Forum Opéra

Meyerbeer en France

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
1 décembre 2016
Ô paradis ?

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Giacomo Meyerbeer (1791-1864)

Robert le Diable

« Accourez au devant d’elle »

« Robert, toi que j’aime »

Les Huguenots

« Je suis seule chez moi … Parmi les pleurs »

Le Prophète

Introduction « Le brise est muette »

« Par toi Münster nous fut promis »

« Voici les fermières »

L’Etoile du Nord

« A la Finlande, buvez »

« De quelle ville es-tu ? »

Dinorah

« O puissante magie »

« Mon remords te venge »

L’Africaine

« Adamastor, roi des vagues profondes »

Finale « D’ici je vois la mer immense »

Hjördis Thébault, soprano

Pierre-Yves Pruvot, baryton

Chœur Svetoslav Obretonov

Orchestre philharmonique de Sofia

Direction musicale

Didier Talpain

Enregistré à Sofia en juin 2013

CD Brilliant Classics 94732, 78’

La discographie de Meyerbeer est tellement rachitique que chaque nouvelle parution est accueillie par l’amateur avec des transports de joie. Cet album offre d’ailleurs quelques motifs de satisfaction durable. Loin de se contenter des morceaux « connus » (pour autant que cette expression ait du sens pour un compositeur aujourd’hui si négligé), l’éditeur est allé piocher des extraits dans tous les opéras de la période française de Meyerbeer. Avec à la clé une vrai originalité dans le programme : l’introduction chorale du Prophète, la cavatine d’Isabelle dans Robert Le Diable, l’air de Valentine au 4e acte des Huguenots, le duo Catherine-Pierre dans L’Etoile du Nord, … Avec l’avantage d’un minutage très généreux (78’), l’auditeur est promené dans ce qui représente les riches heures du grand opéra à la française.

Le chef Didier Talpain joue la carte du spectaculaire. Loin des baguettes qui ont cherché à alléger Meyerbeer (à l’image de Marc Minkowski), le Français n’hésite pas à déverser un flot de décibels, à souligner les effets dramatiques, à user et abuser du rubato pour obtenir un maximum d’émotion. Si cette esthétique peut donner le mal de mer à la longue, elle ne manque pas d’allure, d’autant que l’orchestre philharmonique de Sofia joue le jeu, et se montre prodigue en couleurs instrumentales saturées. On étouffe presque au milieu de si suffocantes beautés, mais abondance de biens ne nuit pas. Même option du côté des chœurs, en effectifs très importants, et que des oreilles modernes pourront trouver un brin épais, mais impeccablement homogènes et investis. La prononciation française est entachée d’un fort accent slave. Cela rebutera les puristes, mais quand on voit la liste longue comme le bras des scènes où les opéras de Meyerbeer étaient produits juste après leur création à Paris, on se dit que les textes du brave Scribe ont dû être encore bien plus maltraités qu’ici, et c’est une forme de reconstitution historique à laquelle nous sommes conviés.

Les deux solistes offrent des bonheurs plus inégaux. Pierre-Yves Pruvot est déjà un nom familier des mélomanes, et son chant châtié convient idéalement à Meyerbeer. L’art de ciseler la syllabe ne s’oppose pas à la longue ligne, et il convainc autant en Pierre le Grand qu’en Nélusko, qu’il a d’ailleurs gravé intégralement. Seuls l’un ou l’autre aigus paraissent un peu forcés, mais il s’agit peut-être d’un effet dramatique voulu. Hjördis Thébault a aussi des problèmes d’aigus, mais ce ne sont hélas pas les seuls. La soprano souffre d’abord d’un manque de volume qui rend son air de Valentine à peu près inaudible, la voix étant sans cesse couverte par l’orchestre. Elle n’est pas une vraie Falcon, soit. La Catherine de L’Etoile du Nord lui convient mieux en termes de format, mais là ce sont des problèmes de justesse qui apparaissent, les sons étant souvent trop bas. La diction n’est pas des plus soignées, et la voix semble se défaire au fur et à mesure que l’on progresse dans le programme. Bref moment de répit avec une Isabelle de Robert le Diable engagée, mais la chanteuse doit déclarer forfait dans la grande scène de Sélika. Dommage, et pour elle, et pour nous, et pour le disque, qui est passé bien près de l’exploit. Meyerbeer reste le compositeur des occasions manquées.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
meyerbeerinfrance

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giacomo Meyerbeer (1791-1864)

Robert le Diable

« Accourez au devant d’elle »

« Robert, toi que j’aime »

Les Huguenots

« Je suis seule chez moi … Parmi les pleurs »

Le Prophète

Introduction « Le brise est muette »

« Par toi Münster nous fut promis »

« Voici les fermières »

L’Etoile du Nord

« A la Finlande, buvez »

« De quelle ville es-tu ? »

Dinorah

« O puissante magie »

« Mon remords te venge »

L’Africaine

« Adamastor, roi des vagues profondes »

Finale « D’ici je vois la mer immense »

Hjördis Thébault, soprano

Pierre-Yves Pruvot, baryton

Chœur Svetoslav Obretonov

Orchestre philharmonique de Sofia

Direction musicale

Didier Talpain

Enregistré à Sofia en juin 2013

CD Brilliant Classics 94732, 78’

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Abouti et nécessaire
Livre
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG