Forum Opéra

LEHÁR, La Veuve joyeuse — Nice

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
6 décembre 2021
Une « Veuve » toute neuve

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opérette en 3 actes
Musique de Franz Lehár
Livret original de Victor Léon et Leo Stein d’après la comédie d’Henri Meilhac

Création le 30 décembre 1905 à Vienne, Theater an der Wien
Version française de Benoît Bénichou

Détails

Mise en scène

Benoît Bénichou
Costumes

Bruno Fatalot

Lumières
Mathieu Cabanes

Chorégraphie

Sophie Trouche

Hanna Glawari

Camille Schnoor

Comte Danilo

Frédéric Cornille

Valencienne

Amélie Robins

Camille de Rosillon

Samy Camps

Baron Mirko Zeta

Philippe Ermellier

Vicomte Cascada

Gilles San Juan

Raoul de Saint Brioche

Richard Rittelmann

Praskowia

Corinne Parenti

Kromow

Fréderic Scotto

Bogdanovitsch

Florent Chamard

Olga

Ivanka Deneva

Pritschitsch

Thierry Delaunay

Les grisettes

Mélissa Lalix, Virginie Maraskin, Isabelle Bourgeais, Nelly Lacoste, Liesel Jurgens, François Poutaraud

Orchestre Philharmonique de Nice

Direction musicale

Bruno Membrey

Nice, samedi 4 décembre 2021, 20 heures

Encore un état au bord de la faillite ! Pas de panique, c’est de la principauté du Pontevedro qu’il s’agit. Vous l’avez reconnu, c’est l’Etat de la Veuve joyeuse.

Du coup, le metteur en scène Benoît Bénichou qui a monté cette opérette à Nice a fait ni une ni deux et l’a transposée dans le monde de la crise financière de 2008. Alerte à Wall Street, la veuve débarque à Paris en star d’Hollywood !

Ah, on n’est plus sous les habituels lambris des salons mondains du XIXe mais dans le décor délabré d’une ambassade en ruine. Les platras tombent des murs et du plafond comme à Gravelotte. Attention la tête !

Rassurez-vous, le spectacle est tout sauf sinistre. Benoît Bénichou a réalisé un fantastique travail de traduction et réactualisation du texte. Il l’a taillé à coup de serpe et a supprimé le personnage du fantaisiste Figg. Résultat, une action resserrée avec un texte – en vers, s’il vous plaît – collant parfaitement à la musique.


La scène des grisettes © Dominique Jaussein

Dans cette affaire, les spectateurs deviennent les invités de la réception qui se déroule sur scène. C’est comme si l’Opéra de Nice avait été transformé en ambassade du Pontevedro. On y voit avant le spectacle les chanteurs arriver en Mercedès, sur un tapis rouge, dans le hall d’entrée au milieu du public.  Pendant le spectacle il descendent dans la salle. Au cours de l’entracte, ils se mêlent aux spectateurs et chantent même dans les escaliers. La fête à tous les étages ! 

Le spectacle est truffé de vidéos émouvantes et enveloppé de fabuleux éclairages dus à un magicien de la lumière, Mathieu Cabanes.


Camille Schnoor, la découverte de la soirée © Dominique Jaussein

De la lumière, il y en a aussi dans la voix de l’interprète de la Veuve  – une découverte : Camille Schnoor. C’est la première fois que cette Niçoise encore peu entendue en France se produit sur scène dans sa ville natale. On ne vous dit pas son émotion, celle de sa famille, de ses amis ! Ils l’ont connue enfant, ils la retrouvent star. Et avec quelle aisance, quel style, quelle souplesse dans la voix !

Son Danilo de cœur est incarné par Frédéric Cornille. Il n’y a qu’éloge à faire de ce beau baryton à la voix ronde, égale, musicale.

Nous n’avons pas reconnu en Samy Camps le délicieux ténor léger qui avait été naguère distingué aux Victoires de la musique. Sa voix est en train d’évoluer vers un registre plus fort, plus ample. Mais la mutation n’est pas achevée. Attendons…

La délicieuse Amélie Robins n’était pas, au soir où on l’a entendue, dans sa forme habituelle, présentant un vibrato excessif. Là encore, faisons confiance en l’avenir…

Le très bon Philippe Ermelier est un de ces chanteurs comédiens dont une opérette ne saurait se passer. Il est impayable dans son rôle d’ambassadeur. Ca tombe bien, l’ambassade du Pontevedro n’a plus d’argent !

Un reste de distribution de qualité, un choeur et un orchestre pétillants sous la direction d’un maître es opérette, Bruno Membrey, achèvent de rendre la salle aussi joyeuse que la Veuve. Elle a applaudi à tout rompre cette « Veuve » toute neuve.

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opérette en 3 actes
Musique de Franz Lehár
Livret original de Victor Léon et Leo Stein d’après la comédie d’Henri Meilhac

Création le 30 décembre 1905 à Vienne, Theater an der Wien
Version française de Benoît Bénichou

Détails

Mise en scène

Benoît Bénichou
Costumes

Bruno Fatalot

Lumières
Mathieu Cabanes

Chorégraphie

Sophie Trouche

Hanna Glawari

Camille Schnoor

Comte Danilo

Frédéric Cornille

Valencienne

Amélie Robins

Camille de Rosillon

Samy Camps

Baron Mirko Zeta

Philippe Ermellier

Vicomte Cascada

Gilles San Juan

Raoul de Saint Brioche

Richard Rittelmann

Praskowia

Corinne Parenti

Kromow

Fréderic Scotto

Bogdanovitsch

Florent Chamard

Olga

Ivanka Deneva

Pritschitsch

Thierry Delaunay

Les grisettes

Mélissa Lalix, Virginie Maraskin, Isabelle Bourgeais, Nelly Lacoste, Liesel Jurgens, François Poutaraud

Orchestre Philharmonique de Nice

Direction musicale

Bruno Membrey

Nice, samedi 4 décembre 2021, 20 heures

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini qua, Rossini là
Karine DESHAYES, Florian SEMPEY
Spectacle