Forum Opéra

Alexandre Duhamel & friends – Paris (Sainte Chapelle)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 avril 2024
Quelque chose de réussi

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « Je crois entendre encore » (air de Nadir)
Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « Au fond du temple saint » (duo Zurga, Nadir)
Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « L’orage s’est calmé » (air de Zurga)
Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « Je frémis, je chancelle » (duo Zurga, Leïla)
Charles GOUNOD, Roméo et Juliette, « Nuit d’hyménée » (duo Roméo, Juliette)
Jules MASSENET, Thais, « Voilà donc la terrible cité » (air d’Athanaël)
Jules MASSENET, Manon, « Oui, c’est moi… N’est-ce plus ma main ? »
Giacomo PUCCNI, Tosca, « Te Deum »
Charles GOUNOD, Faust, « Anges purs, anges radieux »
Giuseppe VERDI, Don Carlos, « Dieu, tu semas dans nos âmes », (duo Don Carlos, Posa)

Alexandre Duhamel, baryton
Fabienne Conrad, soprano,
Valentin Thill, ténor
Dorothée Bocquet, piano

Paris Sainte Chapelle, Opera Festival, samedi 6 avril 2024, 20h

Quarante ans, l’âge charnière pour les barytons ? Alexandre Duhamel l’affirmait en interview la saison passée : « A force de travailler, de me muscler, d’apprendre à me connaître, il s’est passé quelque chose ». Un récital à la Sainte Chapelle en apporte la confirmation, dans ce répertoire français qu’il disait devoir défendre. Bien lui en prend.

Zurga d’abord, son « rôle porte-bonheur », le premier de sa carrière, repris en septembre dernier à Toulouse, évoqué ici à travers trois extraits qui tirent profit de l’expérience. Le personnage est habité, non par le geste – nous ne sommes pas sur une scène d’opéra – mais par le regard, fixe, intense, et par la présence, herculéenne, les deux pieds ancrés au sol, le corps tel un tuyau d’orgue, droit, solide d’où jaillit le son avec plus ou moins de force selon l’effet recherché. Le timbre, glorieux, d’un brun soutenu, mat ou luisant – là encore, c’est selon –, s’assombrit lorsque la voix s’enfonce dans les profondeurs de la tessiture, et s’éclaircit dès qu’il lui faut desserrer son étreinte. L’aigu jaillit sans effort ; le grave semble ne pas avoir de limite. La diction est superlative. Chaque mot distinctement prononcé tombe lesté de son juste poids. La nuance vient au renfort de l’expression – Ah, la manière dont s’abîme « L’orage s’est calmé » au début de l’air de Zurga, en un murmure impuissant qui laisse deviner les tempêtes à venir ! La gestion du souffle, l’ampleur gagnée au fil du temps, le relief, le legato, tout ce qui fait que le chant s’écoule en un torrent dont le débit, naturel, obéit à l’intention…

Oui, il s’est passé « quelque chose » qu’il serait réducteur d’appeler maturité sauf à lui adjoindre confiance et liberté, deux mots chargés des promesses prodiguées ensuite par les autres numéros : Athanaël face à sa « terrible cité », déjà chargé de haine, de fureur, et d’éclat,  plus imprécatoire sans doute dès qu’il aura été confronté à l’épreuve de la scène – et l’on attend alors avec impatience les doutes puis les fêlures du troisième acte ; Scarpia en avant-première dont le « Te Deum » fracassant arrache des cris d’enthousiasme au public, prédateur déjà ivre d’infamie même si privé par le format du récital de l’appui graduel du chœur et de l’orchestre ; Posa, en français, à ne pas négliger pour entretenir ce tracé souverain de la ligne que la tentation wagnérienne pourrait altérer ; Méphistophélès de Gounod, concédé sans doute afin de disposer d’un trio le réunissant à ses deux partenaires. Fabienne Conrad, soprano – Leila, Juliette, Manon, Marguerite –, se charge en sus de présenter chacun des numéros. Valentin Thill, ténor – Nadir, Roméo, des Grieux, Faust –, offre en début de soirée un « je crois entendre encore » d’une grande maîtrise technique, avec une gestion remarquable de la voix mixte, mais apparaît ensuite davantage tendu, comme en attente de ce « quelque chose » qui aidera son jeune talent à gagner en souplesse et en demi-teintes.

Au piano, Dorothée Bocquet campe le décor et suggère les ambiances tout en apportant le soutien attendu aux trois chanteurs Ce récital est le cinquième des treize concerts de Paris Sainte Chapelle 2024, un festival d’opéra sur cinq week-ends, jusqu’au 1er mai, qui alterne grandes voix et espoirs de l’art lyrique dans un mélange réjouissant de répertoires.  Les prochains rendez-vous seront rossiniens : Michael Spyres, le vendredi 12  avril et Marina Viotti le lundi 15 avril. Plus d’informations sur operafestival.fr.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « Je crois entendre encore » (air de Nadir)
Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « Au fond du temple saint » (duo Zurga, Nadir)
Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « L’orage s’est calmé » (air de Zurga)
Georges BIZET, Les Pêcheurs de Perles, « Je frémis, je chancelle » (duo Zurga, Leïla)
Charles GOUNOD, Roméo et Juliette, « Nuit d’hyménée » (duo Roméo, Juliette)
Jules MASSENET, Thais, « Voilà donc la terrible cité » (air d’Athanaël)
Jules MASSENET, Manon, « Oui, c’est moi… N’est-ce plus ma main ? »
Giacomo PUCCNI, Tosca, « Te Deum »
Charles GOUNOD, Faust, « Anges purs, anges radieux »
Giuseppe VERDI, Don Carlos, « Dieu, tu semas dans nos âmes », (duo Don Carlos, Posa)

Alexandre Duhamel, baryton
Fabienne Conrad, soprano,
Valentin Thill, ténor
Dorothée Bocquet, piano

Paris Sainte Chapelle, Opera Festival, samedi 6 avril 2024, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle