Forum Opéra

PUCCINI, La fanciulla del West — Milan

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
6 mai 2016
La fillette dans le désert

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes, livret de Guelfo Civinini et Carlo Zangarini

Créé au Metropolitan Opera de New York le 10 décembre 1910

Détails

Mise en scène
Robert Carsen
Décors
Robert Carsen et Luis Carvalho
Costumes
Petra Rheinhardt
Lumières
Robert Carsen et Petra
Vidéo
Ian William Galloway
Chorégraphie
Marco Berriel

Minnie
Barbara Haveman
Dick Johnson
Roberto Aronica
Jack Rance
Claudio Sgura
Nick
Carlo Bosi
Ashby
Gabriele Sagona
Sonora
Alessandro Luongo
Trin
Marco Ciaponi
Sid
Gianluca Breda
Bello
Costantino Finucci
Harry
Emanuele Giannino
Joe
Krystian Adam
Happy
Francesco Verna
Larkens
Romano Dal Zovo
Billy Jackrabbit
Alessandro Spina
Wowkle
Alessandra Visentin
Jack Wallace
Davide Fersini
José Castro
Leonardo Galeazzi
Un Postiglione
Francesco Castoro

Orchestre et choeur du Teatro alla Scala
Chef de chœur
Bruno Casoni
Direction musicale
Riccardo Chailly

Teatro alla Scala, vendredi 6 mai 2016, 20h

Ouverture de la Fanciulla del West au Teatro alla Scala : nous sommes devant la projection d’un western dans un vieux cinéma palais typique des Etat-Unis. Sur les dernières notes, la mention « the end » apparaît et le rideau tombe. L’assistance se lève, c’est le chœur des mineurs enamourés de Minnie. Pas de doute, il s’agit bien d’une mise en scène de Robert Carsen : le début à la fin, la mise en abyme de l’action et des images d’Épinal qui bien souvent ne sont là que pour flatter l’œil plutôt que servir le drame. Non l’Arizona de Monument Valley n’a rien à voir avec les Sierra de la Californie du Nord et on est bien en peine de comprendre comment il peut neiger en plein désert au second acte… Le summum de la paresse est atteint au troisième acte où Robert Carsen fait passer le happy end final au moyen d’un expédient cousu de fil blanc. En deux ex-machina, Minnie apparaît endimanchée à la sortie du cinéma (fort beau décor au demeurant) et les mineurs rentrent voir leur séance. En somme, une mise en scène spaghetti qui sent déjà le réchauffé.

Ce fil rouge du cinéma est renforcé par les chanteurs presque à leur corps défendant. Outre un jeu expressionniste qui trahit un manque de direction d’acteur, c’est surtout le format vocal du couple principal qui pose problème. Barbara Haveman, appelée en remplacement de Eva-Maria Westbroek souffrante, fait ce qu’elle peut avec des moyens insuffisants pour défendre pleinement le rôle. Elle est noyée dans le medium et atteint les aigus qui parsèment le rôle sans tenir les valeurs des notes. La prestation manque d’impact et de lyrisme, notamment dans la scène finale où le chef maintient le chœur et l’orchestre en sourdine pour lui permettre de passer la rampe. Son Dick Johnson est plus sonore et c’est bien là le problème. Le chant de Roberto Aronica est fruste, le timbre nasal. De plus, un habile jonglage entre les versions de l’oeuvre lui permet d’escamoter certaines difficultés, notamment lorsqu’au deuxième acte « una parola sola » est raccourci de ses dernières mesures. Claudio Sgura confirme en revanche, dans la suite des représentations de Paris, qu’il est un Jack Rance convaincant. Si le timbre manque de noirceur, il met à profit sa couleur claire pour dépeindre un personnage veule. Dans le cortège des mineurs, le Sonora d’Alessandro Luongo, et le Wallace de Davide Fersini tirent leur épingle du jeu quand Carlo Bosi (Nick un peu acide) et Gabriele Sagona (Ashby en manque de projection) rejoignent le niveau de chant assez faible de la soirée. L’effet de groupe fonctionne bien secondé par un chœur au style léché.

Ce qu’il manque de lyrisme sur scène, la fosse le compense par des violons soyeux, des flutes et clarinettes douces, et deux harpes bien mises en avant. La tension et l’impact que les chanteurs ne peuvent transmettre, Riccardo Chailly la construit patiemment à l’aide des percussions, violoncelles et contrebasses dont les attaques sont d’une précision redoutable. Aussi la soirée, qui aurait pu être longuette, est sauvée par cette direction d’orfèvre.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes, livret de Guelfo Civinini et Carlo Zangarini

Créé au Metropolitan Opera de New York le 10 décembre 1910

Détails

Mise en scène
Robert Carsen
Décors
Robert Carsen et Luis Carvalho
Costumes
Petra Rheinhardt
Lumières
Robert Carsen et Petra
Vidéo
Ian William Galloway
Chorégraphie
Marco Berriel

Minnie
Barbara Haveman
Dick Johnson
Roberto Aronica
Jack Rance
Claudio Sgura
Nick
Carlo Bosi
Ashby
Gabriele Sagona
Sonora
Alessandro Luongo
Trin
Marco Ciaponi
Sid
Gianluca Breda
Bello
Costantino Finucci
Harry
Emanuele Giannino
Joe
Krystian Adam
Happy
Francesco Verna
Larkens
Romano Dal Zovo
Billy Jackrabbit
Alessandro Spina
Wowkle
Alessandra Visentin
Jack Wallace
Davide Fersini
José Castro
Leonardo Galeazzi
Un Postiglione
Francesco Castoro

Orchestre et choeur du Teatro alla Scala
Chef de chœur
Bruno Casoni
Direction musicale
Riccardo Chailly

Teatro alla Scala, vendredi 6 mai 2016, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La guerre à mort
Emmanuelle HAÏM, Corinne WINTERS, Florian SEMPEY
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle