Forum Opéra

Stravinski : Les Noces (1919) / Ravel : Boléro

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
30 janvier 2023
Les Noces et le Boléro revisités

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Igor Stravinski

Les Noces (1919)

Maurice Ravel

Boléro

Détails

Ne vesiolaïa (Chant traditionnel russe)

Igor Stravinski

Les Noces, version de 1919 (orchestration complétée par Theo Verbey)

Maurice Ravel

Boléro (arrangement de Robin Melchior)

solistes des Noces :

Amélie Raison, soprano

Pauline Leroy, mezzo-soprano

Martial Pauliat, ténor

Renaud Delaigue, basse

Ensemble Aedes

Les Siècles

Direction musicale

Mathieu Romano

Un CD Aparte AP 300, de 40′ 20, enregistré en 2022 au CNSP (Boléro) et au Studio de La Seine musicale, Boulogne-Billancourt (Les Noces)

Certainement l’œuvre de Stravinski dont la gestation fut la plus longue, Les Noces (« Scènes chorégraphiques russes avec chant et musique » sic.) sont écrites entre 1914 et 1917, c’est-à-dire contemporaines du Sacre du printemps, de la même veine. Mais l’instrumentation ultime ne fut achevée qu’en 1923, après Renard. Suite à une première tentative, avortée, pour une formation gigantesque, le compositeur orchestra les deux premiers tableaux pour deux cymbalums, un harmonium, un pianola et nombre de percussions métalliques. La difficulté à synchroniser le pianola – auquel il tenait tout particulièrement – le fit renoncer à achever son projet pour y substituer la version à quatre pianos que nous connaissons (*).

Le présent CD fait suite à une réalisation de la chorégraphe Dominique Brun pour un spectacle autour de la sœur de Nijinsky (première chorégraphe des Noces et du Boléro) donné en 2021 au Théâtre national de Chaillot. Pour ce faire, Mathieu Romano a choisi la version originale de 1919 des Noces (les deux derniers tableaux orchestrés par Theo Verbay) qui a été jumelée au Boléro de Ravel, arrangé pour la même formation par Robin Melchior (**).

Les passionnés et les plus curieux reliront avec bonheur les pages que Boucourechliev consacre à l’ouvrage. Son analyse demeure la plus riche, la plus pertinente. Contentons-nous de rappeler que Svadebka, le titre russe, correspond à un « petit » mariage traditionnel, « paysan ».  Si le texte se fonde sur un collage par Stravinski de restitutions de collectage (***), la musique relève du folklore imaginaire, en dehors du Ne vesiolaïa, enregistré ici en introduction à l’ouvrage. Aucun caractère, aucune personnalité, seulement des archétypes, solistes et chanteurs du chœur passent d’un rôle à l’autre. Rituels codifiés, invocations, dialogues, lamentations, en des langues dialectales, archaïques, voilà qui déconcerta les auditeurs, comme le jeu des timbres et des couleurs, sur un temps strié, hachuré auquel les accents asymétriques donnent vie. L’ensemble Aedes, à quatre chanteurs par partie (cinq ténors et cinq basses dans Les Noces), comme les instrumentistes des Siècles sont admirables, dès la première note de la magnifique cantilène qui introduit Les Noces jusqu’à l’accord final du Boléro. Même en oubliant le texte et le spectacle qu’il motive on est fasciné par la prodigieuse animation, par la scansion, par les contrastes, par la débauche de couleurs. La construction, la frénésie qui gagne, la force, aussi tellurique que celle du Sacre, ont-elles été mieux illustrées ? Cette version quasi chambriste est à mettre en parallèle avec celle pour quatre pianos, souvent donnée et enregistrée depuis sa création (****). Nul doute qu’elle soit appelée à faire référence, d’autant que c’est une première mondiale. L’authenticité de la production, son éclairage singulier, son énergie, son ascèse, son dépouillement, riches en expression comme en séductions, appellent la découverte.

Ravel tenait Les Noces pour « le chef-d’œuvre » de Stravinski  (en 1923). Dans le même esprit, pour la même formation, Robin Melchior a relevé le défi que constitue la restitution du crescendo le plus formidable de l’histoire. Bien sûr, la caisse claire, inexorable, associée au pianola, mais aussi et surtout le recours à toutes les possibilités instrumentales des voix, de l’ouverture à l’articulation et à la projection permettent une transposition que l’on peut qualifier de radicale. L’exercice, abouti, n’est pour autant qu’un nouvel article à la longue liste des arrangements du « tube », curiosité séduisante par la prouesse vocale qui atteint l’ivresse sonore après la modulation attendue.

La riche plaquette bilingue (anglais/français) contient toutes les informations souhaitables, et le texte chanté (translittération du texte russe et sa traduction française). La pochette reproduit judicieusement un buste de femme de Malevitch, en parfait accord avec l’esthétique des Noces.

(*) Ramuz, alors intime de Stravinski, et traducteur en français de l’ouvrage, confirme que la version « définitive » pour quatre pianos ne constituait qu’un pis-aller.
(**) en 1981, Boulez avait révélé les deux premiers tableaux des Noces dans cette version inconnue, mais n’était pas allé au-delà.
(***) Pour écrire son livret, Stravinski se rendit à Kiev pour compléter sa documentation.
(***) Georges Auric, Marcelle Meyer, E.Frament et H. Léon étaient aux claviers, dirigés par Ansermet. La création londonienne (1926, E. Goosens) réunissait Poulenc, Auric, Dudelsky et Bieti aux quatre pianos. Enfin mentionnons son enregistrement par Stravinski (1959), qui avait convoqué de grands compositeurs américains de son temps : Copland, Barber, Foss, Session.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
71kqlqxolrl._ac_ul480_fmwebp_ql65_

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Igor Stravinski

Les Noces (1919)

Maurice Ravel

Boléro

Détails

Ne vesiolaïa (Chant traditionnel russe)

Igor Stravinski

Les Noces, version de 1919 (orchestration complétée par Theo Verbey)

Maurice Ravel

Boléro (arrangement de Robin Melchior)

solistes des Noces :

Amélie Raison, soprano

Pauline Leroy, mezzo-soprano

Martial Pauliat, ténor

Renaud Delaigue, basse

Ensemble Aedes

Les Siècles

Direction musicale

Mathieu Romano

Un CD Aparte AP 300, de 40′ 20, enregistré en 2022 au CNSP (Boléro) et au Studio de La Seine musicale, Boulogne-Billancourt (Les Noces)

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
CDSWAG

PUCCINI, Turandot, par Antonio Pappano

Une leçon puccinienne
CDSWAG

This be her Verse, par Golda Schultz et Jonathan Ware

La parole aux femmes
CDSWAG

Les dernières interviews

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Stanislas de Barbeyrac : « Il y aura peut-être un jour Tristan, si je suis sage »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mahler – Symphonie n°2

Bychkov déçoit fortement
Semyon BYCHKOV, Christiane KARG, Elisabeth KULMAN
CD

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
Cyrille DUBOIS, Pierre DUMOUSSAUD
CDSWAG

Rameau le neveu

Syndic de la vertu des filles d’opéra
Livre

Celebrating Offenbach

Festin offenbachien
David PARRY, Jennifer LARMORE, Yvonne KENNY
CD