Forum Opéra

Un ballo in maschera — Berlin (Deutsche Oper)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 novembre 2016
Voix nouvelles

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Mélodrame en trois actes

Livret d’Antonio Somma

Création au Théâtre Apollo de Rome le 17 février 1859

Détails

Mise en scène

Götz Friedrich

Décors et costumes

Gottfried Pilz

Isabel Ines Glathar

Gustav III

Yosep Kang

René Ankarstraöm

Roman Burdenko

Amelia

Tamara Wilson

Ulrica Arfvidsson

Ronnita Miller

Oscar

Heidi Stober

Christian

Simon Pauly

Ribbing

Ben Wager

Horn

Florian Spiess

Un Giudice

Giddeon Poppe

Un Servo

Robert Watson

Choeurs et Orchestre du Deutsche Oper

Direction musicale

Ido Arad

Berlin, Deutsche Oper, 19 novembre 2016, 19h30

Théâtre de répertoire, le Deutsche Oper propose chaque saison près d’une quarantaine de titres, affichant des chanteurs déjà bien connus et des talents en devenir. Cette reprise du Ballo in maschera se place dans cette deuxième catégorie. D’origine coréenne, Yosep Kang a déjà derrière lui un palmarès impressionnant puisqu’il a déjà chanté Arnold de Guillaume Tell, le Duc de Rigoletto ou encore le héros des Contes d’Hoffmann, dans des lieux aussi prestigieux que Munich ou Baden-Baden. Il assurera également une reprise des Huguenots au Deutsche Oper en 2017. La voix offre une belle projection, homogène, et les aigus, jusqu’au contre-ut, sont percutants. Le timbre est également plutôt séduisant. Néanmoins, le jeune ténor peine à donner du sens à son chant, ne jouant pas sur la couleur de la voix et peu sur les inflexions du texte. A la longue, son Gustavo distille une certaine monotonie, ce qui est dommage compte tenu de son potentiel. Récente lauréate du prestigieux Richard Tucker Award, Tamara Wilson est un soprano en pleine ascension, d’autant qu’elle sait utiliser les technologies d’aujourd’hui pour s’exprimer, sans langue de bois, sur les sujets lyriques les plus divers (par exemple, sur le physique des chanteurs). Wilson impressionne tout d’abord par sa puissance vocale. Elle séduit ensuite par sa musicalité, l’homogénéité des registres, la parfaite exécution de vocalises souvent savonnés par ses consoeurs, et par une caractérisation dramatique juste. En revanche, le timbre n’est pas très caractérisé et l’aigu systématiquement forteRoman Burdenko passe un peu inaperçu pendant la longue première partie (les deux premiers actes sont donnés sans entracte) pour offrir un « Eri tu » vibrant et engagé. Voix légère mais très bien projetée, à l’aigu sûr, Heidi Stober est un excellent Oscar, avec beaucoup d’abattage scénique. Plus contralto que mezzo, Ronnita Miller impressionne par son registre grave, mais les aigus lui font défaut. 

La direction musicale d’Ido Arad offre quelques beaux moments, comme l’introduction incisive de l’acte d’Ulrica (qui surprend le public ) ou de l’acte II. Mais elle manque de pathos dans les passages plus romantiques (par exemple la fin d « Eri tu », ou la mort de Gustavo). Choeurs et pupitres ne sont pas toujours très attentifs : les premiers sont perdus à plusieurs reprises dans le bal, et les violons accélèrent l’agonie de Gustavo.

La production de Götz Friedrich (mort en 2000) date de 1993. Elle esquisse l’homosexualité de Gustav III par une timide tentative de séduction du roi sur Oscar, qui ne cède pas, mais cette lecture n’est pas exploitée par la suite. Les costumes sont particulièrement bariolés, sans recherche d’unité, évoquant plusieurs époques. De même pour les décors : la scène d’Ulrica, avec sa forêt de portique et sa gigantesque boule de cristal lumineuse pourrait servir de cadre à un film fantastique ; le salon d’Ankarstraöm évoque le drame bourgeois : chaises et table renversées, Amelia ligotée avec un gros cordage : on imagine que le combat a été rude. La direction d’acteur est soignée jusque dans les petits rôles.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Mélodrame en trois actes

Livret d’Antonio Somma

Création au Théâtre Apollo de Rome le 17 février 1859

Détails

Mise en scène

Götz Friedrich

Décors et costumes

Gottfried Pilz

Isabel Ines Glathar

Gustav III

Yosep Kang

René Ankarstraöm

Roman Burdenko

Amelia

Tamara Wilson

Ulrica Arfvidsson

Ronnita Miller

Oscar

Heidi Stober

Christian

Simon Pauly

Ribbing

Ben Wager

Horn

Florian Spiess

Un Giudice

Giddeon Poppe

Un Servo

Robert Watson

Choeurs et Orchestre du Deutsche Oper

Direction musicale

Ido Arad

Berlin, Deutsche Oper, 19 novembre 2016, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’oreille regarde
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un miracle nommé Kunde
Gregory KUNDE, Mariangela SICILIA
Spectacle
La féérie qui sert de décor au drame
Deepa JOHNNY, Nicolas COURJAL, Romain GILBERT
Spectacle
Le néant des grandeurs de la mise en scène
Stéphane DEGOUT, Rachel WILLIS-SØRENSEN, Lydia STEIER
Spectacle