Forum Opéra

Un millésime prometteur au Concours international de chant de Mâcon

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
19 novembre 2014
Un millésime prometteur au Concours international de chant de Mâcon

Infos sur l’œuvre

Détails

La 21e édition du Concours international de chant de Mâcon, qui attire chaque année davantage de jeunes artistes, s’est achevée dimanche 16 novembre. Sur les 50 chanteurs sélectionnés, 6 candidats accédaient à la finale, où ils présentaient 3 oeuvres, accompagnées par l’orchestre symphonique de Mâcon, dont une mélodie imposée, commande du Concours auprès de quatre compositeurs contemporains (Jean-Claude Amiot, Jean-François Basteau, Thierry Bouchet et Clément Mépas). Le palmarès, présenté par Frédéric Lodéon, était attendu par les 900 auditeurs concentrés et enthousiastes, qui avaient voté pour l’un des candidats. Le jury, international, se composait de Kisten Buhl-Møller (Académie Royale du Danemark), Ulrike Sonntag (Musikhochschule de Stuttgart), Sara Matarranz Sanz (Madrid), Malcolm King, Jean-Michel Mathé (Festival de musique de Besançon Franche-Comté) et Eric Geneste (Directeur des Symphonies d’Automne et de l’Orchestre Symphonique de Mâcon).

Grand mezzo, d’une large tessiture, aux graves puissants et bien timbrés, animée d’un vrai sens dramatique, Marina Viotti, dont c’était la première participation à un concours, remporte les suffrages du jury et obtient le 1er prix ainsi que celui des techniciens et musiciens de l’orchestre. Venue du hard-rock et du trash, c’est une personnalité hors du commun avec laquelle il faudra compter.

Le second prix est attribué à Marie-Laure Garnier, musicienne accomplie, soprano dramatique d’origine guyannaise, révélation classique de l’ADAMI. La voix ample, ronde, chaude et son aisance dans le redoutable « Vissi d’arte » de Tosca aussi bien que dans le « Pleurez mes yeux » du Cid de Massenet sont extrêmement prometteurs.

La suissesse Hélène Walter obtient les suffrages du public à la faveur de l’air de Pamina « Ach, ich fühl’s » et de celui de Norina dans le Don Pasquale de Donizetti.

Seule voix d’homme atteignant la finale, le jeune ténor Jérémie Schütz ne manque ni d’ambition ni de moyens. Il obtient le Prix de la mélodie ainsi que celui du Jeune espoir.

L’orchestre symphonique de Mâcon, sous la baguette d’Eric Geneste, produit de belles couleurs tant dans l’ accompagnement des chanteurs que dans son programme purement orchestral. Cette finale clôturait le Festival Symphonies d’Automne, dédié à la voix dans toutes ses expressions musicales, qui s’était ouvert le 9 novembre et touchait le plus large public de la région. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Marina Viotti, 1er prix du Concours international de chant de Mâcon 2014 © DR

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :