Forum Opéra

Reynaldo Hahn, Mélodies —

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 septembre 2019
Encore un qui sait tout faire

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Chanson d’automne, L’allée est sans fin, L’heure exquise (Chansons grises, n° 1, 3 et 5)

Paysage, Trois jours de vendange (Premier Recueil, n° 4 et 9)

Néère, Tyndaris (Etudes latines, n° 2 et 7)

Quand je fus pris au pavillon, Les étoiles, L’automne (Rondels, n° 8, 9 et 10)

Encore sur le pavé sonne mon pas nocturne, Quand je viendrai m’asseoir, Donc, vous allez fleurir encor (Les Feuilles blessées, n° 2, 5 et 7)

Quand la nuit n’est pas étoilée, Les fontaines, A Chloris (Second Recueil, n° 1, 13, 14)

The Swing, Windy Night, The Stars (Five Little Songs, n° 1, 2 et 4)

Aimons-nous !, Dans l’été (Troisième volume, n° 1 et 3)

La vie est belle, Sous l’oranger (Neuf Mélodies retrouvées, n° 2 et 9)

La barcheta, Che pecà ! (Venezia, n° 2 et 5)

Tassis Christoyannis, baryton

Jeff Cohen, piano

Venise, Palazzetto Bru Zane, dimanche 22 septembre, 17h

En voyant il y a peu son Thésée courroucé ou accablé dans la Phèdre de Lemoyne, on se surprenait à se demander comment Tassis Christoyannis pouvait contenir la fougue dont il peut faire preuve à l’opéra (même en concert) pour la ramener aux dimensions forcément plus exiguës du récital de mélodies françaises. Le concert donné dans le cadre du cycle Reynaldo Hahn du Palazzetto Bru Zane vient nous donner la réponse, réponse que prolongera vers la fin du mois prochain la quasi-intégrale des mélodies de Hahn, à paraître dans un coffret de quatre CD.

D’abord, il convient de rectifier ce qui a été dit plus haut : même s’il arrivait souvent à Reynaldo Hahn d’interpréter lui-même ses compositions tout en s’accompagnant au piano, rien n’empêche d’y mettre plus de voix qu’il n’en avait lui-même pour enregistrer ses œuvres. Ces pages n’exigent évidemment pas un format wagnérien, mais de là à n’y voir que de petites choses à susurrer dans les salons, il y a une marge. L’accompagnement pianistique est parfois suffisamment dense pour qu’il faille du coffre afin de se faire entendre. Et ce qui est vrai sur le plan vocal vaut aussi en ce qui concerne l’investissement dramatique qu’appellent certaines mélodies : ce sont des sentiments forts qui s’y expriment, et il convient de les traduire avec vigueur, sans minauder.

En une heure et vingt-cinq titres, le baryton et son pianiste, le fidèle Jeff Cohen, compagnon de tous les disques de mélodies du PBZ (sauf le tout premier, consacré à Félicien David), nous offrent un échantillon représentatif de toute la carrière de Hahn mélodiste, depuis les Chansons grises composées entre 1887 et 1890 jusqu’aux Cinq petites chansons sur des poèmes de Stevenson, parues en 1916. Tous les styles y sont représentés : le pastiche historique, le romantisme à la Duparc, l’exotisme hispanique (le rythme de tango habanera de « Sous l’oranger », aux harmonies sinueuses) ou italien (Venezia)… Trois langues également, puisqu’au français s’adjoignent l’anglais et le dialecte vénitien. La diversité du programme suffirait à éviter l’écueil de la monotonie, mais la réussite des deux artistes donne à plusieurs reprises l’impression que ces poèmes ont dû attendre d’être ainsi mis en musique pour révéler tout leur potentiel, comme le bouleversant « Aimons-nous ! » sur un texte de Théodore de Banville.


Jeff Cohen, Tassis Christoyannis © Palazzetto Bru Zane

Il est agréable d’entendre un timbre grave s’approprier ces mélodies qu’on a souvent pu croire réservées aux voix féminines ou assimilées : si beaucoup de gens ont aujourd’hui dans l’oreille l’interprétation d’ « A Chloris » par Philippe Jaroussky, cela ne doit pas empêcher de tout autres incarnations. Et avec Tassis Christoyannis, il s’agit bien d’incarner, de vivre chaque poème dans son corps. Bien des mélodies de ce récital deviennent de véritables saynètes, jouées autant que chantées, mais sans aucun excès. Même s’il surprend de prime abord, le recours au falsetto est parfaitement maîtrisé et justifié, notamment dans les premières mesures de « Chanson d’automne ».

La sobriété est de rigueur pour les pages graves ou mélancoliques, mais il n’en va pas toujours de même. Le Timbre d’argent de Saint-Saëns à l’Opéra Comique avait montré que le baryton grec était tout à fait capable de bouffonnerie : cette fois, cette vis comica se confirme, avec des mimiques qu’on croirait empruntées à Fernandel pour « Che pecà ! », et un don parodique évident qui éclate dans « Fêtes galantes » données en deuxième bis, après « Si mes vers avaient des ailes », premier bis porté par un naturel confondant.

Et dire qu’il faut encore un mois avant d’avoir le coffret…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Chanson d’automne, L’allée est sans fin, L’heure exquise (Chansons grises, n° 1, 3 et 5)

Paysage, Trois jours de vendange (Premier Recueil, n° 4 et 9)

Néère, Tyndaris (Etudes latines, n° 2 et 7)

Quand je fus pris au pavillon, Les étoiles, L’automne (Rondels, n° 8, 9 et 10)

Encore sur le pavé sonne mon pas nocturne, Quand je viendrai m’asseoir, Donc, vous allez fleurir encor (Les Feuilles blessées, n° 2, 5 et 7)

Quand la nuit n’est pas étoilée, Les fontaines, A Chloris (Second Recueil, n° 1, 13, 14)

The Swing, Windy Night, The Stars (Five Little Songs, n° 1, 2 et 4)

Aimons-nous !, Dans l’été (Troisième volume, n° 1 et 3)

La vie est belle, Sous l’oranger (Neuf Mélodies retrouvées, n° 2 et 9)

La barcheta, Che pecà ! (Venezia, n° 2 et 5)

Tassis Christoyannis, baryton

Jeff Cohen, piano

Venise, Palazzetto Bru Zane, dimanche 22 septembre, 17h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

La Musique souvent nous prend comme une mer

L’art de combiner les mots d’une manière agréable à la pensée
LivreSWAG

Sacrati : La finta pazza, par la Cappella Mediterranea

Le sacre de Sacrati
CDSWAG

Rameau, Nouvelle symphonie – Minkowski, Sempey

Belle revanche
CDSWAG

Les dernières interviews

Le questionnaire de Proust de Konstantin Krimmel

Interview

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Christian Jost : Voyage vers l’espoir – Genève

Faire du beau avec du tragique ?
Kartal KARAGEDIK, Rihab CHAIEB, Gabriel FELTZ
Spectacle

L’Anneau d’or, Heinrich Schütz – Dijon

Schütz, entre son maître et son élève
Etienne MEYER
Spectacle

HAYDN, Les Saisons – Paris (Philharmonie)

Dans les Saisons de Haydn à la Philharmonie, les voix font le printemps !
William CHRISTIE
Spectacle

Gala des 20 ans d’ODB Opéra – Paris

Les stars de demain
Marlène ASSAYAG, Guillem AUBRY, Alexandre BALDO
Spectacle