Forum Opéra

Récital Vesselina Kasarova — Erl

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 juillet 2015
Violences et passions

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Vesselina Kasarova, mezzosoprano

Irina Krasnovska, piano

Hector Berlioz
Les Nuits d’été, op. 7, sur des textes de Théophile Gautier
Villanelle
Le spectre de la rose
Sur les lagunes
Absence
Au cimetière (Clair de lune)
L’Île inconnue

Sergei Rachmaninoff
Ne poj, krasavica – Ma belle, ne chante pas devant moi (op. 4 Nr. 4)
Son – Le rêve (op. 8 Nr. 5)
Zdes’ khorosho – C’est beau ici (op. 21 Nr. 7)
Poljubila ja na pechal’ svoju – La femme du soldat (op. 8 Nr. 4)
V molchan’ji nochi tajnoj – Dans le silence de la nuit (op. 4 Nr. 3)

Piotr Ilyitch Tchaïkovski
To bylo ranneju vesnoj – C’était le début du printemps (op. 38 Nr. 2)
Net, tol’ko tot, kto znal – Ah, qui brûla d‘amour (op. 6 Nr. 6)
KolÏbelnaja pesnja – Berceuse (op. 16 Nr. 1)
Den li tsarit? – Le jour rayonne (op. 47 Nr. 6)

Bis
Georg Friedrich Haendel
Ombra mai fu extrait de l’opéra Xerxes
et une chanson populaire de son compatriote Krassimir Kyurkchiyski
Kalimanku, Denku

Festival du Tyrol, Erl, Festspielhaus, 16 juillet 2015, 20 h

Vesselina Kasarova est du nombre des cantatrices inclassables, adulées par les uns, vouées aux gémonies par les autres. Une voix particulièrement puissante et chaude lui avait permis une ascension ultra-rapide au début des années 90, qui l’avait propulsée directement vers les premiers rôles, notamment dans l’opéra français (Carmen, Charlotte, Dalila). Son goût pour le baroque lui a permis d’aborder bien d’autres rôles. Mais il semble qu’elle ait atteint assez rapidement ses limites en termes de style et de gestuelle, devenus stéréotypés et répétitifs. Elle se produit aujourd’hui fréquemment en récital, où la puissance de sa voix impressionne plus qu’elle ne touche. Sa technique est intacte, mais le jeu est lassant et les minauderies horripilantes.

Long fourreau noir, lourd collier de jais, elle présente comme à son habitude une série quasi immuable de mélodies de Rachmaninoff et de Tchaïkovski, et de fait, c’est dans ce répertoire mélodique qu’elle excelle. La langue russe, sa seconde langue maternelle, fait partie de sa culture, et même ses gestes exagérés et ses poses quasi acrobatiques peuvent se trouver justifiées par des textes dont elle comprend et souhaite faire partager la moindre intention. De même, musicalement, elle assure une ligne mélodique de bonne tenue, et l’on apprécie dès lors toutes les finesses d’une interprétation magistrale, mêlant chez Rachmaninoff véhémence et parlando, intériorité, accents dramatiques et chantants évoquant la grande Ewa Podlès.

Mais c’est avec Tchaïkovski que l’atmosphère se détend enfin. On est soudainement transportés dans le salon de musique de Madame Larina, où Olga régale des invités de mélodies. Le grand opéra est toujours là, avec ses gestes exagérés, mais la complicité avec l’excellente pianiste Irina Krasnovska finit par calmer le jeu, et la cantatrice raconte enfin plus qu’elle ne joue, jusqu’à offrir, avec KolÏbelnaja pesnja, une interprétation légère et aérienne, presqu‘irréelle : du grand art. En conclusion, Den li tsarit? montre ce dont la diva est vraiment capable, un jeu dramatique sans être outré, en osmose parfaite avec l’accompagnement. Et cela confirme bien que les mélodies ne sont pas faites pour être jouées comme au théâtre, et que la vraie simplicité est seule à pouvoir révéler le sens profond du texte, comme avec le Largo de Haendel donné en bis.

De la première partie, mieux vaut ne rien dire, et considérer qu’il s’agit d’une erreur de programmation. Français incompréhensible, notes enflées et diminuées sans arrêt brisant nette la ligne mélodique, et hachant même le rythme qui se désarticule, Villanelle est loupée, Le Spectre de la rose détonne, et même si Absence est mieux réussi, le tout manque de légèreté et les notes graves deviennent gutturales pour ne pas dire poitrinées. C’ést sûrement très beau, intéressant et même parfois poignant, mais ce n’est ni Les Nuits d’été, ni du Berlioz ! On comprend que Vesselina Kasarova ait envie de chanter ce répertoire, mais il n’est pas pour elle, elle n’en a aucun des moyens.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Vesselina Kasarova, mezzosoprano

Irina Krasnovska, piano

Hector Berlioz
Les Nuits d’été, op. 7, sur des textes de Théophile Gautier
Villanelle
Le spectre de la rose
Sur les lagunes
Absence
Au cimetière (Clair de lune)
L’Île inconnue

Sergei Rachmaninoff
Ne poj, krasavica – Ma belle, ne chante pas devant moi (op. 4 Nr. 4)
Son – Le rêve (op. 8 Nr. 5)
Zdes’ khorosho – C’est beau ici (op. 21 Nr. 7)
Poljubila ja na pechal’ svoju – La femme du soldat (op. 8 Nr. 4)
V molchan’ji nochi tajnoj – Dans le silence de la nuit (op. 4 Nr. 3)

Piotr Ilyitch Tchaïkovski
To bylo ranneju vesnoj – C’était le début du printemps (op. 38 Nr. 2)
Net, tol’ko tot, kto znal – Ah, qui brûla d‘amour (op. 6 Nr. 6)
KolÏbelnaja pesnja – Berceuse (op. 16 Nr. 1)
Den li tsarit? – Le jour rayonne (op. 47 Nr. 6)

Bis
Georg Friedrich Haendel
Ombra mai fu extrait de l’opéra Xerxes
et une chanson populaire de son compatriote Krassimir Kyurkchiyski
Kalimanku, Denku

Festival du Tyrol, Erl, Festspielhaus, 16 juillet 2015, 20 h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle