Forum Opéra

I Capuleti e i Montecchi — Zurich

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
5 juillet 2015
Fatum véronais

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Tragédie lyrique en deux actes (1830)
Livret de Felice Romani
D’après des sources françaises et italiennes

Détails

Mise en scène et décors
Christof Loy
Décors et costumes
Christian Schmidt
Lumières
Franck Evin
Chorégraphie
Thomas Wilhelm
Dramaturgie
Kathrin Brunner

Capellio
Alexei Botnarciuc
Giulietta
Olga Kulchynska
Romeo
Joyce DiDonato
Tebaldo
Benjamin Bernheim
Lorenzo
Roberto Lorenzi
Figurant
Gieorgij Puchalski

Chor der Oper Zurich
Chef de choeur
Jürg Hämmerli
Philharmonia Zurich
Direction musicale
Fabio Luisi

Opernhaus Zurich, dimanche 5 juillet 2015, 20h

La mort rode en permanence dans cette nouvelle production de I Capuleti e i Montecchi de Bellini, que l’Opernhaus Zurich a confié à Christof Loy et au directeur musical Fabio Luisi. Autour d’une distribution solide, Joyce DiDonato (Roméo) fait ses débuts sur la première scène helvète.

Donner vie à des œuvres belcantistes demande un certain savoir-faire : il faut des chanteurs excellant dans la variation, la coloration et la virtuosité technique, seuls garants d’un style d’où nait la théâtralité, ainsi qu’une direction d’acteur qui relève de l’orfèvrerie, à même de rendre signifiant l’enchainement des numéros. Le mythe des amants maudits que Vincenzo Bellini met en musique s’éloigne du baroque shakespearien, et de sources éparses, revient vers une vision plus classiquement tragique. Christof Loy se saisit de cette spécificité de l’œuvre bellinienne pour construire un spectacle fort. Le lieu et la temporalité sont resserrés dans la maison un peu délabrée des Capulets à une époque moderne (costumes, armes à feu). Sont disposées sur une tournette les pièces de la demeure, de la chambre, de la salle d’eau, au bureau du père tutélaire, jusqu’à la salle de réception. D’un quart de tour l’on change de lieu, de fonction et donc de valeur : de l’intime au politique et vice versa… un peu trop souvent d’ailleurs, on aimerait que la tournette cessât de tourner parfois. L’allemand réintroduit pleinement le tragique par le truchement d’un acteur – troublant et fascinant Gieorgij Puchalski – que l’on prend de prime abord pour l’homme lige de Roméo, avant de comprendre qu’il s’agit d’un ange noir, annonciateur de la mort à venir : c’est lui qui préparera la potion de Juliette puis le poison de Roméo. Il contemplera son œuvre de haut depuis le rebord de la fenêtre, satisfait. Bien entendu, ce Fatum omniprésent se retrouve dans la conception des personnages, qui subissent plus qu’ils n’agissent. Juliette est un enfant traumatisée, violentée par son père depuis l’enfance. Différents tableaux qui défilent pendant l’ouverture l’assènent clairement. Elle est incapable de se détacher de ce carcan familial. Quant à Roméo, pour bravache qu’il apparaisse, il est impuissant : échec à convaincre Capellio et Tebaldo de conclure la paix et échec à convaincre Juliette de partir. Les velléités affichées des personnages, très bien rendues par les interprètes,  et le tragique réintroduit par Loy créent toute l’ambivalence de ce spectacle, qui tout en suivant au plus près le livret, approfondit ses significations.


© Monika Rittershaus

La distribution réjouit. Joyce DiDonato triomphe par une maitrise irréprochable du style, l’intelligence des variations et l’aisance vocale. A l’unisson de son chant, ce rôle travesti lui sied sans effort : son Roméo est viril et pugnace. Suite à un jeu de chaises musicales dont les maisons d’opéra ont le secret, Olga Kulchynska remplace Anita Hartig pour l’ensemble des représentations. Sans être une révélation, la jeune artiste est prometteuse : le timbre est beau, l’aigu facile et insolent. Seul bémol de taille, les variations et les couleurs sont encore trop timides pour prétendre à un plein bel canto, sans parler des nuances puisque piano et notes filées sont pour l’instant absents de la palette de la soprano russe. A mi-chemin entre elle deux, on retrouve Benjamin Bernheim en Tebaldo. Formé dans la troupe zurichoise le ténor finit ses classes en interprétant rôles et styles différents. L’an dernier, il éblouissait en Narraboth. Ici il est un peu hors-sol : le timbre est splendide, et les difficultés du rôle s’effacent devant une technique solide. Mais le style, scolaire, ne propose que quelques variations dans les reprises, et là encore fort peu de piani. Alexei Botnarciuc (Capellio) et Roberto Lorenzi (Lorenzo) défendent leur personnages d’une belle présence scénique et complètent cette distribution aux qualités indéniables, même si pas toujours en adéquation stylistique à l’œuvre.

Le chœur enfin témoigne par son chant d’une préparation parfaite et de la finesse de la direction d’acteur du metteur en scène. Loin d’être immobiles et disposés en face du public, chacun trouve toujours une action à accomplir, un regard à adresser, qui soutiennent d’autant la vision tragique de cette production.  

Fabio Luisi se sera imposé cette saison comme un chef avec lequel il faut compter dans le répertoire romantique de la première moitié du XIXe : après Macbeth à New York, Norma déjà sur la scène zurichoise, le directeur musical remporte un succès supplémentaire. Sous un tempo plutôt rapide, il est le grand ordonnateur d’un orchestre où les pupitres rivalisent de beaux sons, où chacun s’entend avec clarté, notamment certains soli aux violons. L’attention à la scène et au drame parachèvent cette brillante démonstration. 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Tragédie lyrique en deux actes (1830)
Livret de Felice Romani
D’après des sources françaises et italiennes

Détails

Mise en scène et décors
Christof Loy
Décors et costumes
Christian Schmidt
Lumières
Franck Evin
Chorégraphie
Thomas Wilhelm
Dramaturgie
Kathrin Brunner

Capellio
Alexei Botnarciuc
Giulietta
Olga Kulchynska
Romeo
Joyce DiDonato
Tebaldo
Benjamin Bernheim
Lorenzo
Roberto Lorenzi
Figurant
Gieorgij Puchalski

Chor der Oper Zurich
Chef de choeur
Jürg Hämmerli
Philharmonia Zurich
Direction musicale
Fabio Luisi

Opernhaus Zurich, dimanche 5 juillet 2015, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

PUCCINI, Turandot, par Antonio Pappano

Une leçon puccinienne
CDSWAG

This be her Verse, par Golda Schultz et Jonathan Ware

La parole aux femmes
CDSWAG

Le Bourgeois Gentilhomme

Un gentilhomme en fête
CDSWAG

Les dernières interviews

Stanislas de Barbeyrac : « Il y aura peut-être un jour Tristan, si je suis sage »

Interview

Questionnaire de Proust – Sophie Koch : « Christian Thielemann compte beaucoup pour moi »

Interview

Sophie Koch : « Aborder Isolde, c’est être devant l’Everest »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

DUVAL, Les Génies – Versailles

Duval a du génie
Marie PERBOST, Florie VALIQUETTE, Camille DELAFORGE
Spectacle

BERNSTEIN, Candide – Strasbourg

Aux marches du Palais
Glen CUNNINGHAM, Floriane DERTHE, Lambert WILSON
Spectacle

WAGNER, Siegfried – Zurich

Le Siegfried de Klaus Florian Vogt vaut le voyage
Klaus Florian VOGT, Camilla NYLUND, Tomasz KONIECZNY
Spectacle

HAENDEL, Serse – Rouen

L’amour au skatepark
Jake ARDITTI, Cecilia MOLINARI, David BATES
Spectacle