Forum Opéra

BELLINI, Norma — Lyon

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
12 novembre 2013
Elena Mosuc distille le suc du bel canto

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Vincenzo Bellini

Norma
Tragédie lyrique en deux actes
Livret de Felice Romani
D’après la tragédie Norma, ou l’Infanticide d’Alexandre Sourmet
Créé le 26 décembre 1831 au Teatro alla Scala, Milan

Version de concert

Norma
Elena Mosuc
Adalgisa
Sonia Ganassi
Pollione
John Osborn
Oroveso
Enrico Iori
Clotilde
Anna Pennisi
Flavio
Gianluca Floris

Chœurs de l’Opéra de Lyon
Direction
Alan Woodbridge

Orchestre de l’Opéra de Lyon
Direction musicale
Evelino Pidò

Opéra national de Lyon, mardi 12 novembre 2013, 20h00

 

Après avoir donné Les Puritains l’année dernière en version de concert, l’Opéra de Lyon a inclus dans sa saison 2013-2014, pour deux représentations seulement et de nouveau sans mise en scène, ce sommet du bel canto qu’est Norma. Le regret de ne pas voir une véritable représentation lyrique a vite été estompé par le plaisir d’entendre un chant d’une exceptionnelle qualité et de la très belle musique. On attendait beaucoup de la présence de la soprano roumaine Elena Mosuc dans le rôle titre et c’est peu dire que l’on n’a pas été déçu. Quelle maîtrise époustouflante de la technique, du souffle, des nuances, de l’articulation et du phrasé ! Et quelle voix, qui sait être majestueuse ou tragique sans verser dans l’excès, rendant perceptible la moindre intonation, le moindre soupir. On atteint à la quintessence du bel canto. Aussi à l’aise dans les aigus que dans les graves, capable de tenir sans effort apparent les plus difficiles des notes filées, Elena Mosuc sait également, en dépit, et pour cause, de toute direction d’acteur, illustrer par sa présence scénique les deux facettes de Norma. Digne druidesse toute en retenue durant le premier acte – à l’exception de la colère qui la saisit à la toute fin lorsqu’elle apprend la trahison de Pollione –, elle déploie dans le deuxième acte, par un engagement physique accru, tout l’éventail des passions qui animent la mère et l’amante.

Pour lui donner la réplique, la mezzo-soprano Sonia Ganassi, de nature plus extravertie, à la présence spontanément plus dramatique, fait elle aussi la preuve d’une technique éblouissante mise au service d’une voix veloutée et d’une grande intensité, créant une émotion rare, notamment dans le duo « Mira, o Norma », même si l’on pourrait imaginer une Adalgisa un peu plus réservée auparavant, lors de son premier entretien avec la druidesse.

Troisième personnage principal, le proconsul romain est interprété par le ténor américain John Osborn, remplaçant Massimo Giordano. La voix est belle, le timbre clair, la technique impeccable : tout est parfaitement en place, le chant est agréable, presque trop maîtrisé au sens où ne semble percer aucune passion véritable, sauf à la toute fin, lorsque Pollione implore la grâce d’Adalgisa. La projection semble toutefois en-deçà de celle des deux cantatrices, car le volume sonore est en léger déséquilibre.

Dans les autres rôles, les interprètes sont également de grande qualité : si la basse italienne Enrico Iori est parfois un peu couverte par l’orchestre, le chanteur déploie de beaux graves et impose le respect voulu. La mezzo-soprano Anna Pennisi compose une Clotilde de belle facture, à la voix souple et claire.

Saluons l’excellence des chœurs de l’Opéra de Lyon, dirigés par Alan Woodbridge, dont les interventions sont millimétrées, tant dans leur volume et leur sonorité que dans leur précision d’attaque et qui, par surcroît, créent quelques moments dramatiques lorsque chanteuses et chanteurs, qui occupent le fond de la scène en hauteur, se lèvent tous comme une seule femme (ou un seul homme) en entonnant les premières syllabes de leur partie.

Evelino Pidò est décidément l’un des grands spécialistes de Bellini, sa direction est exaltante pour les musiciens de l’orchestre comme pour les chanteurs et pour le public. Ses choix de tempi sont remarquables, que ce soit pour « Casta diva » ou pour le chœur « Guerra ! Guerra ! ». En mettant ainsi en valeur les contrastes, en les accentuant même, il joue en virtuose de la partition et entraîne les artistes dans un sillage enivrant.

À quand une mise en scène qui serve d’écrin à ces joyaux ?

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Vincenzo Bellini

Norma
Tragédie lyrique en deux actes
Livret de Felice Romani
D’après la tragédie Norma, ou l’Infanticide d’Alexandre Sourmet
Créé le 26 décembre 1831 au Teatro alla Scala, Milan

Version de concert

Norma
Elena Mosuc
Adalgisa
Sonia Ganassi
Pollione
John Osborn
Oroveso
Enrico Iori
Clotilde
Anna Pennisi
Flavio
Gianluca Floris

Chœurs de l’Opéra de Lyon
Direction
Alan Woodbridge

Orchestre de l’Opéra de Lyon
Direction musicale
Evelino Pidò

Opéra national de Lyon, mardi 12 novembre 2013, 20h00

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Pour le plaisir
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une version pour piano qui va droit au cœur
CAURIER ET LEISER, Martin SUROT, Marthe DAVOST
Spectacle