Forum Opéra

Concert de Paris – 14 juillet 2019 — Paris

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
14 juillet 2019
Concert de Paris : le jour de gloire est arrivé !

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Hector Berlioz
La Damnation de Faust « Marche Hongroise »

Charles Gounod
Roméo et Juliette : « Je veux vivre »
Aleksandra Kurzak

Georges Bizet
Carmen : Ouverture et « Séguedille »
Gaëlle Arquez

Charles Gounod
Faust « Le Veau d’or »
René Pape

Giuseppe Verdi
Nabucco « Va pensiero »

Charles Aznavour / Gall
La Mama
(orchestration de Didier Benetti)
Roberto Alagna /Xuefei Yang

Aram Khachaturian
Gayaneh « Danse du Sabre »

Antonio Vivladi
Giustino « Vedro con mio diletto »
Jakub Józef Orliński

Joaquin Rodrigo
Concerto d’Aranjuez : adagio
Xuefei Yang

Jacques Offenbach
La Gaîté Parisienne : Ouverture et Vivo

Jacques Offenbach
La Périchole : « Le muletier et la jeune personne »
Gaëlle Arquez/ Roberto Alagna

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto n°23 pour piano et orchestre : Adagio
Khatia Buniatishvili

Fromental Halévy
La Juive « Rachel, quand du Seigneur »
Roberto Alagna

Anton Dvorak
Rusalka « Ode à la lune »
Gautier Capuçon

Johannes Brahms
Danse Hongroise n°5

Franz Lehar
La Veuve joyeuse « L’heure exquise »
Aleksandra Kurzak/ Roberto Alagna

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°9 « Ode à la joie »

Claude Rouget de Lisle / Hector Berlioz
La Marseillaise

Détails

Aleksandra Kurzak, soprano
Chen Reiss, soprano
Gaëlle Arquez, mezzo-soprano
Jakub Orlinski, contre-ténor
Roberto Alagna, ténor
Christian Elsner, ténor
René Pape, basse
Gauthier Capuçon, violoncelle
Khatia Buniatishvili, piano
Xueifei Yang, guitare

Maîtrise de Radio France
Sofi Jeannin chef de chœur
Chœur de Radio France
Alessandro Di Stefano chef de chœur
Orchestre National de France
Alain Altinoglu direction

Paris, Champ-de-Mars, le 14 juillet 2019, 21h

Stéphane Bern apparaît derrière nous sur le petit podium duquel il assure les transitions entre les différents morceaux du programme, destinées à la télévision et inaudibles depuis le Champ-de-Mars. L’Orchestre National de France entame la « Marche hongroise » de La Damnation de Faust de Berlioz : la septième édition du Concert de Paris démarre selon un rituel désormais bien établi.

22 caméras, 1 hélicoptère, 7 semi-remorques, 200 musiciens et 450 techniciens mobilisés : l’événement, retransmis sur France Inter, sur France 2, et dans plus de dix pays à travers le monde, a toutes les caractéristiques de ces grosses machines où les chiffres impressionnent parfois plus que le résultat final, où la prouesse technique peut étouffer les émotions. Pourtant, cette année encore, le Concert de Paris frappe par sa spontanéité, son mélange de clins d’œil enjoués et d’esprit bon enfant qui coche toutes les cases d’une grande fête populaire réussie. Il ne s’agit pas d’un concert normal, évidemment, et les cadres à l’intérieur desquels le critique a l’habitude d’exercer s’en trouvent explosés. Mais c’est un concert tout de même, en ce qu’il accorde, deux heures durant, une vraie primauté à la musique.

Si la sonorisation brouille quelque peu les intentions de Khatia Buniatishvili dans le célèbre mouvement lent du 23ème Concerto pour piano de Mozart, elle n’empêche pas Jakub Orlinski (dont les téléspectateurs purent apparemment apprécier une démonstration de break dance) de suspendre le temps, dans ce « Vedro con mio diletto » qu’il distille comme personne, ni Gauthier Capuçon de faire souffler, dans une transcription pour violoncelle de l’air de Rusalka, un vent de lyrisme plus fort que les quelques bourrasques endurées durant la soirée. Evidemment très attendues, les prestations de Roberto Alagna, nombreuses et généreuses, n’ont pas déçu : aussi engagé dans un poignant « Rachel, quand du seigneur… » que dans la « Mama » en hommage à Aznavour, il donne aussi de sa personne dans une « Heure exquise » en duo avec Aleksandra Kurzak, qui avait auparavant affronté crânement les roulades de la Juliette de Gounod, et dans des couplets de La Périchole particulièrement enlevés, avec la toujours parfaite Gaëlle Arquez. Anniversaire oblige, Offenbach reste à la fête du côté de l’orchestre, qu’Alain Altinoglu entraîne avec enthousiasme dans l’ouverture vibrionnante de La Gaîté Parisienne.

René Pape et Gaëlle Arquez, toujours, contribuent à la coloration très française du programme de cette année, le premier dans un « Veau d’or » de haute stature, la seconde dans une sensuelle « Habanera », mais les frontières hexagonales sont dépassées, avec Verdi (« Va, Pensiero », encore un tube, mais ainsi chanté, et dans ce décor, qui s’en plaindra ?), Bernstein (beau duo entre Chen Reiss, jeune talent de l’Opéra de Vienne, et Christian Elsner), Brahms, Khatchaturian, Rodrigo… après « l’Ode à la Joie » et « la Marseillaise », bissée, le feu d’artifice vocal cède au traditionnel spectacle pyrotechnique de la Tour Eiffel. Les chiffres d’audience publiés ce matin estimaient à 3,2 millions le nombre de téléspectateurs ayant suivi ces 2 heures de musique. Ce n’est peut-être pas exactement le « plus grand concert classique du monde » largement vanté, mais quel succès indéniable !

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Hector Berlioz
La Damnation de Faust « Marche Hongroise »

Charles Gounod
Roméo et Juliette : « Je veux vivre »
Aleksandra Kurzak

Georges Bizet
Carmen : Ouverture et « Séguedille »
Gaëlle Arquez

Charles Gounod
Faust « Le Veau d’or »
René Pape

Giuseppe Verdi
Nabucco « Va pensiero »

Charles Aznavour / Gall
La Mama
(orchestration de Didier Benetti)
Roberto Alagna /Xuefei Yang

Aram Khachaturian
Gayaneh « Danse du Sabre »

Antonio Vivladi
Giustino « Vedro con mio diletto »
Jakub Józef Orliński

Joaquin Rodrigo
Concerto d’Aranjuez : adagio
Xuefei Yang

Jacques Offenbach
La Gaîté Parisienne : Ouverture et Vivo

Jacques Offenbach
La Périchole : « Le muletier et la jeune personne »
Gaëlle Arquez/ Roberto Alagna

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto n°23 pour piano et orchestre : Adagio
Khatia Buniatishvili

Fromental Halévy
La Juive « Rachel, quand du Seigneur »
Roberto Alagna

Anton Dvorak
Rusalka « Ode à la lune »
Gautier Capuçon

Johannes Brahms
Danse Hongroise n°5

Franz Lehar
La Veuve joyeuse « L’heure exquise »
Aleksandra Kurzak/ Roberto Alagna

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°9 « Ode à la joie »

Claude Rouget de Lisle / Hector Berlioz
La Marseillaise

Détails

Aleksandra Kurzak, soprano
Chen Reiss, soprano
Gaëlle Arquez, mezzo-soprano
Jakub Orlinski, contre-ténor
Roberto Alagna, ténor
Christian Elsner, ténor
René Pape, basse
Gauthier Capuçon, violoncelle
Khatia Buniatishvili, piano
Xueifei Yang, guitare

Maîtrise de Radio France
Sofi Jeannin chef de chœur
Chœur de Radio France
Alessandro Di Stefano chef de chœur
Orchestre National de France
Alain Altinoglu direction

Paris, Champ-de-Mars, le 14 juillet 2019, 21h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La revanche de Don Ottavio
Bogdan VOLKOV, Marc MINKOWSKI, Vincent HUGUET
Spectacle