Forum Opéra

La Donna del Lago

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
14 novembre 2011
Montserrat Caballe dans toute sa splendeur

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino ROSSINI
La donna del lago
Mélodrame en deux actes
Livret d’Andrea Leone Tottola d’après le poème de Walter Scott : The Lady of the lake
Créé au Théâtre San Carlo de Naples le 24 octobre 1819
Elena
Montserrat Caballé
Giacomo V (Uberto)
Franco Bonisolli
Malcom Groeme
Julia Hamari
Rodrigo di Dhu
Pietro Bottazzo
Douglas d’Angus
Paolo Washington
Albina
Anna Maria Balboni
Serena
Gino Sinimberghi
RAI Orchestra & Chorus, Turin
Direction musicale
Piero Bellugi
Enregistré en direct de Turin le 19 mai 1970
2 CD Opera d’Oro (OPD 7053) – 72’44 ; 66’44

 

Parlerait-on encore de cette Donna del Lago enregistrée à Turin en 1970 si Elena – la « dame du lac » – n’était interprétée par Montserrat Caballe ? A la baguette, Piero Bellugi qui fut pourtant l’élève de Luigi Dallapiccola et de Léonard Bernstein, n’est ni un révolutionnaire, ni un visionnaire. Quelques accélérations suspectes, un « Tanti affetti » notamment pris sur les chapeaux de roue, n’apportent rien au propos. Sa direction a malgré tout le mérite de l’équilibre et celui, encore plus grand, de nous épargner des accents ronflants qui lors de l’entrée de La Donna del lago au répertoire de l’Opéra de Paris en juillet 2010 avaient fait dire à une spectatrice « Je ne savais pas la musique de Rossini si militaire ». L’Orchestre et les chœurs de la RAI parlent ici leur langue maternelle. Cela s’entend aux bois (voluptueuse première clarinette) et aux cuivres qui se coulent sans fracas dans une masse sonore d’une belle consistance. Rien d’inoubliable peut-être mais rien de honteux non plus, au contraire.

Même constat pour le Malcom de Julia Hamari, voix saine et avenante qui baigne ici dans son élément au point d’omettre de faire des vagues. Le chant, à n’offrir rien de saillant, donne souvent l’impression de cocher les cases. Au vu des difficultés qu’amoncelle la partition, cela n’est déjà pas si mal, d’autant qu’une heureuse conjonction des timbres nous vaut un duettino « Vivere io non potrò » au firmament.

 

En ces temps de crépuscule rossinien (le Festival de Pesaro allait naitre dix ans plus tard), c’est comme toujours du côté des hommes que le ventre est mou. Les ténors surtout qui auraient dû commencer par intervertir leurs rôles. Pietro Bottazzo en Rodrigo n’est pas le baritenore que l’on attend ici. Le chant se voit balayé d’un revers de roulade dès son entrée sur scène par un « Eccomi a voi, miei prodi » qui devrait être plus qu’héroïque : sauvage. Ce chef militaire au petit pied rappelle au mieux Almaviva égaré en terres barbares, au pire Zaza Napoli dans une version lyrique de la scène de la biscotte. Franco Bonisolli apparaît plus opportun même si le métal sombre de la voix n’est pas celui d’Uberto ; le rôle requiert agilité et hauteur plus que puissance. La technique parvient cependant à surmonter les chausse-trappes du premier acte avant de s’empaler sur l’air hérissé de vocalises du deuxième (« Oh fiamma soave »). Pendant ce temps, le Douglas de Paolo Washington attend sagement dans son coin que Samuel Ramey vienne rappeler aux oreilles du monde ce qu’être basse signifie dans ce répertoire.

 

Reste la prima donna. Montserrat Caballe traverse, somptueuse, une œuvre dont une tradition vocale héritée de l’âge baroque tempère le romantisme. On pourra reprocher à la soprano espagnole comme souvent une certaine indifférence, une tendance à prendre ses aises avec la partition, voire à la travestir pour mieux exposer les splendeurs d’une voix alors à son apogée. Elena, un des rôles les plus placides parmi ceux conçus à l’intention d’Isabella Colbran, s’accommode bien de ces parti-pris. On pourra trouver le chant minaudier (le « Oh mattutini albori », superbe, parait effectivement plus affecté que de raison). Impossible de déprécier en revanche ses mordorures, sa longueur, cette sensation enivrante de souffle infini et de facilité qu’en forme de bouquet final un « Tanti affetti » pourtant rondement mené ne parvient pas à ébranler.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
OPD37053

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino ROSSINI
La donna del lago
Mélodrame en deux actes
Livret d’Andrea Leone Tottola d’après le poème de Walter Scott : The Lady of the lake
Créé au Théâtre San Carlo de Naples le 24 octobre 1819
Elena
Montserrat Caballé
Giacomo V (Uberto)
Franco Bonisolli
Malcom Groeme
Julia Hamari
Rodrigo di Dhu
Pietro Bottazzo
Douglas d’Angus
Paolo Washington
Albina
Anna Maria Balboni
Serena
Gino Sinimberghi
RAI Orchestra & Chorus, Turin
Direction musicale
Piero Bellugi
Enregistré en direct de Turin le 19 mai 1970
2 CD Opera d’Oro (OPD 7053) – 72’44 ; 66’44
>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’Orfeo, servi par la jeune génération
Julian PRÉGARDIEN, Gwendoline BLONDEEL, Eva ZAÏCIK
CD