Forum Opéra

Italia 1600 Argentina 1900

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
17 décembre 2008
Correspondances latines

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Italia 1600 Argentina 1900
Porpora « Alto Giove », Polifemo
Vivaldi « Come in vano il mare irato », Catone in Utica
Monteverdi « Si dolce è’l tormento », Libro nono di madrigali e conzonette
Piazzolla « Milonga en ay menor », letra de Horacio Ferrer
Haendel « Lascia ch’io pianga », Rinaldo
Porpora « Son fra l’onde in mezzo al mare », Gli Orti Esperidi
Caccini « Tu ch’ai le penne Amore », Euridice
Guastavino « Se equivocó la paloma »
Broschi « Son qual nave ch’agitata », Artaserse
Haendel « Tu del ciel ministro eletto », Il trionfo del Tempo e del Disinganno
Haendel « No se emenderá jamás », Cantats spagnola
Vivaldi « Dite, oimè ! Ditelo, al fine », La Fida ninfa
Paisiello « Nel cor più non mi sento », La molinara
Villa-Lobos « Aria », Cantilena, Bachianas brasileiras, n°5
Verónica Cangemi, soprano
Una Stella Ensemble
Thibault Noally, Nicolas Mazzoleni (violons)
Nadine Davin (alto)
Philippe Spinosi (guitare)
Anne-Garance Fabre dit Garrus (violoncelle et viole de gambe)
Nicolau de Figuereido (clavecin)
Naïve OP30466

Habituée du répertoire Vivaldi (elle est de quasi toutes les intégrales discographiques récemment parues chez Naïve du maître vénitien1), la soprano argentine Verónica Cangemi se lance ici dans un récital extrêmement intéressant. Le programme est à lui seul fort alléchant, mettant en rapport des œuvres que l’on ne penserait pas forcément à mettre en regard (comme le titre de l’album l’indique, de Venise du XVIIe siècle à l’Argentine du XXe), des raretés absolues de l’un et l’autre répertoire côtoyant quelques pages plus célèbres (« Lascia ch’io pianga » de Rinaldo, la 5e des Bachianas brasileiras d’Heitor Villa-Lobos par exemple). « Ne me console pas » de Piazzolla (1921-1992) fait ainsi retentir comme un écho au « Doux tourment » du neuvième livre des madrigaux de Monteverdi (1567-1643), écho thématique redoublé d’une réelle résonance esthétique que l’ensemble instrumental ici utilisé accentue encore. De même, mais en sens inverse cette fois, Carlos Guastavino (1912-2000) et Riccardo Broschi (1698-1756) se répondent-ils à travers les siècle et par-delà de styles ici fort différents.

L’exercice pourrait sembler un rien spécieux si les artistes ici réunis ne trouvaient chaque fois le ton juste et savaient, par leur investissement, par leur ardeur, susciter d’emblée l’adhésion. Si l’on reste un peu sur sa faim, c’est que la soprano semble ici nettement fatiguée. Méforme passagère (ce que nous espérons, bien entendu) ? Le fait est que le timbre se voile parfois (étranges imperfections d’émission dans le Caccini), la voix perdant en éclat comme en tenue (légères délicatesses avec l’intonation, perte de timbre dans les vocalises – certes parmi les plus difficiles du répertoire parfois, comme dans le Caton de Vivaldi). La technicienne qu’est Verónica Cangemi ne se laisse bien entendu jamais réellement déborder par les exigences des pages qu’elle a choisi d’interpréter, et quelques aigus dardés avec aisance (Vivaldi, Broschi, Porpora entre autres) viennent compenser avec insolence ces quelques pailles (à l’inverse, les graves, eux, semblent plus imprécis, l’artiste se refusant à poitriner, comme devaient très certainement le faire les créatrices de ces rôles pourtant !). On en vient toutefois à se dire que l’on aimerait entendre davantage cette grande artiste dans le répertoire de son pays d’origine, répertoire dont le style et les accents – pour ne rien dire de la langue – lui vont assurément aussi bien que le baroque !

 

David Fournier

 

 

(1) Il ne faudrait toutefois pas limiter l’artiste à ses intégrales d’opéras de Vivaldi chez Naïve : mentionnons par exemple Alessandro Scarlatti (Griselda, dir. René Jacobs, HM), Gluck (L’Innocenza giustificata, dir. Christopher Moulds, Deutsche Harmonia Mundi ou encore Orfeo ed Euridice, dir. René Jacobs, HM), Haendel (Fernando, dir. Alan Curtis, Virgin), Mozart (Lucio Silla, dir. Tomas Netopil, Dynamic pour le CD, ou DGG pour le DVD) et jusqu’à l’inattendu Philidor et son Carmen Saeculare (dir. Jean-Claude Malgoire, Naxos)…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
cangemi-2

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Italia 1600 Argentina 1900
Porpora « Alto Giove », Polifemo
Vivaldi « Come in vano il mare irato », Catone in Utica
Monteverdi « Si dolce è’l tormento », Libro nono di madrigali e conzonette
Piazzolla « Milonga en ay menor », letra de Horacio Ferrer
Haendel « Lascia ch’io pianga », Rinaldo
Porpora « Son fra l’onde in mezzo al mare », Gli Orti Esperidi
Caccini « Tu ch’ai le penne Amore », Euridice
Guastavino « Se equivocó la paloma »
Broschi « Son qual nave ch’agitata », Artaserse
Haendel « Tu del ciel ministro eletto », Il trionfo del Tempo e del Disinganno
Haendel « No se emenderá jamás », Cantats spagnola
Vivaldi « Dite, oimè ! Ditelo, al fine », La Fida ninfa
Paisiello « Nel cor più non mi sento », La molinara
Villa-Lobos « Aria », Cantilena, Bachianas brasileiras, n°5
Verónica Cangemi, soprano
Una Stella Ensemble
Thibault Noally, Nicolas Mazzoleni (violons)
Nadine Davin (alto)
Philippe Spinosi (guitare)
Anne-Garance Fabre dit Garrus (violoncelle et viole de gambe)
Nicolau de Figuereido (clavecin)
Naïve OP30466

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG