Forum Opéra

MOZART, Idomeneo — Lille

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
27 janvier 2015
La guerre de Crète n’aura pas lieu

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en trois actes (1781)

Livret de Giambattista Varesco d’après Danchet

Détails

Mise en scène

Jean-Yves Ruf

Décors

Laure Pichat

Costumes

Claudia Jenatsch

Lumières

Christian Dubet

Maquillages

Cécile Kretschmar

Vidéo

Gaëtan Besnard

Assistante à la mise en scène

Anaïs de Courson

Idomeneo

Kresimir Spicer

Ilia

Rosa Feola

Elettra

Patrizia Ciofi

Idamante

Rachel Frenkel

Arbace

Edgaras Montvidas

Gran Sacerdote

Emiliano Gonzalez Toro

La Voce

Bogdan Talos

Chœur et orchestre Le Concert d’Astrée

Chef de chœur

Xavier Ribes

Assistant à la direction musicale

Iñaki Encina Oyón

Direction musicale

Emmanuelle Haïm

Opéra de Lille, mardi 27 janvier, 13h30

Par un curieux hasard de programmation, trois théâtres lyriques français affichent en ce début d’année Idomeneo, opéra de Mozart trop peu souvent représenté pour que la coïncidence ne soit relevée : Montpellier, Lyon, et Lille qu’une somme d’avantages indiscutables semble placer en pole position d’une inutile guerre de Crète. Ouvrage complexe, œdipien et prophétique en ce que maints détails annoncent les chefs d’œuvre à venir, Idomeneo ferait peur aux metteurs en scène, explique Jean-Yves Ruf dans une note d’intention qu’il faut prendre le temps de lire, non pour comprendre les partis-pris d’une approche que de prime abord on pourrait trouver simple, mais pour prendre la mesure du travail réalisé. L’épure à laquelle parvient le metteur en scène n’est pas fruit du hasard, ou pire d’une absence d’idée ; elle procède d’une réflexion profonde sur une œuvre « dont la forme semble se chercher tout le temps ». Pour ne pas entraver ce mouvement permanent, le dispositif scénique se limite à un plateau circulaire. Quelques branches mortes et un rideau de chaînes, d’abord prison puis tempête par un spectaculaire effet de lumières, en masquent dans la première partie l’absolue nudité. Un arbre aux feuilles écarlates l’habille en son centre dans un second temps. Représentation symbolique du « désir d’élévation » caractéristique de plusieurs opéras de Mozart, La Flûte enchantée en tête ? Peut-être. Pour le moins, manifestation évidente d’une volonté esthétique qu’affirme aussi l’échelle chromatique utilisée. Du noir au blanc en passant par le brun et le le rouge sang, les couleurs choisies sont explicites. Elles participent à la lisibilité de l’intrigue, tout comme la gestuelle, volontairement naturelle. Rien ne contredit le livret donc ; rien n’entrave le mouvement, on l’a dit ; et rien n’empêche l’épanchement de la  musique. La fluidité semble caractériser un discours que Le Concert d’Astrée, chœur et orchestre, ont fait leur, à quelques broutilles près. Emmanuelle Haïm caresse la partition plus qu’elle ne l’étreint. Pas d’à-coups, de ruptures, de contrastes, de vertiges mais une rigueur, un respect, une mesure toute classique, un refus d’expansion y compris dans la large déploration du « Oh voto tremendo », déjà si proche du Requiem.


Patrizia Ciofi (Elettra) © Opéra de Lille

Robinet d’eau tiède ? Ce serait le risque d’une telle approche scénique et musicale si le chant ne venait sans cesse stimuler l’écoute et ce, dès le début, sans même attendre l’entrée cinglante de Patrizia Ciofi dont on pressentait à raison l’Elettra mémorable. Et de fait, les égarements de la fille d’Agamemnon trouvent en cette voix endolorie leur juste expression. La chair du timbre dit les souffrances de celle qui aime sans retour. Le medium désormais plus solide résout les problèmes  que peut poser l’écriture, centrale et obsessionnelle, de « Tutte nel cor vi sento ». La technique accomplie donne aux vocalises de « Idol mio » l’illusion d’un fragile bonheur. « D’Oreste , d’Aiace » expose l’ensemble de ces qualités en une scène d’une intensité tragique exceptionnelle. Mais auparavant, le soprano lumineux de Rosa Feola aura fait aussi forte impression, pure de timbre de ligne et d’émission, sans que cette pureté ne soit froideur ou fadeur. Au contraire, une flamme latente éclaire l’eau limpide d’un chant égal sur la longueur. Cette jeune artiste italienne, primée au Concours Placido Domingo en 2010 fait ici ses premiers pas en France. Gageons que ce ne seront pas les derniers.

Déjà Idomeneo à Toronto en 2008, Krešimir Špicer a fait définitivement sien un rôle qu’il habite dans toutes ses contradictions : humble et orgueilleux, fort et fragile, pitoyable et héroïque, flexible et inflexible. Un habile usage des registres de tête et de poitrine aide le ténor à passer sans transition ou presque, d’un état à l’autre. Le dosage du volume peaufine cette interprétation cyclothymique. L’agilité est suffisante sans être étourdissante. Plus que la virtuosité, c’est par la noblesse du métal et par le soin porté à chaque mot, récitatifs compris, que ce roi est grand. Le choix d’un mezzo-soprano en Idamante favorise l’équilibre des tessitures. Agile, d’une clarté juvénile, sonore mais sans grande ampleur, le mezzo-soprano délicat de Rachel Frenkel est touchant de fragilité. Emiliano Gonzalez-Toro en Gran Sacerdote et surtout, Edgaras Montvidas, ténor lituanien à la voix affirmée dont il n’est pas certain que le chant accidenté d’Arbace soit le meilleur faire-valoir, achèvent de tirer vers le haut une production que l’on peut applaudir jusqu’au 6 février.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma per musica en trois actes (1781)

Livret de Giambattista Varesco d’après Danchet

Détails

Mise en scène

Jean-Yves Ruf

Décors

Laure Pichat

Costumes

Claudia Jenatsch

Lumières

Christian Dubet

Maquillages

Cécile Kretschmar

Vidéo

Gaëtan Besnard

Assistante à la mise en scène

Anaïs de Courson

Idomeneo

Kresimir Spicer

Ilia

Rosa Feola

Elettra

Patrizia Ciofi

Idamante

Rachel Frenkel

Arbace

Edgaras Montvidas

Gran Sacerdote

Emiliano Gonzalez Toro

La Voce

Bogdan Talos

Chœur et orchestre Le Concert d’Astrée

Chef de chœur

Xavier Ribes

Assistant à la direction musicale

Iñaki Encina Oyón

Direction musicale

Emmanuelle Haïm

Opéra de Lille, mardi 27 janvier, 13h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Nina Stemme, wagnérienne immarcescible
Nina STEMME, José Luis BASSO, Gustavo GIMENO
Spectacle