Forum Opéra

STRAUSS, Der Rosenkavalier — Baden-Baden

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
27 mars 2015
La fragilité des roses

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes de Richard Strauss (1911)

Livret de Hugo von Hofmannsthal

Détails

Mise en scène

Brigitte Fassbaender

Décors

Erich Wonder

Costumes

Dietrich von Grebmer

Lumières

Franz David

La maréchale

Anja Harteros

Baron Ochs

Peter Rose

Octavian

Magdalena Kožená

Sophie

Anna Prohaska

Un chanteur

Lawrence Brownlee

Herr von Faninal

Clemens Unterreiner

Marianne

Irmgard Vilsmaier

Valzacchi

Stefan Margita

Annina

Carole Wilson

Un commissaire de police

John In Eichen

Le majordome de la Maréchale

Thomas Michael Allen

Le majordome de Faninal

Kevin Conners

Un notaire

Martin Snell

Une modiste

Tamara Banješević

Un dresseur d’animaux

Moritz Kallenberg

Trois orphelines

Sonja Šarić, Felicitas Brunke, Susanne Kreusch

Philharmonia Chor Wien

Mädchen des Cantus Juvenum Karlsruhe

Direction musicale

Sir Simon Rattle

Baden-Baden, Festspielhaus

Vendredi 27 mars 2015, 18h

Pour ouvrir le prestigieux Osterfestpiele (le Festival de Pâques délocalisé de Salzbourg à Baden-Baden), le Festspielhaus proposait vendredi une nouvelle production du Chevalier à la rose mise en scène par Brigitte Fassbaender. Belle idée que de confier cette réalisation à celle qui a été l’un des grands Octavian de son temps et s’est retirée des scènes en 1995. Sa direction d’acteurs est subtile et tout au service des performances vocales qu’elle a évidemment contribué à perfectionner. Si les décors d’Erich Wonder se distinguent par leur sobriété (un immense canapé en guise de lit puis de salon de réception et des images projetées en fond de salle, pour l’essentiel), l’utilisation des transparents permet un étagement de couloirs de circulation intéressant et donne à voir tous les espaces (chambre, antichambre et extérieur) à la fois. L’idée est simple et plutôt réussie. Les costumes de Dietrich von Grebmer mélangent passé et présent avec des degrés de réussite divers : les couleurs sont, notamment dans la scène du grand lever de la Maréchale, très (trop) criardes, ce qui agace certains spectateurs qui auraient sans doute préféré davantage d’élégance et de distinction. Mais le caractère grinçant de la comédie et le ton doux-amer de l’œuvre en sont accentués. Le vrai problème de ces transparents est plus grave, nuisant à une parfaite perception des sons, malheureusement en partie absorbés par le manque de réverbération, ce qui est évidemment dommageable pour les auditeurs les plus éloignés.

Maréchale quasi hollywoodienne, Anja Harteros allie un physique mieux qu’avantageux à une approche du rôle tout en délicatesse, nostalgie, autodérision et désespoir mêlés. Chaque mot est ici pesé, muri, vécu. On reste pantois devant tant de justesse, d’évidence et de beauté. En merveilleux contrepoint, l’Octavian de Magdalena Kožená est impeccable de fougue et de jeunesse. Parfaitement à l’aise dans toutes les facettes de son personnage, dirigée par son époux dans la fosse, elle illumine la soirée. Sans être transcendante, Anna Prohaska habite néanmoins avec intensité et flamme une délicieuse Sophie malgré une assez petite voix, agréable membre d’un quatuor épatant grâce à Peter Rose, parfait Ochs, génial dans sa diction d’un idiome viennois graveleux et ridicule à souhait.

Autour d’eux, les seconds rôles complètent avantageusement une distribution de haut vol et Lawrence Brownlee se taille un beau succès en chanteur solaire et poseur, juste ce qu’il faut d’exagéré. Les deux intrigants tirent habilement leur épingle du jeu, tout comme Faninal impérieusement campé par Clemens Unterreiner.

Dans la fosse, Sir Simon Rattle dirige le Philharmonique de Berlin avec maestria mais aurait dû prêter davantage attention à la balance sonore, car de chaque pupitre se dégage une virtuosité parfois tonitruante. C’est dommage, les voix étant trop souvent couvertes par l’orchestre, mais la richesse des timbres est habilement mise en valeur.

Au final, on sort de ce Rosenkavalier avec un vague sentiment de frustration, devant une mise en scène assez inventive et drôle mais qui aurait pu l’être davantage, des décors qu’on aurait aimés plus spectaculaires, des voix plus parfaitement audibles et un orchestre sinon moins absolument virtuose mais un peu plus sensible. On est comme devant un magnifique bouquet de roses cramoisies dont la flétrissure prochaine est déjà perceptible. Mais n’est-ce pas aussi ce que cet opéra met en musique et en lumière ? 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes de Richard Strauss (1911)

Livret de Hugo von Hofmannsthal

Détails

Mise en scène

Brigitte Fassbaender

Décors

Erich Wonder

Costumes

Dietrich von Grebmer

Lumières

Franz David

La maréchale

Anja Harteros

Baron Ochs

Peter Rose

Octavian

Magdalena Kožená

Sophie

Anna Prohaska

Un chanteur

Lawrence Brownlee

Herr von Faninal

Clemens Unterreiner

Marianne

Irmgard Vilsmaier

Valzacchi

Stefan Margita

Annina

Carole Wilson

Un commissaire de police

John In Eichen

Le majordome de la Maréchale

Thomas Michael Allen

Le majordome de Faninal

Kevin Conners

Un notaire

Martin Snell

Une modiste

Tamara Banješević

Un dresseur d’animaux

Moritz Kallenberg

Trois orphelines

Sonja Šarić, Felicitas Brunke, Susanne Kreusch

Philharmonia Chor Wien

Mädchen des Cantus Juvenum Karlsruhe

Direction musicale

Sir Simon Rattle

Baden-Baden, Festspielhaus

Vendredi 27 mars 2015, 18h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle