Forum Opéra

WAGNER, Tristan und Isolde – Gand

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 mars 2023
Sexe, errance et vidéo

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes de Richard Wagner, sur un livret du compositeur

Création à Munich au Königlichen Hof und National Theater le 10 Juin 1865

Détails

Mise en scène, lumière, vidéo, scénographie et chorégraphie
Philippe Grandrieux
Costumes
An D’Huys
Dramaturgie
Tobias Staab
Katherina Lindekens
Dramaturgie musicale
Piet De Volder

Tristan
Samuel Sakker
Isolde
Carla Filipcic Holm
König Marke
Albert Dohmen
Brangäne
Dshamilja Kaiser
Kurwenal
Vincenzo Neri
Melot
Mark Gough
Un jeune marin
Hugo Kampschreur
Un berger
Hugo Kampschreur
Un pilote
Simon Schmidt
Danseuses
Nathalie Remadi
Vilma Pitrinaite
Eleni Vergeti

Koor Opera Ballet Vlaanderen
Direction
Jan Schweiger

Symfonisch Orkest Opera Ballet Vlaanderen
Direction musicale
Alejo Pérez

Opera Vlaanderen, Gand, samedi 25 mars, 18h

A chaque époque ses tics de langage scénique. La nôtre affectionne depuis quelques saisons les projections vidéo à grande échelle sur un rideau tendu entre la scène et la salle. Le procédé, s’il permet quelques effets spectaculaires, a pour inconvénient d’induire entre le public et les chanteurs une distance préjudiciable à l’émotion.

Expérience en est de nouveau faite à Gand où la mise en scène de Tristan und Isolde, confiée au cinéaste français Philippe Grandrieux, a pour principe unique ce type d’écran sur lequel défile un flux ininterrompu d’images supposées traduire l’inconscient d’Isolde. Les surtitres ont été supprimés pour faciliter l’immersion dans le chef d’œuvre de Wagner. Le spectacle est recommandé aux plus de 16 ans, prévient le programme – serait-il définitivement interdit d’interdire ?

Colère, douleur et honte sont représentées au premier acte près d’une heure et demie durant par le visage hurlant d’une femme autour duquel tourne la caméra. C’est long. Sur la scène plongée dans l’obscurité, les chanteurs adoptent une gestuelle a priori étudiée mais difficile à percevoir derrière le voile brouillé d’images.

Le deuxième acte ajoute au procédé des scènes filmées plus suggestives. Le vent remue des branches durant la partie de chasse. Le philtre d’amour agit sur la psyché d’Isolde. Les corps se dédoublent ; les mains s’égarent. La caméra prise de hoquets stroboscopiques s’aventure en dessous du nombril. Une spectatrice quitte la salle. Fatigué par l’intermittence de la lumière, l’œil tente de distinguer les acteurs du drame. Avec difficulté. Le dossier de presse promettait sur scène des danseuses. Où sont-elles cachées ?

C’est face à un public clairsemé que se joue le troisième acte. Des huées exaspérées accueillent la projection du corps nu d’Isolde. Pourtant l’agonie de Tristan installe le dialogue attendu entre la scène, la musique et la vidéo. L’image se décompose au fur et à mesure que la raison du chevalier divague et que ses forces l’abandonnent. Las, l’arrivée du roi Marke interrompt le film, comme si le réalisateur n’avait pas eu les moyens d’arriver au bout de son projet. La dernière demi-heure se déroule dans la même obscurité derrière le même rideau privé d’images. La réconciliation du cinéma et de l’opéra n’aura pas lieu.

Tristan und Isolde (c) OBV Annemie Augustijns

A la musique revient alors le maître mot de la représentation, par la direction d’abord d’Alejo Pérez. Sa lecture intense de l’œuvre, prise à un tempo plutôt vif, est saluée debout par la salle. L’usage de la trompette originale, telle qu’imaginée par Wagner, relève de l’anecdote. C’est en premier lieu le cor anglais qu’il faut citer, si éloquent au troisième acte, et plus largement l’orchestre à même de traduire les contrastes de la partition, ses murmures comme ses cris, ses pulsions, ses gouffres amers et ses soudaines aspirations vers la lumière.

N’en déplaise à Birgit Nilsson, une bonne paire de chaussures ne suffit pas pour chanter Isolde. Soprano tellurique au médium large comme un tuyau d’orgue, Carla Filipcic Holm empoigne le rôle à bras le corps. La marâtre affleure au premier acte derrière ce chant âpre où la force importe plus que le sentiment. De l’imprécation au cri, la frontière n’est cependant pas franchie. Le duo d’amour expose une palette plus large de nuances et davantage de séduction. Si la fatigue se traduit par des écarts de justesse dans la Liebestod, la performance reste dans l’ensemble admirable.

Tristan déjà à l’Opéra national de Lorraine et au Théâtre de Caen, Samuel Sakker apparaît encore plus inoxydable, dût parfois l’expression échouer à fendre l’armure d’acier. Voix saine, franche, timbrée, le chanteur australien ne recule devant aucune note et meurt sans donner le moindre signe de faiblesse au terme d’une scène dont on connaît l’inhumaine longueur. Un heldentenor nous est né ; que Wagner souvent lui soit donné.

Les seconds rôles répondent de la même manière aux impératifs de leur partition, d’un chant dont l’héroïsme n’entrave pas la beauté. Marke (Albert Dohmen), Brangane (Dshamilja Kaiser), Kurwenal (Vincenzo Neri) voudraient cependant pour mieux s’incarner ce surcroît d’intention qu’une mise en scène soucieuse de théâtre plus que de cinéma aurait autorisé.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes de Richard Wagner, sur un livret du compositeur

Création à Munich au Königlichen Hof und National Theater le 10 Juin 1865

Détails

Mise en scène, lumière, vidéo, scénographie et chorégraphie
Philippe Grandrieux
Costumes
An D’Huys
Dramaturgie
Tobias Staab
Katherina Lindekens
Dramaturgie musicale
Piet De Volder

Tristan
Samuel Sakker
Isolde
Carla Filipcic Holm
König Marke
Albert Dohmen
Brangäne
Dshamilja Kaiser
Kurwenal
Vincenzo Neri
Melot
Mark Gough
Un jeune marin
Hugo Kampschreur
Un berger
Hugo Kampschreur
Un pilote
Simon Schmidt
Danseuses
Nathalie Remadi
Vilma Pitrinaite
Eleni Vergeti

Koor Opera Ballet Vlaanderen
Direction
Jan Schweiger

Symfonisch Orkest Opera Ballet Vlaanderen
Direction musicale
Alejo Pérez

Opera Vlaanderen, Gand, samedi 25 mars, 18h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Il ne faut jurer de rien
Donald RUNNICLES, Stefan HERHEIM, Clay HILLEY
Spectacle
Les tergiversations de la reine d’Egypte
Sandrine PIAU, Ann HALLENBERG, Arianna VENDITTELLI
Spectacle