Forum Opéra

Don Carlo

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
28 décembre 2008
En plein dans le mythe

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe Verdi (1813-1901)
Don Carlo
Opéra en 5 actes (1867), révisé en 4 actes en 1884
Livret de Joseph Méry & Camille du Locle
d’après le poème dramatique Don Carlos, Infant von Spanien de Friedrich von Schiller
Cesare Siepi (Philippe II, Roi d’Espagne)
Angelo Lo Forese (Don Carlos, Infant d’Espagne)
Ettore Bastianini (Rodrigo, Marquis de Posa)
Giulio Neri (Le Grand Inquisiteur)
Paolo Washington (Un moine)
Anita Cerquetti (Elisabeth de Valois)
Fedora Barbieri (Princesse Eboli)
Liliana Poli (Tebaldo, page d’Elisabeth de Valois)
Enzo Guagni (Le Comte de Lerma)
Alberto Lotti-Camici (Un héraut royal)
Iselle Favati (Une voix venant du ciel)
Chœur & Orchestre du Maggio Musicale de Florence
Direction Antonino Votto
Bonus
Extraits de Mazeppa (Petr Ilitch Tchaïkovski, 1840 – 1893)
Ettore Bastianini (Mazeppa)
Boris Christoff (Kociubey)
Magda Olivero (Maria)
David Poleri (Andrey)
Giorgio Algorta (Orlik)
Chœur & Orchestre du Maggio Musicale de Florence
Direction Jonel Perlea
Enregistré au Teatro Comunale de Florence le 16 juin 1956 et le 6 juin 1954 (Bonus) à Florence – Livret sans notes
3 CD Myto 00170 – 8014399501705 (75’49 –73’45 –71’44 – ADD)

 

Cruel concours de circonstances, ce Don Carlo, enregistré live le 16 juin 1956 au Mai Musical Florentin, arrive sur nos platines quelques jours après l’ouverture en berne de La Scala(1), avec une affiche qui tape en plein dans le mythe : Cerquetti, Neri, Barbieri, Siepi, Bastianini. Autre temps, autres voix. Seul le nom d’Angelo Lo Forese n’est pas resté dans l’histoire. Son Don Carlo ce soir-là à Florence a au moins le mérite de l’efficacité. Solide mais souvent sommaire, on lui trouve des accents alla Bergonzi qui nous le rendent attachant. Il fut comme lui baryton avant d’être ténor ; ceci explique peut-être cela. En 1952, quatre ans après avoir débuté dans le rôle de Silvio (I Pagliacci), sa rencontre avec le maestro Emilio Ghirardini (qui fut aussi le professeur de Renata Scotto et de Luigi Alva) détermina sa vraie nature vocale. Six mois plus tard, il faisait ses débuts en Manrico (Il Trovatore) au Teatro Nuovo de Milan, premier jalon – et non des moindres – d’un parcours qui allait compter plus de 80 rôles. De là à le cataloguer de ténor à tout faire, il y a une mince frontière qu’on ne franchira pas. Le chanteur met trop d’ardeur à bien exprimer, quitte à dépasser parfois les bornes, pour être expédié aux oubliettes. « Io l’ho perduta », qui ouvre l’opéra, version en 4 actes oblige, résume le personnage. Ni charme (Carreras), ni élégance (Bergonzi), ni fêlure (Vickers) mais une conviction à toute épreuve qui fait que son infant, porté par la direction exemplaire d’Antonino Votto, ne souffre pas trop de la comparaison avec ses partenaires.

 

D’autant qu’en 1956, Fedora Barbieri escamote déjà les aigus d’Eboli. Pourtant, même étêtée, sa Belle-au-bois-borgnant figure parmi les plus redoutables de la discographie : enivrante (chanson du voile), capiteuse et acerbe (premier tableau du troisième acte), orgueilleuse dans un « O don fatale » qu’elle empoisonne de teintes violacées, venimeuse jusque dans des remords plus narcissiques que sincères, fatale comme jamais.

 

En 1956 aussi, Ettore Bastianini amorce son déclin. Dans cinq ans, un cancer du larynx mettra un terme tragique à une carrière qui a atteint son apogée en 1955 à La Scala dans une Traviata de légende (Visconti, Callas). Son Rodrigue ne déborde pas d’imagination mais porte encore beau, même si, la fatigue aidant, la voix expose ses limites dans un « O Carlo ascolta » au bord du précipice.

 

En 1956 toujours, la comète Cerquetti illumine le ciel lyrique d’un feu qui brûle encore. A mi-chemin d’un parcours qui, comme celui de Bastianini, s’achèvera en 1961, son Elisabetta commence à payer le tribut d’un début de carrière bien rempli. Parfois incertaine, l’aigu un peu court, voire faux (le quatuor du IV), et malgré tout souveraine (« Non pianger, mia compagna »), traversée d’émotions (« Tu che le vanità » évidemment mais aussi, dans le duo final, l’intensité à peine soutenable du « ma lassù ci vedremo in un mondo migliore ») avec cette vitalité et cette densité vibrante du son qui rend chacune de ces interprétations inoubliables, celle-là comme les autres. 

 

1956 enfin, Cesare Siepi livre en direct, à défaut d’un enregistrement studio, son interprétation de Philippe II. Ce témoignage pourrait faire à lui seul le prix du coffret car son roi d’Espagne, sans posséder l’ampleur imposante des autres grands titulaires du rôle (Christoff, Ghiaurov) a dans son étoffe majestueuse une vulnérabilité qui le rend unique. Immense et immensément humain. Le duo avec le Grand Inquisiteur de Giulio Néri, une autre figure de légende, suivi de celui avec Elisabetta (« Giustizia! O Sire ») sont des combats de géants dont on ressort brisé.

 

En bonus, des extraits live du Mazeppa de Tchaïkovski continuent de titiller le mythe en alignant sur le tapis sonore un nouveau brelan d’as : Boris Christoff, Magda Olivero et l’incontournable Ettore Bastianini.

 

Christophe Rizoud

  

 

(1) Lire à ce sujet l’article de Jean Cabourg : Don Carlos à La Scala ou l’effondrement du chant verdien

  

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
doncarlo1956

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe Verdi (1813-1901)
Don Carlo
Opéra en 5 actes (1867), révisé en 4 actes en 1884
Livret de Joseph Méry & Camille du Locle
d’après le poème dramatique Don Carlos, Infant von Spanien de Friedrich von Schiller
Cesare Siepi (Philippe II, Roi d’Espagne)
Angelo Lo Forese (Don Carlos, Infant d’Espagne)
Ettore Bastianini (Rodrigo, Marquis de Posa)
Giulio Neri (Le Grand Inquisiteur)
Paolo Washington (Un moine)
Anita Cerquetti (Elisabeth de Valois)
Fedora Barbieri (Princesse Eboli)
Liliana Poli (Tebaldo, page d’Elisabeth de Valois)
Enzo Guagni (Le Comte de Lerma)
Alberto Lotti-Camici (Un héraut royal)
Iselle Favati (Une voix venant du ciel)
Chœur & Orchestre du Maggio Musicale de Florence
Direction Antonino Votto
Bonus
Extraits de Mazeppa (Petr Ilitch Tchaïkovski, 1840 – 1893)
Ettore Bastianini (Mazeppa)
Boris Christoff (Kociubey)
Magda Olivero (Maria)
David Poleri (Andrey)
Giorgio Algorta (Orlik)
Chœur & Orchestre du Maggio Musicale de Florence
Direction Jonel Perlea
Enregistré au Teatro Comunale de Florence le 16 juin 1956 et le 6 juin 1954 (Bonus) à Florence – Livret sans notes
3 CD Myto 00170 – 8014399501705 (75’49 –73’45 –71’44 – ADD)

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG