Forum Opéra

ADAM, Le Postillon de Lonjumeau — Baugé

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
3 août 2011
Fouette cocher !

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Le Postillon de Lonjumeau (Adam, Walker – Baugé)

Détails

Adolphe Adam (1803-1856)

Le Postillon de Lonjumeau

Opéra-comique en deux actes

Livret d’Adolphe De Leuwen et de Léon Lévy Brunswick

Créé à la Salle de la Bourse de Paris le 13 octobre 1836

Chapelou (Saint Phare), Thomas Raskin

Madeleine (Madame Latour), Kim Sheehan

Marquis de Corcy, Nicolas Bercet

Biju (Alcindor), Jocelyn Riche

Bourdon, Antoine Salmon

Rose, Aurore Lacabe

Mise en scène : Bernadette Grimmett

Direction musicale : Alexander Walker

Baugé, théâtre des Capucins, le 3 août 2011, 18h

9e festival de Baugé

Troisième spectacle proposé par le festival de Baugé (voir nos comptes rendus de La Bohème et de Fidelio), le Postillon de Lonjumeau est une vraie découverte : cet opéra n’a pour ainsi dire jamais été monté en France depuis sa création où il avait pourtant rencontré un beau succès. On a pu le voir au cours du siècle passé en Allemagne et l’on ne peut que s’amuser de se dire qu’il a fallu des Anglais – le festival de Baugé a été fondé à l’initiative d’un couple britannique en pleine campagne angevine – pour nous aider à redécouvrir un auteur que l’on connaît essentiellement par le ballet Giselle. Ce sont les Anglais également qui avaient contribué à faire apprécier Berlioz dans l’Hexagone. Certes, Adam n’est pas Berlioz, mais sa musique est très agréable dès la première écoute, à cheval entre musique romantique française et bel canto italien. Bellini est mort à Puteaux un an avant la création de l’œuvre, son influence est tangible.

L’histoire est simple : un postillon de village, Chapelou, vient d’épouser la belle Madeleine. Las, le jour de ses noces, il est obligé de convoyer un marquis dont l’équipage est en rade. Ledit marquis est à la recherche de nouvelles recrues pour le théâtre du roi et entend notre postillon lancer un somptueux contre-. Il le persuade de quitter sa vie pour devenir chanteur. Dix ans plus tard, Madeleine, devenue riche, apparaît à la cour sous le nom de madame Latour et va conquérir son Chapelou devenu Saint Phare qui ne reconnaît pas son épouse. Elle décide de se venger et organise un mariage qui fait de son conjoint un bigame. La maréchaussée, convoquée, va arrêter le parjure qui risque la pendaison. Mais Madeleine, toujours amoureuse, révèle son identité et pardonne… On pense beaucoup à Grétry pour la succession des quiproquos et le sens du rythme qui rendent l’intrigue plaisante à suivre. L’ennui, c’est que le tout repose sur les épaules du couple central, les autres étant réduits à jouer les utilités, et que dans ces conditions, le contrat n’est ici rempli qu’à moitié.

 

D’un côté, Kim Sheehan compose une Madeleine superbe : le timbre n’est que miel et pureté. Très flexible, puissamment sonore, d’une grande assurance et d’une longue tenue dans les aigus, la voix apparait comme un diamant qui brille de bien des feux. Cette soprano colorature, qui s’apprête à chanter la Reine de la nuit, rêve d’interpréter du Bellini et on lui souhaite de réaliser ce désir… Une carrière à suivre, en tout cas, attentivement.

De l’autre côté, hélas, son partenaire ne rayonne pas autant. Il faut dire que Thomas Raskin remplace Mathieu Muglioni initialement prévu. Trois semaines pour apprendre un rôle aussi lourd, on conçoit aisément les difficultés rencontrées. Ainsi, la prononciation est malaisée, notamment dans les récitatifs, quand la voix peine à atteindre le fameux contre-. Si le ton est convaincant, davantage de discipline dans la ligne vocale serait souhaitable.

Pour le reste, Nicolas Bercet enchante en marquis arrogant  et Jocelyn Riche s’en donne à cœur joie dans le rôle de Biju, rival du postillon. Leur tandem fonctionne à merveille. D’une manière générale d’ailleurs, les ensembles sont très beaux, illuminés encore par des chœurs dont on a une fois de plus envie de dire grand bien… L’orchestre, dirigé par le jeune Alexander Walker avec fougue, assure à cet attelage trépidant beaucoup d’allure. Un équipage entraînant qui emballe également le public, enthousiaste et manifestement ravi.

 

 

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Le Postillon de Lonjumeau (Adam, Walker – Baugé)

Détails

Adolphe Adam (1803-1856)

Le Postillon de Lonjumeau

Opéra-comique en deux actes

Livret d’Adolphe De Leuwen et de Léon Lévy Brunswick

Créé à la Salle de la Bourse de Paris le 13 octobre 1836

Chapelou (Saint Phare), Thomas Raskin

Madeleine (Madame Latour), Kim Sheehan

Marquis de Corcy, Nicolas Bercet

Biju (Alcindor), Jocelyn Riche

Bourdon, Antoine Salmon

Rose, Aurore Lacabe

Mise en scène : Bernadette Grimmett

Direction musicale : Alexander Walker

Baugé, théâtre des Capucins, le 3 août 2011, 18h

9e festival de Baugé

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La revanche de Don Ottavio
Bogdan VOLKOV, Marc MINKOWSKI, Vincent HUGUET
Spectacle