Forum Opéra

À Bologne, on explore les influences visuelles de Pasolini et on croise Maria Callas

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
2 août 2022
À Bologne, on explore les influences visuelles de Pasolini et on croise Maria Callas

Infos sur l’œuvre

Détails

À l’occasion du centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini, des expositions et des rétrospectives fleurissent aux quatre coins du monde, parallèlement aux ouvrages qui semblent paraître tous les jours. Bologne possède avec Turin l’une des plus belles cinémathèques d’Italie, il était donc normal que la capitale d’Emilie-Romagne s’intéresse au centenaire de l’enfant terrible du cinéma italien. Dans l’exposition Folgorazioni Figurative, trois curateurs tentent de mettre en évidence les liens entre l’art pictural de la Renaissance et certaines scènes nées de l’imaginaire du cinéaste. Pasolini, pendant la guerre, ne fut-il pas l’élève de Roberto Longhi, auteur – entre autres – d’une indispensable biographie du Caravage ? Partant de la confrontation visuelle de plusieurs éléments, de mains différentes, de la même fresque (celle de Masaccio et de Masolino, à Santa Maria del Carmine à Florence), l’historien de l’art est parvenu à captiver l’esprit de son disciple. L’exposition s’attache à établir des concordances visuelles – parfois un peu téléphonées – entre certains tableaux extraits de films de Pasolini et les grands maîtres de la peinture italienne que sont Masaccio, Botticelli, Pontorno, Bronzino ou Rosso Fiorentino. Des icônes qui s’impriment dans l’imaginaire du jeune poète jusqu’à ce que celui-ci se saisisse, en la personne de Maria Callas, d’une veritable icône, de chair et de sang. Sont ainsi offerts à l’admiration des visiteurs plusieurs croquis un peu gauches de la main de Pasolini qui ambitionne de montrer le divin visage sous plusieurs angles d’extase contemplative. De là à prétendre que Maria Callas participa corps et bien au mouvement des maniéristes italiens, il n’y a un pas que l’histoire de l’art se garde encore de faire mais qu’effleurent les curateurs de Folgorazioni Figurative. À voir à la cinémathèque de Bologne jusqu’au 16 octobre.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]