Forum Opéra

Tant qu’il y aura Forum Opéra

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Edito
8 mars 2023
C’est à sa manière un grand opéra – genre superlatif ô combien codifié – dont nous jouons à présent le cinquième acte.

Infos sur l’œuvre

Détails

Bref rappel des épisodes précédents si vous – chères lectrices, chers lecteurs – avez pris place en cours de spectacle (contrairement à la règle en vigueur dans nos théâtres, les retardataires peuvent rejoindre leur siège après le lever de rideau).

Premier acte

Accord immobile de mi bémol majeur imité de L’Or du Rhin. Un rameau vert tendre saillit d’un paysage cendreux – la planète Internet à la fin des années 1990. A l’initiative d’un jeune conquérant – Camille De Rijck –, une poignée d’amateurs d’opéra se réunit en cercle autour du feu virtuel pour disserter du bien-fondé de l’ut di petto et de la raréfaction du soprano assoluto – si tant est que l’espèce ait un jour existé. Des divergences d’opinion nait la discussion, souvent animée, parfois vive, toujours instructive. Premier ensemble choral conclu crescendo par une strette inspirée, elle, de Moïse et Pharaon. Une communauté est née. Son nom : Forum Opéra – FO pour les intimes.

Deuxième acte

Quelques années plus tard, le forum est devenu magazine. En marge de l’espace de discussion s’éploient à présent des textes déjà organisés en comptes rendus, dossiers, interviews, etc. (ces premiers articles sont toujours en ligne). L’équipe se constitue : des fantassins à la noble lame étincelante, des bretteurs enthousiastes, des mousquetaires et des missionnaires, tous bénévoles, tous au service de l’art lyrique, tous convaincus de la justesse de leur cause. La force de leur engagement et leur sincérité commencent à attirer l’attention.

Troisième acte

Nouveau saut dans le temps, nouveau look. Désormais domestiquée, la planète Internet prend l’allure d’un de ces jardins de Touraine chantés par la reine Marguerite dans Les Huguenots. Forum Opéra s’adapte à l’évolution des technologies sans renoncer à son enthousiasme pionnier. C’est ici que s’insère le ballet, consubstantiel au genre du grand opéra, dans lequel les institutions lyriques, enfin convaincues de l’intérêt du multimédia, acceptent d’entamer un pas de deux avec les webzines.

Quatrième acte

Passage au 2.0. En 2014, une opération de financement participatif aide au développement d’une nouvelle mouture du site. Le rythme des publications s’intensifie. L’audimat s’affole. Podcast et Web radio viennent enrichir l’offre. Forum Opéra entre dans le troisième volume de L’Histoire de l’opéra français – un ouvrage dirigé par Hervé Lacombe – comme le « plus important site d’opéra de la Francophonie ». Chœur laudatif calqué sur l’« Immenso Fthà » d’Aida en guise de finale.

Cinquième acte

Le dernier ? Non, en dépit de signaux alarmants relayés et amplifiés par les Cassandre du moment. Crise sanitaire, crise économique, crise écologique, crise culturelle, ensemble conjuguées n’auront pas la peau de cette folie chimérique que l’on appelle opéra. Notre passion refuse de se soumettre à leurs raisons. La nouvelle version de Forum Opéra, rafraîchie mais structurellement identique à la précédente, réitère notre amour immodéré de l’art lyrique et notre confiance en son avenir. Tant qu’il y aura des amateurs d’opéra…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

C’est sur les rives du Bosphore, en prenant le ferry qui relie Kadiköy sur le flanc asiatique d’Istanbul pour rejoindre la rive européenne qu’est soudainement revenue en moi la question de mon identité.
Edito