Forum Opéra

BOULEZ, Le Marteau sans maître — Clermont-Ferrand

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 novembre 2016
Kawka métamorphose Boulez

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Le Marteau sans Maître de Pierre Boulez pour sextuor et voix d’alto

Sur trois poèmes, « L’Artisanat furieux », « Bourreaux de solitude » et « Bel Edifice et les pressentiments » extraits du Marteau sans Maître de René Char

Détails

Ensemble Orchestral Contemporain, flûte en sol, alto, guitare, vibraphone, xylorimba, et percussions

Direction musicale

Daniel Kawka

Mezzo soprano

Marie Fraschina

Clermont-Ferrand, Théâtre du Petit Vélo

Samedi 19 novembre, 20 heures

Toute la difficulté du Marteau sans Maître tient dans cette antinomie : être en capacité de pouvoir dilater et à la fois contracter le temps en le libérant du phrasé ; c’est-à-dire être en phase avec le geste sonore boulézien. Tout est affaire de paradoxe dans cette œuvre d’une fragilité de cristal. Il faut parvenir à concilier la poésie virtuelle intrinsèque à la voix, et la résilience du son au sens premier du mot qui fait référence à la résistance des matériaux. Il convient donc d’appréhender la syntaxe instrumentale d’un strict point de vue mécanique par rapport au chant qui s’en fait la continuité, mais incarnerait plutôt la légitimité organique. Les protagonistes de l’Ensemble Orchestral Contemporain, sans s’écarter de la lettre, nous font pénétrer au cœur de la plasticité de la cellule sonore qui lie et structure la séquence musicale en un tout cohérent et indissociable. Samedi lors du concert de clôture du 18e Festival Musiques Démesurées à Clermont-Ferrand, Daniel Kawka est parvenu à traduire cette extrême tension contenue dans la brièveté de l’instant sonore. Il y ajoute une dimension onirique conjuguée à l’ensemble de la phrase musicale qui s’épanouie avec la voix, idéalement servie par Marie Fraschina dans l’intimité du Théâtre du Petit Vélo.

Le chef de l’EOC atteint à une quasi fusion du fragment sonore dans la séquence qui le porte, à la manière d’un fondu-enchaîné. Mais chaque cellule conserve son autonomie et sa singularité. Elle articule et structure l’ensemble à travers un parcours extrêmement ordonné jusqu’à donner l’illusion d’une totale liberté. L’acuité de cette interprétation rend en quelque sorte caduque la contrainte sérielle que l’on a pu qualifier de pointillisme musical. Sous la gestique souple dans l’intention mais d’une précision métronomique quant au résultat, Kawka dessine un espace musical d’une précision mathématique. On suit visuellement la mise en place de ces éclats, de ces tesselles sonores sous les mains de ce mosaïste scrupuleux jusqu’à ce que l’œuvre s’impose dans sa fulgurance. Il conduit son auditoire dans une errance heureuse sans autre finalité que la fugacité de l’instant surpris. L’acmé en est la voix.


© Musiques Démesurées

Elle vient en inscrire le sens dans le paroxysme poétique des vers de René Char. La mezzo dessine l’espace syncopé d’un imaginaire qui nous échappe mais où les rêves se retrouvent. La souplesse de son registre exacerbe le flux boulézien pour le faire progresser dans une apparente diffraction. La logique harmonique se déploie pourtant sans rupture, dans la parfaite intelligence d’une articulation des registres émotionnels. La voix crée et défait dans l’éphémère un continuum dans lequel alternent un temps plein et minutieusement ordonné et un temps kaléidoscopique, strié.

Passée par le théâtre, la musique ancienne, le jazz, l’improvisation, nourrie de multiples expériences, sa sensibilité se joue jusqu’au vertige des acrobaties vocales imposées par cette page complexe. Artiste virtuose, elle jongle entre âpreté teintée de douceur, et fugaces accents d’une pudique souffrance contenue. L’expressivité sévèrement gérée des fréquences d’émission lui ouvre des couleurs d’une minéralité traversée de liquides nostalgies. Mélismes de « L’artisanat furieux », syllabisme des « Bourreaux de solitude », parlé-chanté du « Bel édifice et des pressentiments » et son double, bouche fermé, confèrent à son chant une densité inouïe. On évolue dans une vision plus sensible aux accents debussystes du Pelléas et Mélisande que référencée au Schönberg du Pierrot lunaire. Moralité : Le Marteau peut plus que jamais passer de mains en mains…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Le Marteau sans Maître de Pierre Boulez pour sextuor et voix d’alto

Sur trois poèmes, « L’Artisanat furieux », « Bourreaux de solitude » et « Bel Edifice et les pressentiments » extraits du Marteau sans Maître de René Char

Détails

Ensemble Orchestral Contemporain, flûte en sol, alto, guitare, vibraphone, xylorimba, et percussions

Direction musicale

Daniel Kawka

Mezzo soprano

Marie Fraschina

Clermont-Ferrand, Théâtre du Petit Vélo

Samedi 19 novembre, 20 heures

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une performance athlétique
Rocio PÉREZ, Maïté BEAUMONT, Christophe ROUSSET
Spectacle