Forum Opéra

La lumière Kleiter — Paris (Athénée)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
1 décembre 2021
La lumière Kleiter

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Schubert
Liane
Das Weinen
Das Gebüsche
Die abgeblühte Linde
Ins stille Land

Arnold Schönberg
Mädchenlied
Verlassen

4 lieder Opus 2
Erwartung
Jesus bettelt
Erhebung
Waldsonne

Franz Liszt
Der Fischerknabe
Der Hirt
Der Alpenjäger
Schwebe, schwebe
Wo weilt er
Oh quand je dors
S’il est un charmant gazon
Comment disaient-ils
Enfant, si j’étais roi

Bis :

Quand tu chantes bercée (Franz Liszt)

Du bist die Ruh’ (Franz Schubert)

Paris, Athénée, lundi 29 novembre 2021, 20h

Est-ce parce qu’elle est apparue toute de blanc vêtue et de blondeur que l’on a songé d’abord à la lumière pour qualifier Julia Kleiter ? N’est-ce pas plutôt parce qu’elle met dans sa voix une clarté qui illumine chaque phrase ? C’est cela qu’en quelques années la voix de la soprano allemande a gagné : à la fois une assise nouvelle, et une capacité à détailler le moindre recoin de la partition sans effets ajoutés, par le simple modelé de la phrase, par la seule longueur du souffle.

Les Schubert modérément connus avec lesquels elle entre en matière (et se chauffe la voix) laissent d’emblée apparaître ce matériau lumineux et robuste, notamment dans Ins stille Land, dont les longues phrases nostalgiques sont ouvragées avec une délicatesse infinie. L’on comprend que la chanteuse ait voulu rompre un peu l’ambiance romantique allemande avec du jeune Schönberg, plus extérieurs et plus spontanément dramatiques : en définitive, ce qui lui réussit véritablement le mieux, c’est Waldsonne, de facture et d’esprit tout à fait romantiques 

La brassée de Liszt est sans doute la plus belle partie du récital. La difficulté même des Lieder, cette tessiture haute, attestent un art souvent confondant, tant la chanteuse déjoue la technique par le soin de l’expression. Les quatre mélodies françaises sont peut-être le sommet ;  elles sollicitent cette mi-voix et cette ligne haute dont Julia Kleiter dispense le sortilège, dans un français parfait d’accent et de legato. Toutes qualités qui la désignent pour Mélisande. Julius Drake est le partenaire serein et inspiré d’une chanteuse désormais très haut dans la galaxie du Lied. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Schubert
Liane
Das Weinen
Das Gebüsche
Die abgeblühte Linde
Ins stille Land

Arnold Schönberg
Mädchenlied
Verlassen

4 lieder Opus 2
Erwartung
Jesus bettelt
Erhebung
Waldsonne

Franz Liszt
Der Fischerknabe
Der Hirt
Der Alpenjäger
Schwebe, schwebe
Wo weilt er
Oh quand je dors
S’il est un charmant gazon
Comment disaient-ils
Enfant, si j’étais roi

Bis :

Quand tu chantes bercée (Franz Liszt)

Du bist die Ruh’ (Franz Schubert)

Paris, Athénée, lundi 29 novembre 2021, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Curieux ne pas s’abstenir !
Camilla Carol FARIAS, Francesco BOSSI, Luis MAGALLANES
Spectacle