Forum Opéra

MOZART, Die Zauberflöte — Breda

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 novembre 2019
On ne naît pas flûte…

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Singspiel en deux actes, livret d’Emmanuel Schikaneder

Créé à Vienne au Freihaustheater auf der Wieden le 30 septembre 1791

Détails

Mise en scène

Jorinde Keesmaat

Scénographie

Asco de Nijs

Costumes

Leo van den Boorn

Lumières

Paul van Iaak

Dramaturgie

Tamino

Peter Gijsbertsen

Pamina

Lilian

Reine de la Nuit

Lisa Mostin

Sarastro

Bart Driessen

Papageno

Michael Wilmering

Monostatos

Jacques de Faber

Première Dame

Fenna Ograjensek

Deuxième Dame

Florieke Beelen

Troisième Dame

Lien Haegeman

Papagena

Ginette Puylaert

L’orateur

Huub Claessens

Premier prêtre / Deuxième homme armé

Krisztián Egyed

Deuxième prêtre / Premier homme armé

Frederik Bergman

Les trois génies

Bibi Ortjens, Gerben van der Werf, Tobias Segura Peralta

Theaterkoor Opera Zuid / Kooracadmie Maastricht

Philharmonie Zuidnederland

Direction musicale

Benjamin Bayl

Breda, Chassé Theater, samedi 23 novembre, 20h30

Que La Flûte enchantée soit l’un des opéras les plus misogynes du répertoire, on le concède volontiers. Dès lors, on peut concevoir qu’une metteuse en scène souhaite en donner une lecture féminine, sinon féministe, quitte à gommer certains aspects pour en souligner d’autres. Jorinde Keesmaat avait signé en 2015 à Montpellier une production de La Clémence de Titus, pour la fin de règne de Jean-Paul Scarpitta. Pour l’autre ouvrage scénique conçu par Mozart dans la dernière année de sa vie, c’est Pamina qu’elle met en avant, dans un univers abstrait où les cartes attribuant les rôles sexués ont été rebattues. Les personnages apparaissent dans des cabines de plexiglas montées sur roulettes, un peu comme les créatures du harem de l’acte des Fleurs dans Les Indes galantes version Clément Cogitore ; aux trois figures féminines (Pamina, Papagena, la Reine de la nuit) répondent trois personnages masculins (Papageno, Sarastro, Tamino). Les hommes portent le bermuda ou la jupe plissée – le pantalon est réservé à Pamina. Sarastro arbore carrément une jupe-culotte à paniers, par-dessus laquelle son sporran, sacoche accompagnant le kilt, prend des allures de cache-sexe ou d’étui pénien. Les abdominaux sont dessinés sur le spencer de Tamino, tandis que le blouson aux pectoraux rembourrés de Papageno dévoile son  nombril. Les signes extérieurs de féminité sont eux aussi surlignés : si la reine de la Nuit est une sorte de vamp des années 1930, les courbes de Papagena sont renforcées par des coussins, et les trois dames ont revêtu des tenues à protubérances disgracieuses inspirées de la collection dessinée en 1997 par Rei Kawakubo pour Comme des Garçons. Echange des rôles aussi pour la première scène : pas de serpent, mais le prince est malmené par les dames comme une femme seule pourrait l’être par trois machos. Pourquoi pas, mais le problème est que, passé ce démarrage en force (l’ouverture elle-même avait été interrompue par Pamina déclamant un long extrait des Cahiers de jeunesse de Simone de Beauvoir), la réflexion sur le féminin/masculin tourne court. Pamina est tout sauf une malheureuse victime, son rapport avec Monostatos le montre avec humour, mais à force de supprimer des éléments, on ne comprend plus très bien à quoi servent les différents personnages. Le prince et l’oiseleur ne sont que deux gamins qui jouent avec les voitures téléguidées offertes par les trois dames ; Sarastro est un mage sentencieux mais dont on voit mal ce qu’il vient faire dans l’histoire ; Papagena est présente dès les premiers instants, et sans déguisement de vieille femme. Après le triomphe final, les principaux protagonistes se mettent en sous-vêtement, comme à la fin de La Flûte enchantée montée par Robert Carsen, mais leur geste n’a pas ici un sens très clair.


 Tamino, Papageno et les trois Dames (plus Papagena) © Joost Milde

Autre problème : ces décisions dramaturgiques ont un effet sur la musique. On a déjà parlé de l’ouverture coupée en deux, il faut ici signaler la disparition de la flûte non seulement sur scène (Tamino joue de la petite voiture) mais aussi en fosse pendant l’air « Wie stark is nicht dein Zauberton ». Le souci d’égalité des sexes amène à récrire non seulement le texte du duo Pamina-Papageno (pour inclure les couples « Mann und Mann, und Weib unnd Weib ») mais aussi la musique, l’oiseleur se voyant gratifié d’une vocalise dans le couplet alors que Mozart les réservait à la voix féminine. L’ajout d’une épreuve de l’air, pendant laquelle les initiés luttent contre une soufflerie, conduit à emprunter un passage de Thamos, roi d’Egypte. L’ordre des morceaux est modifié à la fin, le duo Papageno-Papagena étant avancé pour prendre place bien avant les épreuves. Bref, un joyeux tripatouillage dont on ne comprend pas toujours bien les raisons. C’est dommage, car Benjamin Bayl à la tête du Philharmonia Zuidnederland semble tout à fait apte à rendre justice à la partition telle que Mozart l’a écrite.

Si Pamina est ce soir la figure centrale de l’œuvre, ce n’est pas seulement à cause de la mise en scène, mais bien grâce aux qualités que fait valoir Lilian Farahani. Celle qui était Papagena dans la dernière reprise aixoise de la Flûte montée par Simon McBurney monte en grade et devient une pétillante princesse, presque à l’étroit dans son personnage, et l’on imagine qu’elle s’épanouira davantage en Suzanne à Nancy en janvier dans la production de James Gray. Peter Gijsbertsen est probablement dans un mauvais soir, car les aigus de son Tamino trahissent l’effort. La Reine de la nuit de Lisa Mostin surprend d’abord par sa capacité à traduire la véhémence du personnage ; revers de la médaille, des vocalises savonnées et un aigu incertain pour le premier air, mais le second la trouve beaucoup plus assurée. De Sarastro, Bart Driessen a les graves, mais la couleur du timbre est trop claire, ou du moins le serait dans un spectacle où le personnage serait plus cohérent. Michael Wilmering est un Papageno sympathique, mais les coupes sombres opérées dans les dialogues parlés ne lui permettent pas non plus de donner une vraie consistance à son oiseleur. A noter, le choix – compréhensible pour une production qui change de ville chaque soir ou presque – de confier les trois Enfants non à des jouvenceaux mais à une soprano et à deux contre-ténors qui remplissent très bien leur contrat.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Singspiel en deux actes, livret d’Emmanuel Schikaneder

Créé à Vienne au Freihaustheater auf der Wieden le 30 septembre 1791

Détails

Mise en scène

Jorinde Keesmaat

Scénographie

Asco de Nijs

Costumes

Leo van den Boorn

Lumières

Paul van Iaak

Dramaturgie

Tamino

Peter Gijsbertsen

Pamina

Lilian

Reine de la Nuit

Lisa Mostin

Sarastro

Bart Driessen

Papageno

Michael Wilmering

Monostatos

Jacques de Faber

Première Dame

Fenna Ograjensek

Deuxième Dame

Florieke Beelen

Troisième Dame

Lien Haegeman

Papagena

Ginette Puylaert

L’orateur

Huub Claessens

Premier prêtre / Deuxième homme armé

Krisztián Egyed

Deuxième prêtre / Premier homme armé

Frederik Bergman

Les trois génies

Bibi Ortjens, Gerben van der Werf, Tobias Segura Peralta

Theaterkoor Opera Zuid / Kooracadmie Maastricht

Philharmonie Zuidnederland

Direction musicale

Benjamin Bayl

Breda, Chassé Theater, samedi 23 novembre, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A l’école de la rue
Yshani PERINPANAYAGAM, Ted HUFFMAN, Margarita POLONSKAYA
Spectacle