Forum Opéra

LANDI, La morte d'Orfeo — Amsterdam

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
25 mars 2018
Comme les mouches pour les enfants espiègles

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Tragicommedia pastorale en cinq actes, livret anonyme

Composée à Padoue au cours de l’été 1619

Détails

Mise en scène

Pierre Audi

Décor

Christof Hetzer

Costumes

Robby Duiveman

Lumières

Bernd Purkrabek

Dramaturgie

Klaus Bertisch

Orfeo

Juan Francisco Gatell

Teti / Primo Euretto / Nisa / Lincastro / Euridice

Cecilia Molinari

Fato / Fileno

Renato Dolcini

Ebro / Giove

Alexander Miminoshvili

Aurora / Fosforo

Gaia Petrone

Terzo Euretto / Calliope

Magdalena Pluta

Mercurio / Bacco

Kacper Szelążek

Ireno / Apolline

Emiliano Gonzalez Toro

Furore / Caronte

Salvo Vitale

Secondo Euretto

Rosina Fabius

Les Talens Lyriques

Direction musicale

Christophe Rousset

Amsterdam, Muziekgebouw, dimanche 25 mars, 14 heures

C’est dans Le Roi Lear que Shakespeare compare le sort des humains, jouets de la volonté des dieux, à celui des insectes torturés par de jeunes têtes blondes. Pierre Audi va même un peu plus loin lorsqu’il qualifie Orphée de « clown des dieux ». Pour ses adieux à Amsterdam, le futur directeur du festival d’Aix-en-Provence offre comme ultime mise en scène un spectacle en forme de retour à l’un des épisodes glorieux de son mandat au DNO. Dans les années 1990, avec Christophe Rousset, Pierre Audi avait proposé une trilogie Monteverdi restée dans les mémoires (et publiée en DVD chez Opus Arte). Près d’un quart de siècle plus tard, les compères se retrouvent pour autre Orfeo, celui de Stefano Landi, œuvre connue grâce à deux enregistrements, l’un de 1987, dirigé par Stephen Stubbs, l’autre de 2006, dirigé par Françoise Lasserre. Plus précisément, Landi s’est intéressé à Orphée revenu des enfers, à sa mort déchiré par les bacchantes, et à sa métamorphose. Œuvre fondatrice de l’opéra romain, La morte d’Orfeo est avant tout la partition d’un compositeur de musique sacrée, et on aurait du mal à y trouver le dramatisme qui irrigue la trilogie lyrique de son contemporain Monteverdi. Le livret fait se succéder des scènes variées qui auraient dû permettre un traitement plus contrasté, mais Landi ne profite que très partiellement des occasions offertes, et sa partition manque un peu de nerfs et d’éloquence.

Hélas, le spectacle monté par Pierre Audi ne cherche guère à pallier cette déficience. Les satyres, bergers, ménades et autres divinités se réduisent à un groupe de neuf personnes de la haute société (à en juger d’après leurs tenues excentriques) qui jouent à se déguiser pour tromper leur ennui, et qui prennent pour dindon de leur farce fort peu enjouée un certain Orphée, poète et musicien même s’il porte une sorte d’uniforme bleu horizon. Tout ce beau monde est tantôt affalé sur un canapé baladeur, tantôt debout la crosse de berger à la main. Après avoir subi bien des épreuves et être retourné aux enfers, Orphée est changé en étoile : sous ses voiles d’ombre, on découvre un éblouissant costume-miroir qui fait de lui une boule disco ambulante.


© Ruth Walz

Le statisme de la mise en scène semble rejaillir un peu sur la musique, et Christophe Rousset, tout en distillant les sonorités précieuses dont sont toujours capables ses Talens Lyriques, ne cherche pas à mettre du théâtre là où il n’y en a pas, malgré quelques moments plus intenses dans le discours de Landi, moments tragiques ou au contraire danses et passages virtuoses. La distribution réunit quelques spécialistes de ce répertoire, mais pas seulement. La voix de Juan Francisco Gatell, qui avait pu paraître un peu nasale chez Mozart, mais qui a fait ses preuves chez Rossini, n’est guère sollicitée par cet Orfeo assez inexistant. Parmi ceux qui l’entourent, on remarque le baryton Renato Dolcini, désormais indispensable protagoniste des reprises d’opéras du seicento, de Cavalli à Rossi en passant par Monteverdi. On retient surtout la scène où, en Fileno, il annonce la mort de son fils à Calliope, une impeccable Magdalena Pluta, au sobre désespoir. Présente au début et à la fin de l’œuvre, Gaia Petrone séduit par la densité de son timbre de mezzo. Emiliano Gonzalez Toro met toute sa science monteverdienne au service de Landi, notamment en père d’Orphée dans un dialogue où incite celui-ci à fuir les femmes. Salvo Vitale impressionne par un Charon plein de hargne.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Tragicommedia pastorale en cinq actes, livret anonyme

Composée à Padoue au cours de l’été 1619

Détails

Mise en scène

Pierre Audi

Décor

Christof Hetzer

Costumes

Robby Duiveman

Lumières

Bernd Purkrabek

Dramaturgie

Klaus Bertisch

Orfeo

Juan Francisco Gatell

Teti / Primo Euretto / Nisa / Lincastro / Euridice

Cecilia Molinari

Fato / Fileno

Renato Dolcini

Ebro / Giove

Alexander Miminoshvili

Aurora / Fosforo

Gaia Petrone

Terzo Euretto / Calliope

Magdalena Pluta

Mercurio / Bacco

Kacper Szelążek

Ireno / Apolline

Emiliano Gonzalez Toro

Furore / Caronte

Salvo Vitale

Secondo Euretto

Rosina Fabius

Les Talens Lyriques

Direction musicale

Christophe Rousset

Amsterdam, Muziekgebouw, dimanche 25 mars, 14 heures

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle