Forum Opéra

La Battaglia di Legnano

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
13 mars 2013
La nuit au musée

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe VERDI

La Battaglia di Legnano
Tragedia lirica en quatre actes, livret de Salvatore Cammarano
Créé au Teatro Argentina (Rome), le 27 janvier 1849

Mise en scène
Ruggero Cappuccio
Décor et costumes
Carlo Savi, avec Mimmo Paladino et Matthew Spender
Lumières
Nino Napoletano

Lida
Dimitra Theodossiou
Arrigo
Andrew Richards
Rolando
Leonardo López Linares
Federico Barbarossa
Enrico Giuseppe Iori
Il podestà di Como
Gabriele Sagona
Imelda
Sharon Pierfederici
Marcovaldo
Giovanni Guagliardo
Primo console di Milano
Francesco Musinu
Secondo console di Milano
Federico Benetti
Un araldo
Alessandro De Angelis
Uno scudiero di Arrigo
Nicola Pascoli

Chœur et orchestre du Teatro Lirico
Direction musicale
Boris Brott

Enregistré au Teatro Lirico « Giuseppe Verdi » de Trieste, en février-mars 2012

1 CD C Major 722608 – 119 minutes

 

Grâce au bicentenaire Verdi, et à l’intégrale entreprise par C Major, certains opéras du maître de Busseto vont enfin connaître leur première au DVD. Ce n’est pas tout à fait le cas de La Battaglia di Legnano, mais on ne disposait jusqu’à présent que d’une version, captée en 2006 au Teatro Massimo Bellini de Catane, avec notamment Elisabete Matos dans le rôle de Lida, dirigée par Nello Santi. Autrement dit, il y avait tout à fait place pour une intégrale concurrente. Hélas, ce n’est pas la mise en scène de Ruggero Cappuccio qui parviendra à retenir l’attention : comme on le comprend au rideau final, l’idée directrice est que cet opéra serait une de ces tableaux guerriers dont la peinture académique du XIXe siècle était friande, ce qui revient à faire de Verdi un peintre de bataille de la trempe de Meissonnier. Remonter aujourd’hui La Battaglia di Legnano, c’est un peu comme restaurer une toile ancienne, et cette production nous transporte dans les réserves d’un musée où s’accumulent quelques-uns des chefs-d’œuvre que la guerre a inspiré à l’art occidental, de la Bataille d’Anghiari de Léonard de Vinci à La Grèce à Missolonghi de Delacroix, en passant par la Reddition de Breda de Velasquez. Quelques figurants munis de pinceaux retouchent ces toiles (ou ces sculptures, puisqu’un crucifix subit aussi ce nettoyage, au troisième acte). Ça ne mange pas de pain, mais ça n’apporte strictement rien à notre compréhension de l’œuvre, et les chanteurs viennent se planter devant ces toiles de fond sans qu’il se passe vraiment grand-chose. Les costumes mélangent allègrement les époques, avec un chœur en imperméables résolument ancrés dans la deuxième moitié du XXe siècle, les chevaliers qui semblent sortis des troupes de Garibaldi et une héroïne qu’on prendrait pour Luisa Tetrazzini donnant un concert vers 1910.

Vocalement, les plus grandes satisfactions viennent du titulaire du rôle qui semble aussi avoir le plus inspiré le compositeur : avec Rolando, Verdi s’élève au-dessus du reste de sa partition pour anticiper sur les grands personnages de baryton qu’il allait créer au cours des années suivantes. Par chance, Leonardo López Linares s’avère le membre le plus convaincant de la distribution réunie à Trieste, avec des couleurs chaudes et une diction mordante. Pilier de l’intégrale C Major (elle est aussi Abigaille de Nabucco, Giselda d’I Lombardi et Leonora de La Force du destin), Dimitra Theodossiou est une chanteuse émouvante et courageuse, à qui les exigences verdiennes ne font pas peur. L’extrême aigu a sans doute été fragilisé par l’abus de rôles périlleux, mais la voix est belle. Dommage que l’absence totale de direction d’acteurs la cantonne à des poses certes élégantes mais terriblement convenues, pour un personage que la partition borne aux accents élégiaques. Le ténor américain Andrew Richards s’est illustré à Paris en Don José, ailleurs en Cavaradossi : sa voix parvient à se plier aux exigences du premier Verdi, mais son chant, surtout dans l’aigu, a quelque chose de fabriqué, d’aussi contraint que le pantalon moulant dans lequel est sanglée sa silhouette juvénile. Cela dit, qui pourrait égaler Corelli, modèle de générosité vocale Arrigo à la Scala en 1961 ? L’orchestre ne sonne pas toujours très glorieux quand on l’entend à nu dans l’ouverture, alors que les chœurs assurent fièrement les nombreux passages a capella que leur réserve la partition. En résumé, une version musicalement satisfaisante, mais sur le plan visuel, un DVD pour rien.

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
wm1_0x700_722608_cov

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe VERDI

La Battaglia di Legnano
Tragedia lirica en quatre actes, livret de Salvatore Cammarano
Créé au Teatro Argentina (Rome), le 27 janvier 1849

Mise en scène
Ruggero Cappuccio
Décor et costumes
Carlo Savi, avec Mimmo Paladino et Matthew Spender
Lumières
Nino Napoletano

Lida
Dimitra Theodossiou
Arrigo
Andrew Richards
Rolando
Leonardo López Linares
Federico Barbarossa
Enrico Giuseppe Iori
Il podestà di Como
Gabriele Sagona
Imelda
Sharon Pierfederici
Marcovaldo
Giovanni Guagliardo
Primo console di Milano
Francesco Musinu
Secondo console di Milano
Federico Benetti
Un araldo
Alessandro De Angelis
Uno scudiero di Arrigo
Nicola Pascoli

Chœur et orchestre du Teatro Lirico
Direction musicale
Boris Brott

Enregistré au Teatro Lirico « Giuseppe Verdi » de Trieste, en février-mars 2012

1 CD C Major 722608 – 119 minutes

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Abouti et nécessaire
Livre
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG