Forum Opéra

BRITTEN, A Midsummer Night's Dream — Toulon

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
9 décembre 2008
Faisons un rêve…

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes
Livret de Benjamin Britten et Peter Pears
D’après la comédie de Shakespeare

Détails

Coproduction de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée,

De l’Opéra de Nancy et de Lorraine et de l’Opéra de Caen
Mise en scène, Jean-Louis Martinoty
Assistant, Benoît Benichou
Décors, Bernard Arnould
Costumes, Daniel Ogier
Lumières, Fabrice Kébour
Obéron
Rachid Ben Abdeslam
Titania
Maïra Kerey
Puck
Scott Emerson
Theseus
Randall Jakobsch
Hippolyta
Elodie Méchain
Lysander
Jonathan Boyd
Demetrius
Jean-Sébastien Bou
Hermia
Delphine Galou
Helena
Marjorie Murray
Bottom
Iain Paterson
Quince
Jean Teitgen
Snug
Yuri Kissin
Snout
Christophe Berry
Starveling
Thomas Dolié
Flute
François Piolino
Orchestre de l’Opéra
Chœur de l’Opéra
Chef de chœur, Catherine Alligon
Direction musicale
Steuart Bedford
Toulon, le 9 décembre 2008

Pour sa première apparition à l’affiche de l’Opéra de Toulon A Midsummer Nigth’s Dream a bénéficié des meilleurs atouts : une production dont la qualité a été signalée lors des représentations à Nancy et à Caen, une distribution très satisfaisante et surtout la direction amoureuse de Stuart Bedford, déjà interprète de Benjamin Britten du vivant du compositeur.

 

Le décor représente la forêt, vestige de la nature primordiale. Les humains vivent à sa lisière ; les aristocrates s’y adonnent à des jeux de société réglés comme des rites, et la plèbe à des passe-temps destinés à briller aux yeux des premiers. S’ils s’aventurent dans la forêt les humains se trouvent sans le savoir à la merci des puissances invisibles qui y résident et les observent, peuple innombrable et bariolé des fées – aux costumes extravagants – soumis à un roi et une reine aux relations tumultueuses car l’un comme l’autre n’ont d’autre loi que leur désir. Comme les humains, du reste, mais ils s’en accommodent beaucoup mieux. Obéron, s’il pousse Titania à l’erreur, n’en fait pas pour autant une faute. Mais Obéron est un bon génie, et seules les bévues de son factotum retarderont le dénouement où « tout est bien qui finit bien ».

Nous ne reviendrons pas sur l’ingéniosité de l’adaptation dramatique conçue par Britten et Pears de la comédie de Shakespeare ; on sait que le résultat de leur travail a fourni matière à Britten pour un langage musical d’une invention inépuisable, toujours en phase avec les situations, les personnages. On va de trouvailles sonores en réminiscences, parodiques ou non, d’une veine mélodique grisante ou savoureuse jusqu’aux tensions et grincements malicieux qui font de l’orchestration une suite incessante de délices. Les musiciens suivent sans faillir la direction vibrante et précise d’un chef qui adhère si intimement à l’œuvre qu’elle semble émaner de lui. Equilibres parfaits, subtilité, raffinement, c’est de la bien grande musique que Stuart Bedford a fait entendre à Toulon.

Un seul point noir, ou plutôt gris, le choix pour les parties chorales de l’effectif maison quand les voix d’une maîtrise auraient eu la fraîcheur et les couleurs désirables. A cela près, le plateau était très honorable. Côté couples, Rachid Ben Abdeslam est un Obéron bien chantant malgré une voix plutôt monochrome et Maïra Kerey, Titania efficace et désinvolte, fait bonne figure dans les agilités qui lui sont dévolues. Le ténor Jonathan Boyd et le baryton Jean-Sébastien Bou jouent à plein le jeu des rivaux amoureux , tout comme la mezzo Delphine Galou et la soprano Marjorie Muray, survoltées dans la dispute qui les oppose, sans rien sacrifier de la beauté, de la clarté et de l’expressivité du chant. Plus en retrait le dernier couple, Theseus et Hippolyta, malgré une belle tenue scénique, elle sacrifiée par la partition, lui à cause d’une voix rogue.

Le groupe des artisans n’appelle que des éloges, mais les plus favorisés par leurs rôles sont évidemment Iain Paterson, Bottom tout à la fois bonhomme et plein de son sujet et François Piolino, qui fait de Flûte incarnant Thisbé à la Isadora Duncan un hybride d’Yvette Chauviré mâtiné de Robert Hirsch. Une performance ! Sa prestation, comme celle de ses partenaires, fait rêver de ce qu’ils donneraient dans des opérettes de Gilbert et Sullivan. Enfin Scott Emerson dans le rôle de Puck le gaffeur se révèle comédien convaincant.

L’œuvre se termine, on le sait, par une fête ; elle était aussi dans la salle, dans la joie du public qui a longuement remercié les artistes, chaudement ovationnés. Une fois encore, les absents auront eu tort !

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes
Livret de Benjamin Britten et Peter Pears
D’après la comédie de Shakespeare

Détails

Coproduction de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée,

De l’Opéra de Nancy et de Lorraine et de l’Opéra de Caen
Mise en scène, Jean-Louis Martinoty
Assistant, Benoît Benichou
Décors, Bernard Arnould
Costumes, Daniel Ogier
Lumières, Fabrice Kébour
Obéron
Rachid Ben Abdeslam
Titania
Maïra Kerey
Puck
Scott Emerson
Theseus
Randall Jakobsch
Hippolyta
Elodie Méchain
Lysander
Jonathan Boyd
Demetrius
Jean-Sébastien Bou
Hermia
Delphine Galou
Helena
Marjorie Murray
Bottom
Iain Paterson
Quince
Jean Teitgen
Snug
Yuri Kissin
Snout
Christophe Berry
Starveling
Thomas Dolié
Flute
François Piolino
Orchestre de l’Opéra
Chœur de l’Opéra
Chef de chœur, Catherine Alligon
Direction musicale
Steuart Bedford
Toulon, le 9 décembre 2008

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle