Forum Opéra

Liaisons

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
1 décembre 2011
Salade viennoise

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Antonio Salieri
« Tremo, bell’ idol mio » (Armida, 1771)
Wolfgang Amadeus Mozart
«
Giunse alfin il momento… Deh vieni, non tardar » (Le Nozze di Figaro, 1786)
« Voi avete un cor fedele » (air pour Le Nozze di Dorina, de Galuppi, 1775)
Domenico Cimarosa
Sinfonia et « Perdonate, signor mio » (Il Matrimonio segreto, 1792)
Joseph Haydn
« Quando la rosa » (air pour La Metilde ritrovata, d’Anfossi)
« Signor, voi sapete » (air pour Il Matrimonio per inganno, d’Anfossi, 1785)
« Vada adagio, Signorina » (air pour La Quakera spiritosa, de Guglielmi, 1787)
Antonio Salieri
Sinfonia (La Scuola de’ gelosi, 1783)
Wolfgang Amadeus Mozart
« Una donna a quindici anni » (Cosi fan tutte, 1790)
« Chi sa, chi sa, qual sia » (air pour Il Burbero di buon core, de Martin y Soler, 1789)
« Un moto di gioia » (Le Nozze di Figaro, 1789)
« Ah se in ciel, benigne stelle » (K 538, 1788)
Chen Reiss, soprano
L’Arte del Mondo
Direction musicale
Werner Ehrhardt
Enregistré au Bayer Kulturhaus, Leverkusen, du 6 au 9 septembre 2010
1 CD Onyx 4068 – 55’48

 

Salade viennoise… C’est en effet comme « Wiener Melange » que ce récital est présenté dans le livret anglo-allemand. On y trouve en majorité des arias entendues pour la première fois à Vienne dans le dernier tiers du dix-huitième siècle, avec pour fil directeur l’idée d’air alternatif. Six des onze plages vocales (deux « respirations » orchestrales sont ménagées avec les ouvertures du Mariage secret, puis de La Scuola de’ gelosi de Salieri) sont consacrées à des morceaux de substitution, écrits par de grands compositeurs afin d’être insérés dans les œuvres de confrères beaucoup moins géniaux. C’est évidemment le cas avec Il Burbero di buon core, de Martin y Soler : comme n’auront pu manquer de le remarquer ceux qui ont eu le courage de visionner intégralement le DVD enregistré par Christophe Rousset, les deux arias composées par Mozart à l’intention de Louise Villeneuve se détachent par leur beauté et leur complexité d’une partition qui ressemble fâcheusement à un robinet d’eau tiède. Ce disque permet aussi la comparaison entre « Deh vieni non tardar » et « Un moto di gioia », le second ayant remplacé le premier lors d’une reprise des Noces de Figaro trois ans après la création.

 

Ce n’est pas là le récital inaugural d’une débutante, comme les maisons de disque ont de plus en plus tendance à en lancer sur le marché. Chen Reiss n’est pas une gamine inexperte propulsée sous les feux de la rampe par des commerciaux désireux de vendre de la chair fraîche. La soprano israélienne écume les scènes internationales depuis le début des années 2000, elle a eu le temps de faire ses armes, et elle a d’ailleurs enregistré deux disques avant celui-ci : un récital de mélodies italiennes de Schubert et Donizetti (Philartis, 2007) et Romanze, florilège d’airs et de lieder de Mozart, Schubert, Spohr et Lachner (Telos, 2009). En février 2010, Chen Reiss était Nannetta dans la reprise de Falstaff au Théâtre des Champs-Elysées – notre consœur Brigitte Cormier saluait à cette occasion la  « fraîcheur et [la] grâce » de cette voix « légère mais bien projetée ». On a pu l’entendre dans le Requiem de Fauré en février 2011 à Pleyel, et elle reviendra au TCE en janvier 2012 pour interpréter Le Pâtre sur le rocher.

 

Telle qu’elle trouve à déployer son talent à travers ces airs généralement pleins de vivacité, on concédera à Chen Reiss de réelles qualités : timbre charmant, souplesse dans les vocalises, expressivité. La chanteuse sait même faire preuve d’humour, comme dans l’air du Mariage secret où elle imite les accents français, anglais et allemand (même si elle a elle-même un léger accent qui lui fait chuinter certains S en début de mots). On aura peut-être plus de mal à partager l’enthousiasme de ceux qui voient déjà en elle une Gilda d’exception. L’extrême aigu a un côté un peu tranchant qui la situe nettement du côté des coloratures, comme le montrent bien « Voi avete un cor fedel » et, en fin de parcours, l’air de concert « Ah se in ciel », créé comme intermède entre deux actes de l’oratorio de Carl Philip Emmanuel Bach Auferstehung und Himmelfahrt Jesu ; probablement écrit pour Aloysia Weber, c’est le cheval de bataille des Reines de la Nuit et autres Zerbinettes au même titre que « Popoli di Tessaglia » et « Alcandro, lo confesso ». Un disque agréable, qui ne vous bouleverse pas, mais qui est très bien chanté. Par les temps qui courent, c’est déjà ça.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
71mhvv8u72l_sl1050_

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Antonio Salieri
« Tremo, bell’ idol mio » (Armida, 1771)
Wolfgang Amadeus Mozart
«
Giunse alfin il momento… Deh vieni, non tardar » (Le Nozze di Figaro, 1786)
« Voi avete un cor fedele » (air pour Le Nozze di Dorina, de Galuppi, 1775)
Domenico Cimarosa
Sinfonia et « Perdonate, signor mio » (Il Matrimonio segreto, 1792)
Joseph Haydn
« Quando la rosa » (air pour La Metilde ritrovata, d’Anfossi)
« Signor, voi sapete » (air pour Il Matrimonio per inganno, d’Anfossi, 1785)
« Vada adagio, Signorina » (air pour La Quakera spiritosa, de Guglielmi, 1787)
Antonio Salieri
Sinfonia (La Scuola de’ gelosi, 1783)
Wolfgang Amadeus Mozart
« Una donna a quindici anni » (Cosi fan tutte, 1790)
« Chi sa, chi sa, qual sia » (air pour Il Burbero di buon core, de Martin y Soler, 1789)
« Un moto di gioia » (Le Nozze di Figaro, 1789)
« Ah se in ciel, benigne stelle » (K 538, 1788)
Chen Reiss, soprano
L’Arte del Mondo
Direction musicale
Werner Ehrhardt
Enregistré au Bayer Kulturhaus, Leverkusen, du 6 au 9 septembre 2010
1 CD Onyx 4068 – 55’48

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG