Forum Opéra

L'Anti-Wagner sans peine

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Livre
29 octobre 2012
Le crépuscule du dieu ?

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Pierre-René Serna

L’Anti Wagner sans peine

Presses Universitaires de France
9,50€ – 96 pages

 

Avec L’Anti-Wagner sans peine, Pierre-René Serna jette un pavé dans la mare des célébrations qui ne manqueront pas d’accompagner le bicentenaire de la naissance du maître de Bayreuth.

Là où d’autres, pour déboulonner la statue de son socle, auraient développé une thèse, le journaliste et musicographe utilise la forme du lexique. Vif, impertinent, amusant et bref, son ouvrage se présente comme un antonyme du dictionnaire amoureux. Enoncer la quarantaine d’entrées, classées par ordre alphabétique, qui le composent suffit à prendre la mesure de l’incrimination. « Antisémitisme », « boursouflure », « fanatisme », « fatras », « hypnose », « monotonie », « vociférations » sont quelques-uns des chefs d’accusation balancés par Serna à la face des wagnerolatres.

On n’explicitera aucun des arguments avancés pour ne pas déflorer le plaisir du lecteur. Certains évidemment sont plus convaincants que d’autres. On regrettera simplement que la question de l’antisémitisme revienne sans cesse comme un de ces leitmotivs que condamne par ailleurs l’auteur. Pas moins d’une dizaine d’entrées entretiennent la polémique. A trop embrasser, on finit par mal étreindre, surtout sur un sujet aussi sensible. Utiliser la physionomie de Richard Wagner – sa petite taille, sa grosse tête, sa silhouette rabougrie – comme la preuve de son origine juive, ne fait qu’apporter de l’eau au moulin des thèses racistes.

Afin de désarmer ses opposants et de couper court à toute indignation, Pierre-René Serna reconnait en avant-propos « un brin de parti pris et un grain de mauvaise foi ». Inutile de nous avertir. Hector Berlioz, invoqué plusieurs fois pour conjurer les mânes de Wagner de la même manière qu’on brandit un crucifix dans la demeure d’un vampire, nous avait mis la puce à l’oreille. Le musicographe lui a consacré en 2006 un dictionnaire, amoureux cette fois (Berlioz de B à Z aux éditions Van de Velde). Voilà pour le parti-pris. Quant à la mauvaise foi, on l’accueille avec un sourire lorsque l’auteur, énumérant les passages des opéras de Wagner qui échappent à sa vindicte, mentionne du bout des lèvres le duo de Tristan, mais lui accole entre parenthèses l’adjectif « longuet ».
 

 
 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Serna

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Pierre-René Serna

L’Anti Wagner sans peine

Presses Universitaires de France
9,50€ – 96 pages

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Albina SHAGIMURATOVA, Sergei ROMANOVSKY, Carlo RIZZI
CD