Forum Opéra

Questionnaire de Proust – Sabine Devieilhe

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
28 janvier 2022
Questionnaire de Proust – Sabine Devieilhe

Infos sur l’œuvre

Détails

On ne présente plus Sabine Devieilhe, omniprésente sur scène comme au disqueEn revanche, si vous pensez la connaître, jetez un œil sur ce questionnaire de Proust revisité auquel elle a bien voulu répondre entre deux représentations d’Hamlet à l’Opéra-Comique. Vous pourriez bien la découvrir sous un jour nouveau et inattendu… 


Mon meilleur souvenir dans une salle d’opéra ?

La rencontre avec le public de Tourcoing, aux côtés de Jean-Claude et Renée Malgoire. J’étais encore étudiante lors de mes premiers concerts à l’Atelier lyrique de Tourcoing. En un instant, j’ai perçu la fidélité, l’enthousiasme du public et sa confiance en Jean-Claude et Renée qui les emmenaient de la St Jean de Bach à la Messe de Sainte Cécile de Manuel Garcia en leur donnant les clés de lecture nécessaires. 

 

Mon pire souvenir dans une salle d’opéra ?

Chanter dans une salle vide devant des caméras pour un streaming. Douloureuse contradiction : « j’ai de la chance de chanter » – « comment trouver l’envie de chanter sans personne à qui directement adresser cette musique ? »

 

 

Le livre qui a changé ma vie ?

Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke, découvert (no shame) dans Sister Act 2. On y voit naître la vocation et quand je l’ai lu adolescente, j’avais l’intime conviction qu’il m’était adressé.

 

Le chanteur mort que je voudrais ramener à la vie pour chanter avec ?

J’aimerais chanter Lakmé avec Alfredo Kraus (je ne me refuse rien !)

 

Mon plus grand moment de grâce dans un musée ?

La découverte de la ville de Lecce, dans le sud de l’Italie, musée à ciel ouvert.

 

La ville où je me sens chez moi ?

Caen, Rennes, Paris.

 

La ville qui m’angoisse ?

J’ai la chance de ne pas être très angoissée depuis quelques années.

 

Ce qui, dans mon pays, me rend la plus fière ?

La gastronomie.

 

Le metteur en scène dont je me sens le plus proche ?

Mes enfants lorsqu’on joue. 

 

Mon pire souvenir avec un chef ?

Ce genre d’anecdote ne se raconte qu’autour d’une bière, en off.

 

Si j’étais une symphonie ?

La 4e de Mahler.

 

Et une sonate ?

Le Printemps de Beethoven.

 

Et un quatuor à cordes ?

Les Quintes op.76 n.2 de Haydn (décidément, ces questions donnent un peu le melon !)

 


Sabine Devieilhe et Stéphane Degout dans Hamlet à l’Opéra-Comique  © Vincent Pontet

 

Si je devais chanter à mes propres funérailles, quel serait le dernier extrait ?

Oh la la la ! Pitié, pas de ma voix pour mes funérailles ! 

 

Le chanteur du passé qui me rend fou ?

Chet Baker.

 

Le chanteur du présent qui me rend fou ?

Nadine Sierra.

 

Si j’étais un personnage de Harry Potter ?

On rêve tous.tes d’être Hermione, non ? 

 

Le compositeur auquel j’ai envie de dire « mon cher, ta musique n’est pas pour moi » ?

Wagner, que j’aime entendre depuis le public.

 

Si j’étais un Lied ou une mélodie.

Les Ariettes oubliées de Debussy.

 

Mon pire souvenir historique des 30 dernières années.

Cette pandémie, dont nous avons tous hâte qu’elle soit un lointain souvenir…

 

Le rôle que je ne chanterai plus jamais.

Aucune idée.

 

Ma devise.

Prendre soin de celles et ceux que j’aime.

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Après une Carmen remarquée en 2023 à l’Opéra de Rouen, Romain Gilbert vient de mettre en scène une flamboyante Gioconda au Teatro San Carlo de Naples. Quelques semaines avant le début du Festival d’Aix, dans lequel il mettra en espace la Clémence de Titus et assistera Claus Guth pour un Samson très attendu, rencontre avec le metteur en scène.
Interview
Le 29 janvier 1909 à Torre del Lago, la jeune Doria Manfredi, employée de la famille Puccini, meurt empoisonnée, poussée au suicide par Elvira Puccini qui l’accusait d’être la maîtresse de son mari. Le scandale est énorme. Si l’innocence de la jeune fille est rapidement reconnue, il faudra près de cent ans pour connaître l’incroyable vérité.
Actualité
A l’Opéra de Marseille, Paolo Arrivabeni dirigera dans quelques jours Un ballo in maschera marquant ainsi le vingtième anniversaire de sa présence. 
Interview
[themoneytizer id="121707-28"]