Forum Opéra

VERDI, Falstaff – Busseto (Festival Verdi)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
10 octobre 2023
Revu à la baisse

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra buffa en trois actes de Giuseppe Verdi, sur un livret d’Arrigo Boito, tiré des Joyeuses Commères de Windsor et Henry IV parties I et II de Shakespeare, créé à la Scala de Milan le 9 février 1893 et à l’Opéra-Comique de Paris le 18 avril 1894.

Arrangement pour orchestre de chambre par Alessandro Palumbo

Détails

Mise en scène
Manuel Renga
Décors et costumes
Aurelio Colombo
Lumières
Giorgio Morelli
Mouvements scéniques
Giorgio Azzone

Sir John Falstaff
Elia Fabbian
Ford
Andrea Borghini
Fenton
Vassyli Solodkyy
Dott. Cajus
Gregory Bonfatti
Bardolfo
Roberto Covatta
Pistola
Andrea Pellegrini
Alice Ford
Ilaria Alida Quilico
Nannetta
Veronica Marini
Mrs. Quickly
Adriana Di Paola
Mrs. Meg Page
Shaked Bar

Quintet à cordes Kyiv Virtuosi et ensemble à vents La Toscanini
Piano
Gianluca Ascheri
Direction musicale
Alessandro Palumbo

Festival Verdi, Busseto, Dimanche 9 octobre 2023, 15h30

Il faut aller au Festival Verdi si l’on veut voir des opéras dans quelques-uns des plus petits théâtres au monde. Nabucco à Fidenza – 400 places – et, plus modeste encore, Falstaff à Busseto – 300 places. Au risque d’une inévitable frustration. L’exiguïté de la fosse a obligé la révision du dernier chef d’œuvre de Verdi pour une formation de chambre, une dizaine d’instrumentistes dirigés par Alessandro Palumbo, auxquels il incombe de restituer le miroitement orchestral de la partition. Mission impossible, si habile soit l’arrangement réalisé par le maestro. L’orchestre grince, gratte, coince en dépit d’une mécanique rythmique habilement huilée – ce qui représente en soi un exploit dans une œuvre réglée comme une horloge infernale, avec ses incessants changements de tempo et ses ensembles à large échelle.

La mise en scène de Manuel Renga respecte la lettre du livret transposé dans des fifties mohair et tartan. Certaines situations sont mieux traduites que d’autres – le finale du 2e acte rate son effet – mais le travail de caractérisation des personnages aide la comédie à remplir son office. Cette recherche de vérité comique se traduit également dans l’expression des visages, que la proximité de la scène aide à mieux percevoir.

 © Roberto Ricci

Commères et compères de Windsor s’ébrouent avec un bonheur variable qui ne tient pas à l’importance de leur rôle. Au contraire même si l’on en juge à l’efficacité des comprimari : Bardolfo (Roberto Covatta), Pistola (Andrea Pellegrini), Dr Cajus (Gregory Bonfatti), et même Meg (Shaked Bar) que l’on a rarement vue aussi présente, tous investis d’une parole verdienne qu’ils propagent joyeusement articulée, timbrée, projetée– même si la taille du théâtre rend secondaires les questions de puissance. Les protagonistes laissent une impression plus mitigée, à commencer par Elia Fabbian, Falstaff tonitruant frelaté par les problèmes de justesse et une tendance à la monochromie quand la fantaisie du Pancione aime au contraire s’épancher en une large variété de couleurs. Vassyli Solodkyyi ne parvient pas à adapter une émission trop franche à la grâce et la légèreté de Fenton. Le baryton d’Andrea Borghini flotte dans le costume de Ford. Les soupçons du mari trompé, ses angoisses, sa colère se dissolvent dans l’eau tiède d’un chant qui voudrait plus de charpente et d’ampleur ; et Alice selon Ilaria Alida Quilico pâtit de trop de duretés.

Restent les aigus filés, tenus, enflés, diminués de Veronica Marini en Nanneta et les « Reverenza » débarrassés de leur empois par Adriana Di Paola. Cette Quickly ne ferait sans doute pas le même effet dans un théâtre plus vaste mais telle que brossée dans le bon sens du poil par la mezzo-soprano italienne – malicieuse, intrigante, élégante presque –, elle rafle la mise.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra buffa en trois actes de Giuseppe Verdi, sur un livret d’Arrigo Boito, tiré des Joyeuses Commères de Windsor et Henry IV parties I et II de Shakespeare, créé à la Scala de Milan le 9 février 1893 et à l’Opéra-Comique de Paris le 18 avril 1894.

Arrangement pour orchestre de chambre par Alessandro Palumbo

Détails

Mise en scène
Manuel Renga
Décors et costumes
Aurelio Colombo
Lumières
Giorgio Morelli
Mouvements scéniques
Giorgio Azzone

Sir John Falstaff
Elia Fabbian
Ford
Andrea Borghini
Fenton
Vassyli Solodkyy
Dott. Cajus
Gregory Bonfatti
Bardolfo
Roberto Covatta
Pistola
Andrea Pellegrini
Alice Ford
Ilaria Alida Quilico
Nannetta
Veronica Marini
Mrs. Quickly
Adriana Di Paola
Mrs. Meg Page
Shaked Bar

Quintet à cordes Kyiv Virtuosi et ensemble à vents La Toscanini
Piano
Gianluca Ascheri
Direction musicale
Alessandro Palumbo

Festival Verdi, Busseto, Dimanche 9 octobre 2023, 15h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Nina Stemme, wagnérienne immarcescible
Nina STEMME, José Luis BASSO, Gustavo GIMENO
Spectacle