Forum Opéra

SCHUBERT, Die Schöne Müllerin — Toulouse

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
4 juin 2021
Ardente flamme

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Die schöne Müllerin (La Belle Meunière), D. 795 (1823)
Cycle de 20 Lieder sur des poèmes de Wilhelm Müller (1820)

Détails

Franz Schubert

Die schöne Müllerin

1. Das Wandern (Voyager)
2. Wohin ? (Vers où ?)
3. Halt ! (Halte !)
4. Danksagung an den Bach (Remerciements au Ruisseau)
5. Am Feierabend (Le Soir, au moment du repos)
6. Der Neugierige (Le Curieux)
7. Ungeduld (Impatience)
8. Morgengruß (Salut matinal)
9. Des Müllers Blumen (Les Fleurs du Meunier)
10.  »Tränenregen (Pluie de larmes)
11.  »Mein! (Mienne!)
12. Pause (Pause)
13. Mit dem grünen Lautenbande (Avec le vert ruban du luth)
14. Der Jäger (Le Chasseur)
15. Eifersucht und Stolz (Jalousie et Fierté)
16. Die liebe Farbe (La Couleur chérie)
17. Die böse Farbe (La Couleur fâcheuse)
18. Trockne Blumen (Fleurs séchées)
19. Der Müller und der Bach (Le Meunier et le Ruisseau)
20. Des Baches Wiegenlied (La Berceuse du ruisseau)

Matthias Goerne, baryton

Alexander Schmalcz, piano

Toulouse, Théâtre du Capitole

Mercredi 2 juin 2021, 19h

Il devait venir en janvier à Toulouse pour Winterreise, le voilà en juin pour l’autre grand cycle schubertien. Matthias Goerne fait aussi d’une pierre deux coups puisque les répétitions pour Elektra, dernière nouvelle production de l’année au Théâtre du Capitole, commencent tout juste ; alors disons au passage qu’il nous tarde de connaître l’Oreste qu’il sera au côté de Ricarda Merbeth et Violetta Urmana, dans la vision de Michel Fau, qui clôturera la saison occitane. Forumopera aura l’occasion d’en reparler.

Ce soir, l’hiver est derrière nous, les mauvais jours sont passés, n’est-ce pas ? Alors l’heure est à chanter l’amour, celui du meunier pour la belle meunière. L’amour, tel que Matthias Goerne nous le livre, c’est une flamme ardente, forte, et qui semble indestructible. C’est un meunier amoureux, jaloux, rude et gaillard.
L’attaque du cycle (Das Wandern) nous prend à la gorge et la question nous vient : cette énergie, ce souffle, cette chaleur, cet empressement, va-t-il les tenir sur la distance ? Eh oui, et ce n’est pas le moindre des mérites de cette prestation ; tout au long du cycle et d’un bout à l’autre, Goerne campe ce meunier un peu rustre, un peu balourd même, mais toujours aussi amoureux, toujours aussi enflammé. Goerne fait de notre héros un amoureux non pas transi, mais viril, imposant, colérique et capable d’effacer des montagnes pour gagner le cœur de sa bien-aimée. Il déploie alors les accents les plus puissants, les plus brusques aussi pour définir sans nuance les élans amoureux du meunier. Goerne délivre une énergie impressionnante pour donner vie à des vers, dont la mièvrerie le dispute ici et là au romantisme bon teint et quelque peu suranné. Incroyable ardeur déployée à enchaîner sans aucune pause les Lieder 12 (Pause), 13 (Mit dem grünen Lautenbande), 14 (Der Jäger) et 15 (Eifersucht und Stolz) qui nous entraînent du chagrin à la jalousie en passant par la déploration et la colère, dans une séquence à couper le souffle et dont on ressort comme groggy ; la voix est alors sombre à souhait et le souffle bruyant.

Mais la force et la magie de l’interprétation de Matthias Goerne réside aussi dans sa capacité à varier les plaisirs et à magnifier les mille et une nuances dont Schubert a parsemé la partition. Car l’amoureux fou sait faire preuve d’une infinie délicatesse (Der Neugierige ou Des Müllers Blumen) avec une si raffinée conduite de la ligne de chant. Avions-nous cru en début de cycle que cet amoureux nous lasserait vite par ses ardeurs rustres et infantiles, que nous le découvrons au fur et à mesure que la quête de l’amour se joue, d’une formidable capacité à colorer de mille teintes la figure de l’émotion (Der Müller und der Bach) sans parler de l’ultime berceuse du ruisseau (Des Baches Wiegenlied ) dont on voudrait qu’elle ne s’achève jamais et pour laquelle Goerne lance ses dernières forces, cette fois tout en précision et en infinie délicatesse. Les ressorts les plus fins, les plus délicats de la voix, parachèvent un cycle anthologique.

Vision non édulcorée d’un cycle de Lieder à dire vrai davantage servi par la musique que par le texte. Il serait très injuste de ne pas citer Alexander Schmalcz, accompagnateur attentif et sûr. Sans aucune pause durant les soixante-dix minutes du concert, il aura été à l’écoute du baryton et l’aura suivi sans défaut.

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Die schöne Müllerin (La Belle Meunière), D. 795 (1823)
Cycle de 20 Lieder sur des poèmes de Wilhelm Müller (1820)

Détails

Franz Schubert

Die schöne Müllerin

1. Das Wandern (Voyager)
2. Wohin ? (Vers où ?)
3. Halt ! (Halte !)
4. Danksagung an den Bach (Remerciements au Ruisseau)
5. Am Feierabend (Le Soir, au moment du repos)
6. Der Neugierige (Le Curieux)
7. Ungeduld (Impatience)
8. Morgengruß (Salut matinal)
9. Des Müllers Blumen (Les Fleurs du Meunier)
10.  »Tränenregen (Pluie de larmes)
11.  »Mein! (Mienne!)
12. Pause (Pause)
13. Mit dem grünen Lautenbande (Avec le vert ruban du luth)
14. Der Jäger (Le Chasseur)
15. Eifersucht und Stolz (Jalousie et Fierté)
16. Die liebe Farbe (La Couleur chérie)
17. Die böse Farbe (La Couleur fâcheuse)
18. Trockne Blumen (Fleurs séchées)
19. Der Müller und der Bach (Le Meunier et le Ruisseau)
20. Des Baches Wiegenlied (La Berceuse du ruisseau)

Matthias Goerne, baryton

Alexander Schmalcz, piano

Toulouse, Théâtre du Capitole

Mercredi 2 juin 2021, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle