Forum Opéra

Verdi Arias

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
16 septembre 2013
Oh, l’aguicheuse !

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Verdi Arias

Anna Netrebko
soprano

Giuseppe Verdi
Macbeth
« Nel di della vittoria… Vieni, t’affretta ! »
« La luce langue »
« Une macchia è qui tuttora »
Giovanna d’Arco
« O fatidica foresta »
I Vespri Siciliani
« Arrigo ! Ah, parli a un core »
« Mercè, dilette amiche »
Don Carlo
« Tu che le vanità »
Il Trovatore
« Vanne, lasciami »
« D’amor sull’ali rosee »
« Miserere »*
« Tu vedrai che amore in terra »

*Rolando Villazon, ténor
*Chœur du Teatro Regio de Turin
Chef des chœurs : Claudio Fenoglio
Orchestre du Teatro Regio de Turin
Direction musicale
Gianandrea Noseda

1 CD Deutsche Grammophon 479 1052

 

Anna Netrebko ne serait pas tout à fait Anna Netrebko sans La Traviata, étrennée à Saint-Pétersbourg et à Vienne, accomplie à Salzbourg en 2005, confirmée, depuis, un peu partout dans le monde. Mais jusqu’alors, sa fantastique carrière s’est généralement passée des héroïnes verdiennes. Sont-ce les célébrations du bicentenaire qui l’ont incitée à rectifier le tir ? Quelques semaines après une première Giovanna d’Arco, à Salzbourg, en version de concert, et quelques mois avant ses débuts en Leonora (Le Trouvère, à Berlin, avant Salzbourg, encore) et en Lady Macbeth (à Munich), sort ce disque, entièrement consacré au maître de Busseto.

N’étaient tous ces rôles en préparation, on croirait à un récital de circonstance. Heureusement pour l’auditeur, les affinités de Netrebko avec Verdi, que l’on devinait fortes, s’avèrent évidentes : la voix, désormais bien corsée, les nuances ambrées du timbre, le galbe généreux de la ligne musicale, l’incroyable homogénéité de ce formidable instrument, tout cela, pour ce répertoire, est du cousu main. Mais ce répertoire, qu’il est vaste ! Y piocher quelques extraits épars, quel risque… Pour finir sur les nombreuses plages de ce disque qui nous ont conquis, commençons par évoquer celles, plus rares, qui nous ont laissé dubitatif. Les extraits de Giovanna d’Arco et des Vespri Siciliani n’ont rien de déshonorant, mais est-ce là que notre chanteuse peut développer tous ses talents ? « O fatidica foresta » pas plus que « Arrigo ! Ah, parli a un core » ne semblent la passionner outre mesure (et, du coup, nous non plus), quand « Mercè, dilette amiche » dénude violemment ce qui parfois faiblit, dans cette voix sans faiblesse : le trille et l’aigu.

En vérité, le principal défaut de ces extraits est de ne pas être tout à fait au niveau de leurs grands cousins. Car dans les trois airs de Macbeth, Anna Netrebko est souveraine, opulente et profuse, beauté de glace, fascinante ; car les extraits du Trouvère montrent déjà la radieuse féminité dont elle saura bientôt revêtir sa Leonora ; car le redoutable « Tu che le vanità », elle le maîtrise formidablement, au point que ses hésitations face au rôle d’Elisabeth de Valois semblent bien pusillanimes. Que demander de plus ? Rien ou presque : un soupçon d’ardeur et d’urgence, du désespoir ici, de la férocité là, des frissonnements et des larmes qui dessinent des figures, qui esquissent des personnages. Que les indescriptibles beautés de cette voix nous racontent autre chose qu’un plaisir de chanter si communicatif qu’on en oublie presque qu’à ces airs correspondent des héroïnes, et que ces héroïnes, somme toute, sont tragiques.

Le tragique dans des disques d’extraits : rares sont les chanteurs qui parviennent à le trouver. Amoureusement soutenue par la loyauté un peu uniforme de Gianandrea Noseda, ravivant, le temps de quelques mesures, la flamme du splendide couple d’opéra qu’elle forma jadis avec Rolando Villazon, Netrebko ne nous déçoit pas, elle aiguise notre impatience : sur scène, vite, et dans tous les Verdi qui lui conviendront !

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
FIhIhBas2k_2013710BZZWI77UB5

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Verdi Arias

Anna Netrebko
soprano

Giuseppe Verdi
Macbeth
« Nel di della vittoria… Vieni, t’affretta ! »
« La luce langue »
« Une macchia è qui tuttora »
Giovanna d’Arco
« O fatidica foresta »
I Vespri Siciliani
« Arrigo ! Ah, parli a un core »
« Mercè, dilette amiche »
Don Carlo
« Tu che le vanità »
Il Trovatore
« Vanne, lasciami »
« D’amor sull’ali rosee »
« Miserere »*
« Tu vedrai che amore in terra »

*Rolando Villazon, ténor
*Chœur du Teatro Regio de Turin
Chef des chœurs : Claudio Fenoglio
Orchestre du Teatro Regio de Turin
Direction musicale
Gianandrea Noseda

1 CD Deutsche Grammophon 479 1052

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Abouti et nécessaire
Livre
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG