme à toute épreuve.


©​ Thomas Amouroux – Chatelet

Quant à l’orchestre rassemblé dans la fosse du Châtelet – était-il d’ailleurs bien nécessaire de le sonoriser à l’excès ? – Gareth Valentine peut compter sur une vingtaine de musiciens français de tout premier plan, qui semblent être nés avec le swing dans la peau. 

LE spectacle à voir absolument pour ces fêtes de fin d’année !

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Comédie musicale (1980)

Livret de Michael Stewart, Marc Bramble

Musique de Harry Warren

Paroles de Al Dubin

Chorégraphies de Gower Champion

Acte I

Ouverture

Audition

Young and Healthy

Shadow Waltz

Go into Your Dance

You’re Getting to Be a Habit with Me

Getting Out of Town

Dames

Keep Young and Beautiful

I Only Have Eyes for You

I Know Now

We’re in the Money

Finale

Acte II

There’s a Sunny Side to Every Situation

Lullaby of Broadway

About a Quarter to Nine

With Plenty of Money and You

Shuffle off to Buffalo

Forty-Second Street

Finale

Détails

Mise en scène et chorégraphie
Stephen Mear

Décors et costumes

Peter McIntosh

Lumières
Chris Davey

Sound design
Stéphane Oskeritzian

Julian Marsh, un metteur en scène
Alex Hanson

Peggy Sawyer, une choriste
Emily Langham

Billy Lawlor, un ténor vedette
Jack North

Dorothy Brock
Rachel Stanley

Maggie Jones, productrice de Pretty Lady
Annette McLaughlin

Bert Barry, producteur
Cedric Neal

Abner Dillon, le mécène
Duncan Smith

Andy Lee, chorégraphe et directeur de danse : Daniel Crossley

Pat Denning, régisseur : Darren Bennett

Mac, régisseur / Un docteur
Ian Mowat

Oscar, pianiste
Liam Wrate

Ann Reilly
Jess Buckly

Lorraine Flemming
Charlie Allen

Phyllis Dale
Lauren Hall

Ethel
Gabby Antrobus

Direction musicale
Gareth Valentine

Paris, Théâtre du Châtelet, jeudi 8 décembre à 20h

Prochaines représentations jusqu’au 15 janvier 2023

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle