Forum Opéra

BELLINI, I Capuleti e i Montecchi – Toulon

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
18 mai 2024
Evviva Bellini !

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Tragédie lyrique en deux actes (Venise, 11 mars 1830)

Livret de Felice Romani

Détails

Version de concert

Romeo

Antoinette Dennefeld

Giulietta

Maria Carla Pino Cury

Tebaldo

Davide Tuscano

Capellio

Patrick Bolleire

Lorenzo

Önay Köse

 

Choeur de l’Opéra de Toulon

Chef de choeur

Christophe Bernollin

Orchestre de l’Opéra de Toulon

Direction musicale

Andrea Sanguinetti

 

Toulon, Auditorium du Palais Neptune, jeudi 16 mai 2024 à 20 heures

Sans l’interdire formellement, le cardinal Ganganelli, qui deviendra pape sous le nom de Clément XIV, estime en 1748 illicite le recours à la castration. De plus en plus ce mode de production de voix extraordinaires – non naturelles – sera proscrit et l’opéra devra apprendre à s’en passer. Rossini choisira des voix graves féminines pour remplacer celles des hommes castrés. En 1830 la nouvelle de Balzac Sarrasine actera cette évolution, le castrat dit Zambinella n’étant plus qu’un mort en sursis assistant à l’avènement  de sa petite nièce dans le rôle de Tancredi. 1830, c’est l’année de la création de I Capuleti e I Montecchi, où le rôle de Romeo est dévolu à une femme. En 1831 cela indignera Berlioz, qui entendra l’œuvre à Florence, et en 1966 Claudio Abbado jugera bon de l’attribuer à un ténor.

A l’Opéra de Toulon qui poursuit sa saison hors les murs pendant les travaux au Théâtre, on a choisi de s’en tenir à la version originale, donnée en concert, et ce respect du compositeur a trouvé un très heureux prolongement dans l’exécution musicale et vocale. On a rarement entendu avec autant de clarté les nuances d’une orchestration dont la priorité est de servir les voix mais qui saisit la moindre des pauses vocales, si brèves soient-elles, pour insérer un accent, plaquer un accord, souligner une couleur. La direction d’ Andrea Sanguinetti est d’une vigilance impeccable et la réponse des musiciens ne l’est pas moins, nette, précise, sensible, le chef et l’orchestre voguant de concert à démontrer la fausseté des parti-pris qui taxent  cette musique de facile. Si elle prend l’oreille, c’est parce qu’elle est mélodieuse et adaptée à son sujet, celui du drame vécu par deux jeunes amoureux, et les soli dévolus à la clarinette, au cor, au violoncelle, sont les joyaux de cette partition. Redisons-le, dans cet auditorium du Palais Neptune, l’exécution musicale comble.

Il en est presque de même pour l’exécution vocale. Les artistes des chœurs contribuent haut la main à démontrer l’excellence de leur préparation, les hommes évidemment, puisqu’ils sont de toutes les interventions, et les femmes pour la déploration du dernier acte. On se plait à souligner les nuances qui caractérisent les différentes entrées.

Si la qualité vocale est aussi au rendez-vous pour les solistes, on ne peut pas ne pas signaler la gêne que nous a communiquée l’interprète du rôle de Lorenzo. Que ce médecin soit le conseiller de Capellio, ce qui explique son lien profond avec Giulietta, n’en fait pas moins l’allié objectif de Romeo. Pourquoi, dès lors, chanter en force comme s’il leur criait dessus ? Önay Köse est doté d’une grande, d’une grosse voix, qu’il est tout à fait capable de contrôler, comme il le démontre dans le quintette. On reste perplexe : s’agit-il pour lui de faire de l’effet ? Le but est atteint, mais ce chant brutal ne convient pas au personnage. Du coup Patrick Bolleire, qui chante Capellio sans outrance, avec la musicalité qu’on lui connaît, paraît parfois presque faible, moins déterminé. Cela crée un déséquilibre peu pertinent.

Belle surprise en revanche avec le Tebaldo de Davide Tuscano, dont la qualité vocale et l’engagement font échapper le personnage à son rang secondaire. La voix est claire, homogène, bien projetée, l’extension est tout à fait satisfaisante et surtout l’intention est de bien chanter ce répertoire, comme il le prouve dès son premier air en variant la reprise. Un chanteur élégant qu’on aura plaisir à réentendre.

Gilda en début de saison, Maria Carla Pino Cury se montre sous son meilleur jour, son attitude contrainte et son physique délicat campant très justement Giulietta, le rameau menacé par la tempête, avant que sa voix souple et agile ne s’élance vers les hauteurs qu’elle atteint sans effort perceptible, accomplissant ainsi une brillante prise de rôle.

Antoinette Dennenfeld aussi, débute en Romeo, à en croire sa biographie. Ceci explique peut-être le vibrato large de son entrée, attribuable au trac, car il disparaît assez vite et on peut goûter la maîtrise d’une voix qu’on pourrait souhaiter plus corsée, plus sombre, mais qui est bien celle prévue par la tessiture et en a toute l’agilité. La chanteuse – pantalon mais corsage et pendants d’oreille – ne fuit pas la difficulté et trouve pour les notes les plus graves les ressources d’un registre de poitrine qui n’écrase pas le son. Elle exprime avec la fougue nécessaire les élans du jeune homme et on peut saluer sa performance d’un « brava » de circonstance.

Très concentré pendant le concert le public se libère et exprime sa reconnaissance par de très longs applaudissements. Evviva Bellini !

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Tragédie lyrique en deux actes (Venise, 11 mars 1830)

Livret de Felice Romani

Détails

Version de concert

Romeo

Antoinette Dennefeld

Giulietta

Maria Carla Pino Cury

Tebaldo

Davide Tuscano

Capellio

Patrick Bolleire

Lorenzo

Önay Köse

 

Choeur de l’Opéra de Toulon

Chef de choeur

Christophe Bernollin

Orchestre de l’Opéra de Toulon

Direction musicale

Andrea Sanguinetti

 

Toulon, Auditorium du Palais Neptune, jeudi 16 mai 2024 à 20 heures

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une version de concert illuminée par l’irrésistible Contessa de Golda Schultz !
Golda SCHULTZ, Anna EL-KHASHEM, Peter MATTEI
Spectacle