Forum Opéra

Benjamin Bernheim

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
25 novembre 2019
Si-dé-rant !

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Jules Massenet Werther
1. « Pourquoi me réveiller ? »

Gaetano DonizettiL’Elisir d’amore
2. « Una furtiva lagrima »

Charles Gounod – Romeo et Juliette
3. « L’amour ! L’amour ! Oui son ardeur a troublé »
4. « Ah ! Lève-toi soleil !
»

Giuseppe Verdi La Traviata
5. « Lunge da lei »
6. « De’ miei bollenti spiriti »

Piotr Ilyitch TchaïkovskiEugène Oneguine
7. Introduction to Lensky’s aria (orchestr.)
8. « Kuda, kuda, …»

Giuseppe VerdiRigoletto
9. « Ella mi fu rapita ! »
10. « Parmi veder le lagrime »

Jules Massenet Manon
11. « Instant charmant »
12. « En fermant les yeux »

Gaetano DonizettiLucia di Lammermoor
13. « Tombe degli avi miei »
14. « Fra poco a me ricovero »

Charles Gounod Faust
15. « Quel trouble inconnu me pénètre ? »
16. « Salut ! Demeure chaste et pure »

Giuseppe Verdi Luisa Miller
17. « Oh ! Fede negar potessi »
18. « Quando le sere al placido »

Benjamin Godard Dante
19. « Ah ! De tous mes espoirs »
20. « Tout est fini »

Hector Berlioz La Damnation de Faust
21. « Nature immense, impénétrable et fière »

Giacomo Puccini La Bohème
22. « Che gelida manina
»

Benjamin Bernheim, ténor

PKF Prague Philharmonia

Direction musicale
Emmanuel Villaume

1 CD/download Deutsche Grammophon 00028948360789 – 73’13 »

Cela fait longtemps que l’on n’attend plus grand chose des disques « carte de visite ». Supposés lancer un artiste comme un produit neuf sur le marché, ils sont trop souvent convenus, mal ficelés, musicalement bâclés, dépourvus de personnalité véritable.

C’est peu dire que le disque de Benjamin Bernheim réhabilite l’exercice. Peut-être parce qu’il a eu la sagesse d’attendre que son art se soit frotté à l’exigence des plus grandes scènes, le ténor français offre ici un récital éblouissant. Loin d’être un simple disque de présentation des facettes du chanteur, ce disque porte une ambition artistique véritable : non seulement on l’écoute, mais on le réécoute, et chaque nouvelle audition apporte son lot de détails nouveaux dans le timbre, l’expression, le phrasé. Cet art conscient de soi et de ses moyens n’est pas d’un apprenti, mais d’un jeune maître.

A la tête du Prague Philharmonia, Emmanuel Villaume apporte à ce parcours un soin artisanal de l’accompagnement, tout d’énergie et de finesse. C’est ainsi que ce récital d’airs célèbres devient une galerie de portraits : le ténor ne cherche pas à faire impression, mais à entrer dans la substance des personnages qu’il interprète. Cela peut surprendre dans des tubes absolus comme « De’ miei bollenti spiriti » ou « Che gelida manina », abordés avec une sorte de langueur extatique quand d’autres y mettent une ardeur toute latine, mais le sens qui s’en dégage, le regard, l’évidence dramatique, justifient implacablement le choix de ne pas en faire des morceaux de bravoure. « Quando le sere » de Luisa Miller va au-delà encore : je ne sais pas si l’on entendit jamais une interprétation qui rende autant justice à ce spianato haut tenu où la douceur, la contemplation et le sentiment s’épanouissent sans qu’une seule tension vocale se fasse jour qui entraînât ce lamento verdien vers le vérisme. Pavarotti peut-être.

Dans le répertoire français, c’est plus flagrant encore. Le ciselé du mot et la facilité stupéfiante de la quinte aiguë sont d’un Georges Thill que la modernité aurait débarrassé de certaines afféteries. La « Demeure chaste et pure » est d’ores-et-déjà historique. Le renforcement ou l’effacement du timbre au gré des voyelles, de la ligne, de l’affect, le soupesé du mot… c’est simplement sidérant. Dans Werther comme dans le Faust de Berlioz, même constat : lorsque Benjamin Bernheim chante en français, c’est la langue française qui chante. Tant de liberté avec tant d’évidence, voila le grand art.

A quoi bon passer en revue toutes les splendeurs musicales que ce récital nous réserve ? On en oublierait, et d’autres se révéleront à l’usage ; et puis, on s’en voudrait surtout de réduire à une série de leçons, si admirables soient-elles, un disque qui, d’abord, distille un bonheur du chant aussi contagieux que rare.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
img_4769-2

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Jules Massenet Werther
1. « Pourquoi me réveiller ? »

Gaetano DonizettiL’Elisir d’amore
2. « Una furtiva lagrima »

Charles Gounod – Romeo et Juliette
3. « L’amour ! L’amour ! Oui son ardeur a troublé »
4. « Ah ! Lève-toi soleil !
»

Giuseppe Verdi La Traviata
5. « Lunge da lei »
6. « De’ miei bollenti spiriti »

Piotr Ilyitch TchaïkovskiEugène Oneguine
7. Introduction to Lensky’s aria (orchestr.)
8. « Kuda, kuda, …»

Giuseppe VerdiRigoletto
9. « Ella mi fu rapita ! »
10. « Parmi veder le lagrime »

Jules Massenet Manon
11. « Instant charmant »
12. « En fermant les yeux »

Gaetano DonizettiLucia di Lammermoor
13. « Tombe degli avi miei »
14. « Fra poco a me ricovero »

Charles Gounod Faust
15. « Quel trouble inconnu me pénètre ? »
16. « Salut ! Demeure chaste et pure »

Giuseppe Verdi Luisa Miller
17. « Oh ! Fede negar potessi »
18. « Quando le sere al placido »

Benjamin Godard Dante
19. « Ah ! De tous mes espoirs »
20. « Tout est fini »

Hector Berlioz La Damnation de Faust
21. « Nature immense, impénétrable et fière »

Giacomo Puccini La Bohème
22. « Che gelida manina
»

Benjamin Bernheim, ténor

PKF Prague Philharmonia

Direction musicale
Emmanuel Villaume

1 CD/download Deutsche Grammophon 00028948360789 – 73’13 »

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG