Forum Opéra

BIZET, Carmen — Berlin (Staatsoper)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
5 mars 2023
Les voix d’abord

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes de Georges Bizet

Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d’après la nouvelle de Prosper Mérimée

Création le 3 mars 1875 à Paris (Opéra-Comique)

Détails

Mise en scène

Martin Kušej

Décors

Jens Kilian

Costumes

Heidi Hackl

Lumières

Reinhard Traub

Carmen

Gaëlle Arquez

Don José

Stanislas de Barbeyrac

Micaëla

Pretty Yende

Escamillo

Lucio Gallo

Dancaïro

Jaka Mihelac

Remendado

Andrés Moreno Garcia

Moralès

Roman trekel

Zuniga

Jan Martinik

Mercédès

Serena Saenz

Frasquita

Maria Hegele

Lillas Pastia

Klaus Christian Schreiber

Staatsopernchor

Kinderchor der Staatsoper

Staatskapelle Berlin

Direction musicale

Bertrand de Billy

Berlin, Staatsoper, vendredi 3 mars 2023, 19h

Assister à une représentation de Carmen un 3 mars, hasard du calendrier, ne peut que nous renvoyer à la fameuse malédiction du « 3 », qui poursuivit Bizet. Le 3/3/1875 en effet, Georges Bizet est fait le matin Chevalier de la Légion d’Honneur, et connait le soir-même un four aussi complet qu’incompréhensible de nos jours (mais heureusement très provisoire) pour la première de Carmen. 3 mois jour pour jour plus tard, il meurt à Bougival, pendant la 33ème représentation de Carmen. La petite histoire adorant venir au secours de la grande, on dit même qu’il meurt pendant le 3ème acte, au moment où Carmen, dans le « trio des cartes », annonce « la mort ! ».

Nous assistons donc à la 48eme représentation (la dernière pour cette saison) de la production de décembre 2004 (avec à l’époque Marina Domashenko et Rolando Villazón sous la direction de Daniel Barenboïm) confiée à Martin Kušej. Une mise en scène truffée d’artifices, qui complexifie bien inutilement une action qui perd fortement de sa linéarité et de sa progression dramatique. Au moment où le rideau se lève, Don José est exécuté par ses compagnons d’armes (on reviendra à cette scène trois heures plus tard, après que José a poignardé Carmen). Lorsque Micaëla apparaît, endeuillée et toute de noir vêtue, ce n’est pas son amoureux qu’elle recherche, mais le cadavre de José, auprès duquel elle finit pas s’allonger, morte sans doute elle aussi (nouvelle « Liebestod » ?!)… avant que tous deux se relèvent et regagnent la coulisse ! Bien des questions resteront sans réponse, bien d’autres libertés seront prises avec le livret : nous sommes ainsi dans une maison close au I et les cigarières sont des femmes de petite vertu ; José poignarde Escamillo au III, ce qui peut expliquer que le toréro soit vaincu dans la corrida au IV et que son cadavre soit emporté au côté de celui de Carmen.


© Monika Rittershaus

Nous ne nous attarderons pas plus sur le visuel de cette production, qui vaut bien plus pour les prestations musicales. Il y a deux modifications sensibles du cast initialement prévu : Daniel Barenboïm cède sa place à Bertrand de Billy et Gaëlle Arquez remplace Marianne Crebassa. Le chef français insuffle une dynamique revigorante à l’orchestre de la Staatskapelle. Légèreté, enthousiasme caractérisent cette belle mécanique, décidément rôdée à tous les répertoires.

Gaëlle Arquez connaît bien le rôle de Carmen qu’elle tient aujourd’hui avec aisance. Dans cette proposition, elle est bien plus qu’une cigarière, elle est une femme d’un monde que José ne peut approcher et d’ailleurs, est-elle jamais amoureuse du brigadier ? La voix est pleine, sensuelle et la projection suffisante. Stanislas de Barbeyrac tient en José un de ses rôles de prédilection ; il y est formidablement à l’aise et franchit sans coup férir tous les obstacles de cette partition, qui n’en manque pas. Nous apprécions beaucoup les ombres portées dans la voix, qui font de José un personnage bien plus complexe qu’il ne semble. « La fleur que tu m’avais jetée » et son « je t’aime » conclusif sont admirables de conviction ainsi que de maîtrise des piani . L’amant éconduit du IV est perdu, ravagé par la conscience que le drame est désormais inéluctable.

Pretty Yende en Micaëla reçoit aux saluts des applaudissements enthousiastes et ô combien mérités. Martin Kušej fait d’elle une fiancée aux abois, présente à différents moments du drame, spectatrice muette et impuissante de la descente aux enfers de José. Le duo du I est superbement réalisé par deux voix qui s’entrelacent amoureusement et l’air du III est tout en tension. S’agissant de la version originale (un véritable opéra-comique), force est de constater que les dialogues parlés font apparaître des imperfections sérieuses dans la prononciation du français.

Ce travers est commun aux autres personnages, et donc aussi à l’Escamillo de Lucio Gallo. Notre baryton-basse italien écorche franchement le texte et prend aussi certaines libertés avec le rythme dans son toast du II. Et pourtant, il transparaît une telle authenticité, une telle fougue qu’on aura tendance à lui passer tout cela. Toréador haut en couleur, digne, superbe, ses apparitions sont un enchantement. Mercédès (Serena Sáenz) et Frasquita (Maria Hegele) enfin sont  les complices parfaites de ce monde interlope.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes de Georges Bizet

Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d’après la nouvelle de Prosper Mérimée

Création le 3 mars 1875 à Paris (Opéra-Comique)

Détails

Mise en scène

Martin Kušej

Décors

Jens Kilian

Costumes

Heidi Hackl

Lumières

Reinhard Traub

Carmen

Gaëlle Arquez

Don José

Stanislas de Barbeyrac

Micaëla

Pretty Yende

Escamillo

Lucio Gallo

Dancaïro

Jaka Mihelac

Remendado

Andrés Moreno Garcia

Moralès

Roman trekel

Zuniga

Jan Martinik

Mercédès

Serena Saenz

Frasquita

Maria Hegele

Lillas Pastia

Klaus Christian Schreiber

Staatsopernchor

Kinderchor der Staatsoper

Staatskapelle Berlin

Direction musicale

Bertrand de Billy

Berlin, Staatsoper, vendredi 3 mars 2023, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle