Forum Opéra

Cadmus et Hermione

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
4 novembre 2008
Ces merveilleux Dieux volants dans leurs drôles de machines

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Cadmus & Hermione (1672) –
Tragédie lyrique –
Livret de Philippe Quinault (1635-1688)

Détails

Direction artistique et musicale : Vincent Dumestre

Mise en scène : Benjamin Lazar
Chorégraphie : Gudrun Skamletz
Scénographie : Adeline Caron
Costumes : Alain Blanchot
Lumières : Christophe Naillet
Maquillage : Mathilde Benmoussa

Solistes du Poème Harmonique
Cadmus : André Morsch
Hermione : Claire Lefilliâtre
Arbas / Pan : Arnaud Marzorati
La Nourrice / Dieu champêtre : Jean-François Lombard
Charite / Mélisse : Isabelle Druet
Draco / Mars : Arnaud Richard
L’Amour / Palès : Camille Poul
Le Soleil / Premier Prince Tirien : David Ghilardi
Le Grand Sacrificateur / Jupiter : Geoffroy Buffière
Premier Africain / L’Envie : Romain Champion
Second Prince Tirien : Vincent Vantyghem
Junon / Aglante : Luanda Siqueira
Pallas : Eugénie Warnier
Second Africain : Anthony Lopapa
Echion : Jan Jeroen Bredelwold
L’Hymen : Élodie Fonnard
Vénus : Hélène Richer

Orchestre, chœur et danseurs du Poème Harmonique
Direction : Vincent Dumestre

Un film de Martin Fraudreau
Enregistré en janvier 2008 à Paris au théâtre de l’Opéra Comique
(direction Jérôme Deschamps)
Durée 2 h 03’
Captation coproduite par Alpha Productions et Amiral LDA (EDV-1857)

Bernard Schreuders se prenait à en rêver, lorsqu’il écrivait à l’occasion d’un concert dirigé à Bruxelles par Christophe Rousset (voir Forum Opéra, 31 octobre 2001) : « Qui n’aurait aimé voir Diane descendre du ciel sur un paon ou les statues d’or sauter de leur piédestal pour danser ? »

C’est maintenant chose faite, et le premier des opéras français a bénéficié d’une captation DVD particulièrement bienvenue. Car la cause est entendue : la production de Vincent Dumestre et Benjamin Lazar, filmée à l’Opéra Comique (direction Jérôme Deschamps), est l’un des plus beaux spectacles de l’année 2008. Nous ne reviendrons pas en détail sur toutes les qualités des excellents chanteurs, danseurs, acteurs et acrobates, développés dans le compte rendu de Viet-Linh Nguyen (voir Forum Opéra, 21 janvier 2008), même si quelques rares fois on note, plus que quand on était dans la salle dans le feu de l’action, d’infimes imperfections vocales.

C’est donc avec un plaisir immense que l’on retrouve cette troupe parfaite et le travail exemplaire qui l’a guidée. La qualité des maquillages fait des gros plans un véritable régal. Quant aux décors, sans avoir la magie ni la variété de ceux de Drottningholm, ils n’en sont pas moins enthousiasmants. Les effets pyrotechniques, les trappes, les marionnettes géantes à fils, les costumes somptueux sont, grâce à cette captation, conservés dans leur action, autrement mieux que dans un musée…

La qualité sonore de l’enregistrement, tant des voix que de l’orchestre, rend pleinement justice au travail des chanteurs, des chœurs et des instrumentistes. En revanche, côté image, on peut regretter que la captation soit réduite le plus souvent à un travail de théâtre filmé, moins convaincant que Le Bourgeois Gentilhomme de la même équipe, et surtout sans véritable invention cinématographique : cadrages approximatifs (la rampe est parfois coupée), abondance de prises de vues pleine scène de face donnant l’impression de marionnette siciliennes, abus de plans américains, gros plans pris de côté, rareté des mouvements de caméra ou de travelling, sans suivi particulier de la musique ni de l’intrigue… L’éclairage donne l’impression d’être globalement plus faible que ce que l’œil percevait dans la salle : sans doute aurait-il fallu forcer un peu les éclairages pour la captation ; car la rampe, avec ses « vraies chandelles », donne en vidéo un aspect un peu fané et suranné qui a son charme, et qui sied à ce type de répertoire, mais qui fait souvent perdre de la précision à l’image ; cela entraîne à la longue une impression de lassitude, et au bout d’un moment on fait autre chose, en se contentant de l’excellente bande son. Le tournage ayant été réalisé en Haute Définition, sans doute le DVD réapparaîtra-t-il dans ce nouveau standard après que tout le monde aura acheté la présente version. L’atmosphère générale du spectacle est quand même globalement plutôt bien rendue, mais au total, on est loin de la qualité des captations des spectacles des Deschiens par Don Kent. Et il faut se faire une raison : pour obtenir une bonne captation d’opéra, il ne suffit pas de planter des caméras un peu partout dans la salle…

La notice, de 20 pages, est vraiment minimaliste pour ne pas dire bâclée, si l’on considère qu’il n’y a que sept pages de texte ; et encore faut-il aller chercher les notes dans la traduction anglaises, car elles ont été oubliées dans le texte français ! Sans compter les accents qui sautent et une amusante faute dans la distribution (ceux qui trouvent auront le droit de visionner le DVD deux fois d’affilée). Donc, reportez-vous au somptueux programme de 260 pages – ouvrage de référence – publié à l’occasion des représentations à l’Opéra Comique, et également au site de l’éditeur du DVD, www.cadmus.fr, fort bien fait et complet, et qui remplace donc avec brio la chétive notice.
La vidéo est mieux pourvue, puisque les sous-titres sont disponibles en sept langues (français, anglais, allemand, espagnol, italien, japonais et néerlandais). Enfin, aucun bonus d’aucune sorte, si ce n’est, pendant l’ouverture, le tour des loges avec les chanteurs en train de se maquiller…

Cette production ne rend donc pas totalement justice à la beauté du spectacle original. Mais elle n’en reste pas moins un must absolu pour toute vidéothèque d’amateur d’opéra.

Jean-Marcel Humbert

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Cadmus

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Cadmus & Hermione (1672) –
Tragédie lyrique –
Livret de Philippe Quinault (1635-1688)

Détails

Direction artistique et musicale : Vincent Dumestre

Mise en scène : Benjamin Lazar
Chorégraphie : Gudrun Skamletz
Scénographie : Adeline Caron
Costumes : Alain Blanchot
Lumières : Christophe Naillet
Maquillage : Mathilde Benmoussa

Solistes du Poème Harmonique
Cadmus : André Morsch
Hermione : Claire Lefilliâtre
Arbas / Pan : Arnaud Marzorati
La Nourrice / Dieu champêtre : Jean-François Lombard
Charite / Mélisse : Isabelle Druet
Draco / Mars : Arnaud Richard
L’Amour / Palès : Camille Poul
Le Soleil / Premier Prince Tirien : David Ghilardi
Le Grand Sacrificateur / Jupiter : Geoffroy Buffière
Premier Africain / L’Envie : Romain Champion
Second Prince Tirien : Vincent Vantyghem
Junon / Aglante : Luanda Siqueira
Pallas : Eugénie Warnier
Second Africain : Anthony Lopapa
Echion : Jan Jeroen Bredelwold
L’Hymen : Élodie Fonnard
Vénus : Hélène Richer

Orchestre, chœur et danseurs du Poème Harmonique
Direction : Vincent Dumestre

Un film de Martin Fraudreau
Enregistré en janvier 2008 à Paris au théâtre de l’Opéra Comique
(direction Jérôme Deschamps)
Durée 2 h 03’
Captation coproduite par Alpha Productions et Amiral LDA (EDV-1857)

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG